Navigation – Plan du site

La fouille de Malemort-sur-Corrèze – villa ou vicus ?

The Malemort-sur-Corrèze Site: Villa or Vicus?
Alexandra Hanry

Résumé

Deux opérations de fouilles préventives à Malemort ont permis la mise au jour d’une occupation protohistorique et antique. Cette dernière, matérialisée par une série de bâtiments alignés le long d’une esplanade rectangulaire, constitue un hapax dans les types de sites antiques lémovices. La comparaison avec des sites de Gaule centrale et septentrionale inciterait à interpréter Malemort comme une villa.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Malemort, Gaule

Index chronologique :

Antiquité, Protohistoire
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les premiers repérages archéologiques, effectués dès 1867 par Massénat et Lalande, permettaient d’e (...)

1Dans le cadre des travaux qui ont affecté le secteur de Cazaudet-Roumégoux dans la commune de Malemort-sur-Corrèze, deux opérations de fouilles préventives ont été réalisées par l’INRAP durant l’été 2006 et l’automne 2011 (fig. 1). Au regard des dernières découvertes, les deux fouilles affectent, en outre, un même site antique d’une ampleur spatiale importante, environ 200 m d’est en ouest et 550 m du nord au sud (soit une surface d’au moins 11 ha) tandis que l’occupation gauloise est restreinte à la zone de la confluence de la Couze et de la Corrèze1.

Fig. 1 : Carte de localisation du site de Cazaudet-Roumégoux à Malemort-sur-Corrèze, en Corrèze

Fig. 1 : Carte de localisation du site de Cazaudet-Roumégoux à Malemort-sur-Corrèze, en Corrèze

Localisation des fouilles de 2006 et 2011, Zac du Moulin, commune de Malemort-sur-Corrèze (19). IGN 1/25 000, CARTO Exploreur, © Inrap.

  • 2 Alexandra Hanry-Besombes, Malemort/Corrèze « Cazaudet » - « Roumégoux », L’occupation laténienne et (...)

2La première fouille a été réalisée sur un périmètre archéologique de 6 818 m², dans le cadre de l’aménagement du contournement nord de Brive reliant l’autoroute A20 (commune d’Ussac) à la nationale 89 au niveau de la ZAC du Moulin (lieu-dit Cazaudet-Roumégoux)2. L’intervention archéologique, conduite du 5 juin au 1er septembre 2006, a mis en évidence deux périodes d’occupation avec un hiatus d’environ deux siècles entre celles-ci. La première, située au sud de la N89, est caractérisée par la présence d’un four, de structures en creux et d’un pavage aménagés dans le courant du iie siècle av. J.-C. Au nord de la route nationale, la fréquentation humaine au cours du Haut-Empire est matérialisée par des structures périphériques d’un habitat antique de la fin du ier ou du début de iie siècle de notre ère (fosses, structure de drainage et un bâtiment très dégradé sur solin). Le comblement de cinq puits illustre l’abandon de ce secteur qui intervient entre la fin du IIe et le milieu du IIIe siècle.

3La seconde opération de fouille s’est déroulée à l’occasion de l’agrandissement de la ZAC du Moulin vers le nord. La prairie située à l’ouest de la fouille de 2006 est affectée par des travaux qui ont nécessité une fouille préventive d’environ deux mois (du 16 août au 21 octobre 2011, décapage compris). Le diagnostic réalisé en 2010 laissait, en outre, présager une occupation dense sur l’ensemble de la surface aménagée (plus de 70 % des sondages étaient positifs). En accord avec le SRA du Limousin, 3,5 ha (sur les 4,5 ha prescrits) ont été entièrement décapés. Les premiers résultats archéologiques sont à la hauteur de cette vaste fenêtre d’investigation puisqu’environ 900 structures archéologiques ont été observées. Cette densité de vestiges et l’organisation spatiale des constructions permet de s’interroger sur la nature de l’occupation : vaste villa ou vicus ?

Une occupation protohistorique dans une zone de confluence fluviale

4La chronologie d’occupation du site de Roumégoux-Cazaudet n’est pas encore clairement définie puisque l’étude du mobilier céramique de la fouille de 2011 est en cours. Mais l’intervention de 2006 laisse supposer l’existence, à la confluence de la Couze et de la Corrèze, d’une occupation de La Tène finale. Ainsi sur une surface décapée de 2 042 m², la majorité des vestiges découverts peuvent être qualifiés de protohistoriques (fig. 2).

