Navigation – Plan du site

À l’ouest d’Augustoritum, du nouveau sur Cassinomagus (Chassenon, Charente)

West of Augustoritum: New Findings on Cassinomagus (Chassenon, Charente)
David Hourcade, Cécile Doulan, Laure Laüt, Gabriel Rocque et Sandra Sicard

Résumé

L’agglomération antique de Cassinomagus (Chassenon, Charente), dont le nom est connu par la Table de Peutinger, est située en bordure occidentale de la cité des Lémovices, à 41 km du chef-lieu, Augustoritum (Limoges, Haute-Vienne). Il s’agit de l’une des rares agglomérations secondaires importantes de la civitas, dont sont étudiés ici l’extension et les grandes phases d’évolution. L’accent est mis sur les recherches récentes menées sur l’aqueduc, les thermes et le sanctuaire.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Chassenon, Limousin

Index chronologique :

histoire romaine
Haut de page

Texte intégral

1L’agglomération antique de Cassinomagus, dont le nom est connu par la Table de Peutinger, est située en bordure occidentale de la cité des Lémovices, à 41 km du chef-lieu, Augustoritum (Limoges, Haute-Vienne) (fig. 1). Il s’agit de l’une des rares agglomérations secondaires importantes de la civitas et elle doit peut-être son développement exceptionnel à sa position particulière dans le territoire lémovice. Cassinomagus se trouve en effet dans une zone de confins, à proximité des cités des Pictons, des Pétrucores, des Santons et du pagus des Angoumoisins. En outre, l’agglomération bénéficie d’une implantation privilégiée sur la voie d’Agrippa reliant Lyon à Saintes, mais aussi sur la Vienne dont le cours rejoint directement le chef-lieu de cité, voire sur la probable voie reliant Poitiers à Périgueux.

Fig. 1 : Plan de localisation de Cassinomagus dans la cité des Lémovices

Fig. 1 : Plan de localisation de Cassinomagus dans la cité des Lémovices

© PCR Cassinomagus

  • 1 Pour une présentation complète des découvertes récentes, ainsi qu’un bilan historiographique, voir (...)

2Présentant un état de conservation exceptionnel – leurs murs s’élèvent encore parfois à près d’une dizaine de mètres de hauteur –, les thermes ont focalisé l’attention des chercheurs pendant des décennies. Pourtant, le site de Cassinomagus ne se résume pas à cet édifice et le développement des recherches pluridisciplinaires conduites à Chassenon depuis le début du XXIe siècle en est la preuve1.

L’agglomération de Cassinomagus et son territoire

  • 2 Laure Laüt, Pauline Bombeeck, Gabriel Rocque et Sandra Sicard, « Conclusion : l'agglomération de Ca (...)

3Les indices d’occupation antique ont été retrouvés sur une aire d’environ 140 ha, principalement concentrés dans différents secteurs totalisant quelque 70 ha (fig. 2). La trame urbaine de l’agglomération de Cassinomagus se dessine grâce aux prospections aériennes, aux prospections géophysiques et à l’étude du parcellaire2. Quatre voies est-ouest, parallèles à l’axe de l’aqueduc, semblent former des lignes directrices. Elles structurent l’agglomération en plusieurs espaces longitudinaux, sans pour autant qu’une trame régulière puisse être perçue. Chaque secteur présente des formes d’occupation distinctes. L’ensemble monumental est placé dans la zone centrale, alors que deux autres quartiers, au sud et au nord, commencent à livrer des vestiges d’activités domestiques et artisanales.

Fig. 2 : Carte schématique de l’agglomération antique

Fig. 2 : Carte schématique de l’agglomération antique

Sources : IGN (relief, hydrographie), collectif de recherche sur Chassenon (données archéologiques). Cartographie SIG : L. Laüt – 2012

  • 3 G. Rocque, « La branche principale de l’aqueduc de Cassinomagus (Chassenon, Charente) » dans Cather (...)
  • 4 C. Doulan, G. Rocque et S. Sicard, « L’aqueduc de Cassinomagus (Chassenon, Charente) : bilan des re (...)