Fig. 2 : Plan de la Zone 2, fouille de 2006 à Cazaudet-Roumégoux

Fig. 2 : Plan de la Zone 2, fouille de 2006 à Cazaudet-Roumégoux

Cartographie : A. Hanry

5Malgré l’absence d’organisation spatiale visible pour la première phase d’aménagement du site (période de transition La Tène C2/D1), une structure a retenu toute notre attention : une fosse abandonnée vers le milieu du iie siècle av. J.-C. (F2010). Elle renfermait trois niveaux archéologiques ayant fourni pas moins de 1 739 fragments de céramique non-amphorique pour 255 individus au maximum (étude réalisée par A. Bourdais-Eckirch, INRAP). Une forte majorité de vases montés en céramique semi-grossière non tournée et en moindre importance des vases montés en céramique semi-fine tournée a été récoltée. Parmi eux, soulignons la présence de jattes à profil en S, de pots à col cylindrique et lèvre simple éversée à paroi enfumée, d’écuelles à profil en S avec décor de baguette et de vases à cuire à décors estampés assez variés. Des fragments d’amphores d’origine italique proviennent également du remplissage de cette fosse, élément allant dans le sens d’une datation à la transition La Tène C2/D1. C’est également au cours de cette période qu’un niveau de circulation (pavage F2050) et de petites fosses (F2087, 2090 et 2208) ont été mis en place. La phase suivante d’occupation de ce site est marquée par l’installation d’un four de potiers dans la partie est de la zone II de la fouille (F2048 : fig. 3).

Fig. 3 : Vue du four F2048 depuis le nord-ouest

Fig. 3 : Vue du four F2048 depuis le nord-ouest

Cl. A. Hanry

6Cette structure de combustion de la deuxième moitié du iie siècle av. J.-C. témoigne d’une première activité artisanale au sein du site. Composée d’une chambre de chauffe (Us 2040), d’un alandier (Us 2048) et d’une fosse d’accès (Us 2143), le four s’étend sur une longueur totale de 2,70 m du nord-ouest au sud-est (fig. 4).

Fig. 4 : Plan et coupe du four laténien F 2048

Fig. 4 : Plan et coupe du four laténien F 2048

Schéma : A. Hanry

  • 3 Les analyses radiométriques réalisées sur les charbons de bois provenant de la structure donnent le (...)

7Cet aménagement semble correspondre à une petite unité de production adoptant la forme simple du four seul, accompagné d’une petite fosse y donnant accès. L’aire de chauffe, de forme ovale, mesure 0,80 m sur 1,60 m et communique à l’ouest avec l’alandier dont le creusement atteint 0,60 m de long pour une largeur de 0,50 m. Conservées sur 0,10 m à 0,22 m de hauteur et aménagées dans le substrat naturel, les parois verticales du creusement ont été revêtues de dalles de schiste disposées de chant et tapissées d’argile. La chambre de chauffe inférieure du four, conservée sur 0,10 m de hauteur, propose un plan piriforme à circulaire de 1,25 m de diamètre. Le fond de cette partie du four, qui est surélevé par rapport au fond de l’alandier, accueille un pilier central vertical, dont ne subsiste que la base. Placé au centre de la chambre, en léger recul de l’alandier, il est construit avec la même argile qui tapisse le fond du creusement. Ce pilier de forme ovale ou circulaire était destiné à soutenir la sole, aujourd’hui disparue. De nombreux fragments de céramique se trouvent directement sur le fond de la chambre de chauffe, piégés par l’effondrement des parois du four. Le mobilier céramique mis au jour dans cette structure ne provient probablement pas d’une fournée restée en place lors de l’abandon du four mais du comblement de ce dernier, ce qui, par ailleurs, n’exclut pas que ces vases aient été cuits dans ce four. L’absence d’amphore est à noter, tandis que le nombre de fragments de céramique est estimé à 596. Les tessons en céramique semi fine dominent mais des céramiques produites dans une pâte plus grossière ont également été mises en évidence. Les formes qui semblent primer sont plutôt caractéristiques de la deuxième moitié du iie siècle av. J.-C. et plus probablement de La Tène D1b. Des stigmates d’une exposition de la céramique à des températures assez élevées ont été observés. Ainsi, la pâte présente en son cœur des zones noires résultant très certainement d’une surcuisson. Ces observations permettent d’envisager que ces fragments de vases sont contemporains du fonctionnement du four et pourraient correspondre à des ratés de cuisson3.

  • 4 Christian Sireix, « Officines de potiers du Second Âge du Fer dans le sud-ouest de la Gaule », Aqui (...)
  • 5 Ph. Lalande, « Sépulture gallo-romaine […] » ; Guy Lintz, « Amphores et poteries trouvées à Roumégo (...)

8Le caractère isolé de ce four à alandier et tirage vertical ne doit pas faire oublier que les officines de potiers du Second âge du fer regroupent généralement plusieurs unités de production, isolées de l’habitat. Au regard des découvertes, les sites dont dépendent ces ateliers sont soit de grands sites ouverts de plaine soit des oppida4. La dispersion des vestiges du Second âge du fer au nord de la RN89 et à l’est de la zone II a, de plus, été démontrée dès 1867 puis dans les années 19605. Ces observations disséminées sur une zone large de part et d’autre de la Couze ainsi que les fouilles réalisées en 2006, permettent d’envisager l’appartenance de ces vestiges à des habitats groupés et installés près de la rive droite de la Corrèze. Il ne faut cependant pas exclure la possibilité d’un habitat isolé, possédant sa propre structure de production. Au regard de la taille restreinte de la fenêtre d’investigation et des données rassemblées lors des rares interventions dans ce secteur, il paraît toutefois malaisé d’aller plus loin dans l’interprétation de l’occupation du sol et la compréhension globale de ce site de l’âge du fer.

L’occupation gallo-romaine : villa ou vicus ?

La fouille de 2006 : des vestiges périphériques d’un habitat du Haut-Empire ?

9La fouille de 2006 a révélé la présence au nord de la N89 d’une occupation du Haut-Empire, mais l’étroitesse de la zone d’investigation (faible largeur du tracé routier) ne laissait guère de place à une vision spatiale et interprétative de ces vestiges. L’occupation de la fin du ier ou du début du iie siècle de notre ère est caractérisée par des fosses, une canalisation et un bâtiment très dégradé sur solin. La structure la plus ancienne correspond à un drain à piédroit et dalle de couverture en schiste, dont le comblement intervient à la fin du ier siècle ou au début du iie (F1/55). Les premiers niveaux d’abandon de la structure ont ainsi fourni un fragment de panse appartenant à un Drag. 35 (service flavien), de la céramique commune, un fragment de pied et un morceau de panse d’amphores produites en Tarraconaise (type Pascual 1 importé dès le milieu du ier siècle av. J.-C. et jusqu’au milieu du siècle suivant dans toute la Gaule). Sur cet aménagement a été mis en place un bâtiment en matériaux périssables dont les rares fondations conservées témoignent de l’utilisation de matériaux légers (solin F58 : fig. 5). Des fragments de tuiles à rebord, des dalles et galets de schiste, des galets de quartz et des blocs de grès posés à plat forment une ligne orientée est-ouest (S1 de 7,70 m d’est en ouest) et deux retours vers le nord (S2, de 1 m de long par 0,30 m à 0,35 m de large ; l’autre ligne S3 matérialise un cloisonnement de 1,20 m de long et 0,35 m de large en moyenne). L’espace entre S1, S2 et S3 offre ainsi une surface d’environ 5 m². La présence d’un niveau de circulation (F43) et de son niveau d’abandon riche en mobilier archéologique accrédite l’hypothèse d’un espace structuré lié à un bâtiment agricole ou un habitat. Ainsi, un niveau de sol conservé sous la forme d’un cailloutis de galets et graviers de quartz mêlé de fragments de terre cuite (F43) a été mis en évidence ponctuellement entre S3 et S4. Les lambeaux du niveau de circulation s’organisent en une surface régulière traduisant un nivellement des niveaux inférieurs. Sur ce sol a été observé un niveau d’abandon composé de limon brun jaune très riche en fragments de tegula et céramiques retrouvés à plat (laissant supposer un éventuel piétinement). Le mobilier archéologique de ce niveau est daté de la fin du ier ou du début du iie siècle (notamment des fragments de céramique sigillée de La Graufesenque appartenant au service flavien et d’autres artefacts dont la production en sigillée est attestée à Lezoux durant les phases 4 et 5). Cinq fosses dépotoirs du Haut-Empire (F45, F149, F157, F161, F172 : fig. 5) renfermant un mobilier abondant ont été mises en évidence dans la zone I. Elles illustrent le caractère périphérique d’une occupation à caractère domestique. En outre, pour cette phase d’occupation, le mobilier archéologique le plus significatif provient de la fosse F172 qui renferme du mobilier céramique importé : céramiques sigillées (18,8 % des individus) et céramiques à parois fines (13,5 % du mobilier mis au jour). Au sein de la première catégorie, on observe une proportion quasi égale de céramique du sud et du centre de la Gaule, dont deux fragments provenant d’Espalion. La céramique à parois fines est représentée par de probables importations de Gaule du Centre (gobelets à décor en épingle), un couvercle à décor de godrons et peut-être un groupe de production locale (gobelets engobés à reflets plus ou moins métallescents et décor de bandes guillochées) et un vase de type Déchelette 74 pouvant provenir de Lezoux. Des fragments de figurines en terre cuite, issus vraisemblablement d’ateliers corréziens (ier-iie siècles : fig. 5), ont été retrouvés dans le comblement des structures du Haut-Empire, témoignant des échanges avec la proche agglomération de Briva.