4Étendu sur une vingtaine d’hectares, l’ensemble monumental (fig. 3) se compose d’ouest en est du sanctuaire des Chenevières, des thermes de Longeas et de deux édifices jumelés interprétés comme des temples. L’édifice de spectacle de la Léna est implanté immédiatement au nord et à peine en contrebas du lieu de culte ouest. Un probable portique ferme au nord l’esplanade entre sanctuaire et thermes. Il est constitué de deux murs parallèles, d’orientation est-ouest, qui ont été ponctuellement dégagés sur une longueur d’environ 30 m. Ce probable portique, large de 6,30 m, présente des espaces cloisonnés par des murs de refend. Des arrachements, localisés près des angles des murs sud, semblent indiquer les emplacements de colonnes dont deux fragments en calcaire ont été retrouvés à proximité. Au sud, la limite de l’ensemble monumental est marquée par l’aqueduc. Cet édifice matérialise alors la séparation entre l’espace public au nord et des quartiers d’habitats au sud. Des ouvertures ont toutefois été aménagées en deux points précis du monument pour permettre la circulation entre lieux publics et privés. Ainsi, au sud-est des thermes, une série de sept passages pour chariots existait sous les arches du pont-canal dont les fondations ont été marquées par de profondes ornières3. Une petite entrée piétonne complète cet ensemble ; elle permettait l’accès à la façade principale de l’édifice thermal. À l’ouest, la branche secondaire ouest de l’aqueduc a été percée d’une entrée piétonne monumentalisée, à deux baies, afin d’accéder à l’entrée sud-est du sanctuaire des Chenevières depuis le quartier d’occupation sud4.

Fig. 3 : Plan schématique de l’ensemble monumental

Fig. 3 : Plan schématique de l’ensemble monumental

Sources : d’après IRAA (1995), Terra Nova (1999-2000), Axis (2000), Baigl (2003), Bobée (2005), Doulan et al. (2004-2010), Hourcade et al. (1995-1999, 2003-2010), Poirier et al. (2004-2005), Rocque et al. (2005-2010), Perrot (2007), Sicard et al. (2005, 2008). DAO : S. Sicard, C. Doulan, D. Hourcade, G. Rocque.

  • 5 Jacques Gaillard, « Aux marges de l'agglomération : les carrières d'impactite » dans C. Doulan et a (...)

5À proximité immédiate, voire au contact de l’espace urbain, ont été repérées des traces d’exploitation de l’impactite locale, ce matériau si particulier résultant de la chute d’une météorite il y a 214 millions d’années. Huit carrières sont identifiées dans la commune de Chassenon, dont trois au moins ont une origine antique certaine. Cette roche relativement aisée à extraire a pu bénéficier de stratégies d’exploitation précises dès l’époque romaine et a d’ailleurs largement servi à la construction des bâtiments de Cassinomagus5.

  • 6 Luc Bourgeois, « Le cimetière médiéval de Chassenon (Charente) : un état des lieux », Travaux d’Arc (...)

6Quant aux nécropoles qui permettraient de préciser les limites de l’agglomération, elles ne sont toujours pas localisées, notamment celles du Haut-Empire. Pour la période de l’Antiquité tardive, nous disposons seulement de signalements anciens de sarcophages rectangulaires, mais ceux qui sont aujourd’hui conservés sont trapézoïdaux et donc plus tardifs. Toutefois, selon L. Bourgeois, dans la mesure où l’église et le cimetière médiévaux sont implantés en marge de l’agglomération antique, il est possible qu’ils occupent un espace funéraire plus ancien6. Deux autres secteurs auraient livré des sarcophages rectangulaires en impactite, l’un à proximité du grand axe de circulation sud-ouest/nord-est à l’ouest de l’agglomération, l’autre près du pont de Pilas, situé beaucoup plus au nord en limite du territoire de l’agglomération.

  • 7 Philippe Poirier, « Architecture, combustibles et environnement des thermes de Chassenon : l’apport (...)

7Si les campagnes qui entourent Cassinomagus n’ont pas encore fait l’objet de programme de prospection de grande envergure, les vestiges déjà répertoriés dans un rayon de 25 km autour de l’agglomération permettent d’esquisser quelques tendances sur le paysage antique. Soixante-huit habitats ruraux sont identifiés, villae ou fermes plus modestes qui se concentrent particulièrement dans la moitié orientale de la zone, notamment entre la voie d’Agrippa au sud et la vallée de la Vienne au nord. Compte tenu de la faible qualité agricole des terres dans ce secteur de la Charente limousine, il est possible que l’élevage et l’exploitation du bois des forêts aient tenu une place relativement importante dans l’économie locale7. Quant aux minerais de fer et aux argiles qui se trouvent dans le sous-sol, ils ont certainement fait l’objet d’une exploitation à l’époque romaine, même si les ateliers connus à ce jour sont peu nombreux. Les vestiges d’extraction antique d’or, d’étain et de plomb argentifère se trouvent pour leur part au-delà d’un rayon de 25 km autour de Cassinomagus.