Fig. 5 : Plan de la zone du solin F58, Zone 1

Fig. 5 : Plan de la zone du solin F58, Zone 1

Plan : A. Hanry

10L’habitat antique mitoyen de la Couze a vraisemblablement été abandonné entre la fin du iie et la première moitié du IIIe siècle de notre ère. En effet, le mobilier archéologique ne reflète aucun contexte postérieur à cette période et celui découvert dans le comblement des cinq puits découverts à l’été 2006 va dans ce sens (F80, F90, F100 et F159 et F2146 : fig. 6).

Fig. 6 : Vue et coupe du puits F90, et d’une partie du mobilier issu de son comblement

Fig. 6 : Vue et coupe du puits F90, et d’une partie du mobilier issu de son comblement

Schémas et clichés : A. Hanry

11La présence d’un milieu humide dans quatre des cinq structures de puisage a permis la conservation de restes organiques (fruits, graines, bois travaillés et naturels) et la mise en œuvre d’une étude paléoenvironnementale relative à la fin du Haut-Empire. L’abandon a également piégé du matériel archéologique de qualité (dont de la céramique commune archéologiquement complète) et qui pose la question d’un groupe de production locale, notamment pour les pichets et les gobelets à parois semi-fines à engobe « rouge ». Le mobilier en bois est composé d’un batteur alimentaire et un peigne en buis, de tablettes à écrire, d’un entonnoir et de fonds de seau ou de tonnelet. Une cache de métal a, de plus, été retrouvée dans ce puits : une entrave, deux clefs, un couteau en fer et une anse de cruche ou d’œnochoé en bronze formaient un groupement d’objets au fond de la structure. Enfin, de la tabletterie, de la verrerie, des éléments de mouture et des matériaux de constructions (enduits peints, béton de tuileau, dalles de suspensura) ont été récolés dans cette structure, témoignant d’une occupation domestique à caractère résidentiel sur le site ou à proximité.

Les premiers résultats de la fouille de l’automne 2011

12La seconde opération de fouille s’est terminée il y a peu, ne nous permettant de présenter que les premiers résultats qui sont toutefois à la hauteur de cette vaste fenêtre de fouille. Sur environ 900 structures archéologiques, près de 90 murs et 12 puits ont été mis en évidence (fig. 7).

Fig. 7 : Plan des structures bâties, puits et canalisations dégagés en 2011 au Cazaudet-Roumégoux

Fig. 7 : Plan des structures bâties, puits et canalisations dégagés en 2011 au Cazaudet-Roumégoux

Plan : A. Hanry

  • 6 Ibid.

13La répartition spatiale de ces aménagements semble témoigner d’une grande maîtrise de l’espace, proposant des axes orthonormés d’implantation. La gestion de l’espace répond, en effet, à une logique d’installation d’unités de vie (probablement serviles) à l’extérieur de deux murs de clôture orientés nord-sud et distants d’environ 120 m (M27 à l’ouest et M1/M8 à l’est), laissant au centre un espace presque vide. Dans la zone septentrionale de la fouille et entre ces deux murs, au moins quatre unités bâties ont été repérées, placées sur un axe exactement en retour à 90° des deux murs de clôture. En outre, le site se développe vraisemblablement vers le sud (comme l’ont démontré la fouille de 2006 et les observations anciennes dans la bande de la N896) ainsi qu’au pied des collines au nord du site. En effet, lors de la destruction d’une centrale béton sur une parcelle voisine de la limite septentrionale de la fouille, nous avons relevé la présence d’un petit bâtiment de 8 m par 9 m, situé à environ 80 m des structures de la zone III de la fouille (angle nord-est) et qui répond aux règles d’implantation des bâtiments dégagés sur les 3,5 ha. En outre, ce sont probablement les contraintes naturelle et topographique locales qui ont, pour partie, déterminé cette implantation en limite du bassin sédimentaire de Brive. Ainsi, le chemin le plus occidental (F2001) est installé au bord d’une dépression nord/sud qui devait accueillir un probable ruisseau ou une mare dans l’ancien lit d’un paléochenal d’axe nord-sud. À l’est, l’aménagement d’un habitat est contraint par la Couze, tandis qu’au nord les collines limitent une expansion de ce site.

14Les contours de cette implantation ayant été posés, intéressons-nous aux aménagements mis en évidence entre l’espace de circulation F2001 et le mur de clôture M27 découvert sur environ 300 m de long. Cette bande de 50 m de large a été pourvue de huit petits bâtiments dont les façades orientales sont toutes alignées sur un axe parallèle au mur M27 (ensembles 2 à 9) et d’une construction plus complexe au nord (ensemble 1 : fig. 8).

Fig. 8 : Vue depuis le nord de la bande aménagée entre le mur de clôture M27 et la voie F2001

Fig. 8 : Vue depuis le nord de la bande aménagée entre le mur de clôture M27 et la voie F2001

Cliché : A. Hanry

15Hormis ce dernier bâtiment et celui de l’ensemble 2, qui possèdent des murs sur tranchée de fondations, les autres unités bâties sont construites en matériaux légers (sur solin ou tranchée de sablière : fig. 9) et offrent un plan quadrangulaire de 6 à 7 m de côté.

Fig. 9 : Vue depuis le sud du bâtiment Ensemble 12, construction rectangulaire et son extension au sud

Fig. 9 : Vue depuis le sud du bâtiment Ensemble 12, construction rectangulaire et son extension au sud

Cliché : A. Hanry

16Les bâtiments situés à l’extérieur du mur de clôture M1/M8 sont plus difficiles à interpréter car en limite d’emprise et érodés par les débordements de la Couze. Les ensembles 14 et 15 ont, ainsi, été implantés à l’est du grand mur, avec au moins deux façades dans l’axe de celui-ci. Le bâtiment sur solin dégagé en 2006 répond également au protocole d’implantation, démontrant ainsi que la bande de terre se trouvant entre M1/M8 et la Couze, devait recevoir une série de bâtiments en matériaux périssables sur le principe de ceux découverts à l’ouest de M27. Les puits mis au jour à l’occasion de la fouille de 2006 sont, de plus, installés sur le même axe que les trois puits mis en évidence en 2011 à l’est de M1/M8 et au nord de l’emprise de fouille de 2006. À l’ouest de M27, presque toutes les constructions, sauf les ensembles 3 et 6, sont également dotées d’une structure de puisage. Les trois quarts d’entre elles sont alignées sur un axe nord-sud, situé à environ 5 m de M27 et en parallèle de l’axe des murs trouvés à l’est du mur de clôture M1/M8. Cette implantation témoigne d’une parfaite connaissance du milieu naturel puisque la mise en œuvre de ces aménagements, sur une rupture de pente en bordure d’une dépression centrale nord-sud (probable lit majeur de la Couze) permettait le captage des eaux de ruissellement à la base de deux niveaux graveleux (terrasse alluviale). Comme en 2006, la fouille de ces structures s’est révélée très riche en mobilier (mobilier céramique complet, objets en bois et macro-restes carpologiques : fig. 10).