Les grandes phases de l’évolution du site8

  • 8 L. Laüt et al., « Conclusion […] ».
  • 9 José Gomez de Soto et G. Rocque, « Avant les construction gallo-romaines : une occupation du second (...)

8La majorité des recherches menées depuis le XIXe siècle laisse supposer que l’agglomération a vu le jour dans le courant du Ier siècle ap. J.-C. Néanmoins, plusieurs fouilles récentes ont révélé des occupations antérieures9. Ainsi, en 2008, plusieurs structures protohistoriques ont été mises au jour à l’est de l’ensemble monumental : fossés et trous de poteaux associés à un mobilier très homogène de la seconde moitié du IIe siècle ou début du ier siècle av. J.-C. Cependant, l’emprise réduite des sondages ne permet pas de préciser la nature de ces occupations et il est encore plus hasardeux de prétendre qu’elles sont à l’origine du développement urbain de l’époque romaine.

  • 10 David Guiton, Sylvie Soulas, G. Rocque, Cyril Driard et Anne Jégouzo, « Structures artisanales et d (...)

9En 2007, dans le bourg actuel de Chassenon, ce sont des structures en creux d’époque romaine précoce qui ont été mises au jour10. Citons en particulier la découverte, dans un puits, de vingt-huit fragments de bois dont l’abattage a eu lieu en 47 av. J.-C. et vers 13 ap. J.-C. Un important lot de céramiques du premier quart ou du premier tiers du Ier siècle ap. J.-C. complète ces datations. Au sud de l’aqueduc, une autre intervention a permis de dégager un bâtiment en terre et bois antérieur aux constructions en dur qui se sont ensuite multipliées dans ce quartier d’habitat.

  • 11 Julien Denis, Nicolas Peyne, D. Guiton, S. Soulas, Arnaud Coutelas, G. Rocque et C. Driard, « Habit (...)

10C’est vers la fin du Ier siècle ou au tout début du IIe siècle ap. J.-C. que se développent l’ensemble monumental et les autres quartiers de l’agglomération11. Les fouilles récentes révèlent des bâtiments rustiques ou à caractère urbain plus marqué avec des décors de peintures murales et des activités artisanales associées. Malgré l’essor considérable de l’agglomération dans cette phase, un lent déclin semble s’amorcer dès le début du IIIe siècle, dans les différents secteurs de Cassinomagus.

11C’est à la fin du IIIe siècle que les principaux bâtiments publics sont abandonnés. Les thermes subissent un incendie, peut-être dû à un manque d’entretien, vers 275-280 ap. J.-C. À cette même période, l’aqueduc cesse de fonctionner, ses abords servant alors de dépotoir, en marge des habitats qui finissent par être abandonnés eux aussi. Dans le courant du IVe siècle, on récupère presque intégralement les pierres de l’aqueduc, ainsi qu’une grande partie des matériaux des thermes.

  • 12 D. Hourcade et Stéphane Lebreton, « Les thermes de Chassenon (Charente) : transformation et réoccup (...)
  • 13 L. Bourgeois, « Le cimetière […] » ; L. Bourgeois, Claude Andrault-Schmidt et A. Berland, « St-Jean (...)

12Ce sont ensuite de nouvelles formes d’occupation qui se développent. Aux Ve et VIe siècles, de modestes bâtiments agricoles (habitats, greniers) s’installent dans les ruines des thermes12. Nous savons encore peu de choses sur les évolutions qui s’opèrent entre le VIe et le Xe siècle, avant l’aménagement de l’église actuelle et des premières inhumations connues à proximité13.

L’aqueduc

  • 14 C. Doulan, D. Hourcade, G. Rocque et S. Sicard, « Acheminement, distribution et utilisation de l'ea (...)

13La principale source d’approvisionnement en eau de l’ensemble monumental était l’aqueduc qui cheminait d’est en ouest au sud des édifices du centre public (fig. 3)14. Son parcours est bien défini sur une longueur d’environ 1 km jusqu’aux lieux de distribution. En revanche, la partie amont de l’ouvrage, depuis sa source jusqu’à son entrée dans l’agglomération antique, n’est pas connue.

  • 15 Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Angoulême-Paris, 1844-1848, p. 177.