Fig. 10 : Fouille du puits F2023 entre les bâtiments ENS1 et ENS2

Fig. 10 : Fouille du puits F2023 entre les bâtiments ENS1 et ENS2

Cliché : A. Hanry

17Pour en revenir aux bâtiments et aux périodes de construction de ces derniers, ce sont quinze unités d’habitat ayant fonctionné entre l’époque augustéenne et le milieu du IIIe siècle qui ont été découvertes. Au nord-ouest, le bâtiment (ensemble 1) comporte quatre phases d’aménagement (fig. 11).

Fig. 11 : Plan des 4 phases d’aménagements de l’Ensemble 1

Fig. 11 : Plan des 4 phases d’aménagements de l’Ensemble 1

Plan : A. Hanry

  • 7 Informations fournies par le céramologue en charge de l’étude du mobilier céramique issu de la foui (...)

18La phase la plus ancienne de l’occupation est matérialisée par un réseau de tranchées de sablières et de trous de poteaux, témoins probables d’une première occupation en matériaux périssables. Ces aménagements sont peut-être en relation avec un large fossé comblé à l’époque augusto-tibérienne (F2025, phase 1). Un petit bâtiment sur fondation de solin de grès et schiste d’au moins 16 m par 7 m succède à ces structures en creux. Il est installé postérieurement à l’époque augustéenne puisqu’un de ses murs repose sur le comblement sommital de la structure fossoyée F2025 (murs de la phase 2). Un réaménagement intervient par une modification de l’angle sud-est du bâtiment et la mise en place d’une pièce sur solin de schiste de 7 m par 5,50 m (murs de la phase 3). L’agrandissement de cette construction s’exprime par la mise en place de puissantes fondations en schiste (plus d’un mètre de profondeur) formant un bâtiment d’environ 250 m² (18 m x 14 m). À l’ouest de ce dernier, quatre bases de maçonnerie de forme ovalaire à l’ouverture mais carrée à la base semblent témoigner de la présence de piliers monumentaux précédant la façade (murs de la phase 4). Enfin, l’abandon de ce secteur est illustré par le comblement du puits F2023, situé entre deux bâtiments (ensemble 1 et celui situé au sud à environ à 20 m, ensemble 2). Il intervient entre 190 et 240. En effet, parmi le mobilier céramique, on retiendra la présence d’un Dr. 37 de la phase 7 de Lezoux (produit vers 160/180), de sigillées lisses produites entre 150 et 240 et de nombreuses amphores régionales de la fin du IIe ou de la première moitié du IIIe siècle (NMI = 69). La provenance de ces céramiques poissées et d’un module de 14 litres environ (module qu’on retrouve notamment à Lezoux) est encore incertaine mais il y a là un type très reconnaissable, identifié à Tours, Orléans, Blois ou Chartres7.

19Au sud de cette construction, dont le plan semble le reflet d’une fonction privilégiée, a été dégagé un autre bâtiment (ensemble 2) qui comporte au moins trois phases d’aménagement. Un réseau de canalisations de belle facture, à piédroits et couverture de schiste, est lié à cette zone humide. La première phase d’aménagement d’une construction bipartite de 70 m² et les drains qui la contournent sont mis en place sur le fossé augustéen. Des réaménagements interviennent, matérialisés par une rétractation de l’espace vers le nord et la mise en place d’une structure de combustion. Enfin, une série de petits bâtiments rectangulaires (ensembles 3 à 13), souvent à pièce unique, est présente au sud et à l’est de ces deux constructions. Sept sont implantés à l’ouest de M27 et quatre ont été découverts entre les deux murs de clôture et au sud d’une canalisation en schiste qui traverse l’ensemble de ce secteur. Seuls deux de ces bâtiments possédaient encore un foyer central (ensembles 4 et 9) et quelques canalisations ont ponctuellement été observées autour de certains bâtiments. L’organisation spatiale de ces constructions, la présence quasi systématique de puits et l’absence de trace d’artisanat permet d’envisager le caractère domestique de ces unités de vie.

20Le problème de la relation aux trois cheminements empierrés découverts lors de cette fouille se pose. En effet, hormis la voie empierrée nord-sud déjà évoquée (voie 1 : 2,50 m à 6 m de largeur), une autre voie plus large (voie 2 : 6 à 8 m) a été identifiée dans l’angle sud-ouest de l’emprise de fouille. Elle est axée nord-ouest/sud-est et pourrait suivre le cours de la rivière, en direction du gué préromain sur la Corrèze (identifié en limite communale, près de Brive). Rien ne permet d’affirmer qu’il s’agit de la voie reliant Brive à Tulle dans l’Antiquité, d’autant que Jean-Michel Desbordes place son tracé bien plus au nord. Faut-il alors voir dans cet aménagement le témoin d’un itinéraire plus ancien ou l’expression d’une voie secondaire ? Enfin, un chemin ouest-est a également été observé (voie 3). Partant de la voie la plus méridionale, il est tantôt matérialisé par des fossés bordiers qui recoupent les structures bâties (puits et mur M27), tantôt reconnu sous la forme d’un radier de niveau de circulation qui recouvre l’ensemble des structures situées dans l’angle nord-est de l’emprise de fouille. Ces éléments vont dans le sens d’une datation tardive.

Synthèse et discussion

21Pour conclure et en rappelant que la phase terrain s’est terminée il y a quelques mois à peine, nous ne pouvons qu’évoquer nos premières réflexions sur la chronologie et caractérisation de ce site.

22Les deux campagnes de fouille préventive ont ainsi démontré le cantonnement de l’occupation protohistorique (milieu du iie – début du ier siècle av. J.-C.) de part et d’autre de la Couze, à la confluence de celle-ci et de la Corrèze. Le déplacement de l’occupation vers le nord semble se produire bien après la conquête, à l’époque augustéenne, tandis que le plein essor du site semble se situer entre le milieu du ier siècle de notre ère et le milieu du siècle suivant, l’abandon intervenant entre la fin du IIe et le milieu du IIIe siècle.

  • 8 Alain Ferdière, Cristina Gandini, Pierre Nouvel et Jean-Luc Collart, « Les grandes villae ‘‘à pavil (...)
  • 9 Cristina Gandini, Les formes de l’habitat rural dans la cité des Bituriges Cubi. Approche architect (...)
  • 10 Dans le Cher, plan dans C. Gandini, Les formes […].

23Du point de vue de l’interprétation globale du site, deux hypothèses peuvent être évoquées : villa ou vicus ? Sur plus de 10 ha s’étendent, en effet, les restes d’une occupation dense et implantée très rigoureusement. Les grandes villae ne se sont pas légion en Aquitaine romaine mais rien n’exclut l’existence d’un vaste domaine à l’entrée du bassin de Brive. D’autant que la répartition de petites unités d’habitation à l’extérieur de deux longs murs de clôture d’une cour rustique semble caractéristique de l’organisation de nombreuses villae de Gaule et de Germanie. Le corpus proposé par Alain Ferdière, Cristina Gandini, Pierre Nouvel et Jean-Luc Collart dans un article récent8 ne recense aucune grande villa chez les Lémovices. Une seule villa a été retenue en territoire pétrocore, tandis que chez les Arvernes deux sont inventoriées et trois en territoire picton. Un plus grand nombre de sites est retenu chez les Bituriges et les Éduens, mais les travaux universitaires géographiquement concentrés sur ces territoires sont plus nombreux9. La villa du Champ des Pois à Levet10 présente, en outre, de fortes ressemblances avec ses pavillons multiples alignés et implantés en extérieur des murs de clôture d’une cour agricole de plan allongé. Doit-on alors écarter l’identification du site de Cazaudet-Roumégoux comme vicus à vocation économique et commerciale, organisé autour d’un foirail central ? La proximité de l’agglomération artisanale de Briva peut, en effet, paraître problématique, d’autant qu’elle est attestée à moins de 6 km en aval dès le milieu du ier siècle de notre ère. En outre, la comparaison du plan du site malemortois avec de nombreux plans de pars rustica à pavillons multiples nous incite à aller dans le sens d’une vaste villa même si la discussion sur l’interprétation de site reste ouverte. Toutefois, rappelons que trop souvent le chercheur en archéologie veut coller la réalité à des typologies de site et les insérer dans une hiérarchie établie par rapport au monde urbain qui ne reflète pas la variabilité des occupations rurales en Gaule.

Haut de page

Notes

1 Les premiers repérages archéologiques, effectués dès 1867 par Massénat et Lalande, permettaient d’envisager une présence anthropique du Second âge du fer dans cette zone (cf. Philippe Lalande, « Sépulture gallo-romaine dans la Corrèze », Bulletin de la Société scientifique, Historique et Archéologique de la Corrèze, 3, 1881, p. 125 à 160).

2 Alexandra Hanry-Besombes, Malemort/Corrèze « Cazaudet » - « Roumégoux », L’occupation laténienne et gallo-romaine à la confluence de la Corrèze et de la Couze (bassin de Brive), Rapport Final de Fouille, Inrap, 2007.

3 Les analyses radiométriques réalisées sur les charbons de bois provenant de la structure donnent les mesures suivantes : datation Erl-10010, Age 14C AMS conventionnel : 2148 ± 38 BP. L’interprétation de la courbe de densité de probabilité de la date calibrée permet donc de proposer une datation entre 235 et 87 av. J.-C., ce qui ne contredit pas les orientations chronologiques proposées par l’étude céramologique.

4 Christian Sireix, « Officines de potiers du Second Âge du Fer dans le sud-ouest de la Gaule », Aquitania, 12, 1994, p. 98.

5 Ph. Lalande, « Sépulture gallo-romaine […] » ; Guy Lintz, « Amphores et poteries trouvées à Roumégoux (commune de Malemort/Corrèze) », Bulletin de la Société scientifique, Historique et Archéologique de la Corrèze, 91, 1969, p. 65 à 70.

6 Ibid.

7 Informations fournies par le céramologue en charge de l’étude du mobilier céramique issu de la fouille de 2011, Pierre Marty (INRAP).

8 Alain Ferdière, Cristina Gandini, Pierre Nouvel et Jean-Luc Collart, « Les grandes villae ‘‘à pavillons multiples alignés’’ dans les provinces des Gaules et des Germanies : répartition, origine et fonctions », Revue archéologique de l’Est, 59, 2010, p. 357-446.

9 Cristina Gandini, Les formes de l’habitat rural dans la cité des Bituriges Cubi. Approche architecturale, mémoire de DEA, université de Paris I, 2000 ; C. Gandini, Des Campagnes gauloises aux campagnes de l’Antiquité tardive : la dynamique de l’habitat rural dans la cité des Bituriges Cubi (iie siècle av. J.-C.-viie siècle ap. J.-C.), thèse de doctorat d’archéologie, université de Paris I, 2006.

10 Dans le Cher, plan dans C. Gandini, Les formes […].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de localisation du site de Cazaudet-Roumégoux à Malemort-sur-Corrèze, en Corrèze
Légende Localisation des fouilles de 2006 et 2011, Zac du Moulin, commune de Malemort-sur-Corrèze (19). IGN 1/25 000, CARTO Exploreur, © Inrap.
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/769/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 2 : Plan de la Zone 2, fouille de 2006 à Cazaudet-Roumégoux
Légende Cartographie : A. Hanry
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/769/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 3 : Vue du four F2048 depuis le nord-ouest
Légende Cl. A. Hanry
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/769/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4 : Plan et coupe du four laténien F 2048
Légende Schéma : A. Hanry
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/769/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5 : Plan de la zone du solin F58, Zone 1
Légende Plan : A. Hanry
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/769/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 6 : Vue et coupe du puits F90, et d’une partie du mobilier issu de son comblement
Légende Schémas et clichés : A. Hanry
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/769/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9M
Titre Fig. 7 : Plan des structures bâties, puits et canalisations dégagés en 2011 au Cazaudet-Roumégoux
Légende Plan : A. Hanry
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/769/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 8 : Vue depuis le nord de la bande aménagée entre le mur de clôture M27 et la voie F2001
Légende Cliché : A. Hanry
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/769/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Fig. 9 : Vue depuis le sud du bâtiment Ensemble 12, construction rectangulaire et son extension au sud
Légende Cliché : A. Hanry
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/769/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 10 : Fouille du puits F2023 entre les bâtiments ENS1 et ENS2
Légende Cliché : A. Hanry
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/769/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Fig. 11 : Plan des 4 phases d’aménagements de l’Ensemble 1
Légende Plan : A. Hanry
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/769/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1010k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Hanry, « La fouille de Malemort-sur-Corrèze – villa ou vicus ? », Siècles [En ligne], 33-34 | 2011, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://siecles.revues.org/769

Haut de page

Auteur

Alexandra Hanry

Chargée d’opération et de recherche
INRAP

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org