14Contrainte par une topographie accidentée, la mise en œuvre, vers la fin du Ier ou le début du IIe siècle, de différents modes de construction de l’aqueduc s’est imposée. À l’est de l’ensemble monumental, le canal souterrain est creusé en tunnel dans la roche. Ses caractéristiques architecturales sont indéterminées, car aucune observation n’a été effectuée sur ce tronçon. L’aqueduc est ensuite bâti en fond de tranchée sur une longueur de 190 m vers l’ouest. Il est alors protégé par une voûte maçonnée dont la hauteur variable sous intrados peut atteindre jusqu’à 2 m. À environ 200 m à l’est des thermes, le canal dont aucun vestige ne subsiste devenait aérien et formait un léger coude vers le nord. Le passage du conduit se faisait alors sur mur ou sur arches, sur le reste de son parcours. Un mur bahut, aujourd’hui très arasé mais probablement encore en élévation au XIXe siècle15, portait la canalisation sur une longueur de 32 m. Un pont, long de 180 m, permettait ensuite le franchissement du vallon situé face à l’entrée des thermes. Constitué à l’origine de quarante-quatre piles, il n’en conserve actuellement que deux. La hauteur estimée du pont-canal est d’une dizaine de mètres au point le plus bas du vallon (fig. 4). Au-delà de la dépression naturelle, le conduit était à nouveau porté par un mur bahut sur une distance de 240 m. Une partie importante de son élévation est encore visible dans le paysage, sur la ligne de crête entre thermes à l’est et sanctuaire à l’ouest. À 50 m de l’angle sud-est du lieu de culte, au point où on observe une rupture de pente axée nord-sud, le mur opère un brusque retour d’angle de 92° vers le nord sur une longueur de 8,45 m. L’eau se déversait alors dans un bassin de répartition disparu qui était en connexion avec deux conduits secondaires de l’aqueduc (fig. 5). Ceux-ci alimentaient le sanctuaire à l’ouest et les thermes à l’est.

Fig. 04 : Hypothèse de restitution du pont-aqueduc

Fig. 04 : Hypothèse de restitution du pont-aqueduc

C. Driard, J.-Ch. Méaudre et G. Rocque

Fig. 5 : Vue depuis le nord, de la jonction des branches principale et secondaire de l’aqueduc

Fig. 5 : Vue depuis le nord, de la jonction des branches principale et secondaire de l’aqueduc

Cliché C. Doulan

Les thermes de Longeas

15Les thermes de Longeas occupent le centre de l’ensemble monumental. Ils sont construits en contrebas de l’aqueduc principal, qui passe au sud, et du sanctuaire des Chenevières, situé à l’ouest. Ils sont alimentés en eau par la branche secondaire est de l’adduction qui s’y connecte au niveau de la pièce d’angle sud-ouest.

  • 16 La partie centrale de l'édifice est construite sur des salles de soutènement voûtées dont la hauteu (...)
  • 17 L'usage thérapeutique des lieux n'est pas certain. La présence de deux grands bassins d'immersion c (...)
  • 18 Cette pratique, rare, est aussi connue pour les thermes de la place des Jacobins, à Limoges et ceux (...)
  • 19 Généralement, dans les « thermes impériaux », la circulation se fait de la périphérie vers le centr (...)
  • 20 D. Hourcade, « Les thermes de Chassenon (Charente) : l’apport des fouilles récentes », Aquitania, 1 (...)

16L’édifice s’organise selon un plan symétrique proche de celui des « thermes doubles impériaux » (fig. 6) dont il se démarque cependant par le dédoublement des salles de sport (P), des frigidaria (F) et des salles chauffées. Inscrit dans un carré d’environ 115 m de côté, il est construit sur deux niveaux : un rez-de-chaussée technique réservé au personnel de service (fig. 7)16 et un étage public. « Bains d’entrée » du sanctuaire des Chenevières, c’est-à-dire lieu où l’on effectuait les ablutions purificatrices préalables aux rites, aux sacrifices et aux banquets, le bâtiment sert de thermes classiques (hygiéniques) et peut-être aussi de cure17. Cette originalité se traduit dans le plan par les deux itinéraires18 proposés aux utilisateurs à l’étage, en fonction de leurs envies ou de leurs besoins. En effet, on restitue deux circuits continus et en boucle qui débutent par le centre de l’édifice et se terminent par ses extrémités19 : l’un dextrogyre et hygiénique, au nord, et l’autre sinistrogyre et peut-être curatif, au sud. Des trajets courts ou longs sont également possibles en fonction de la pratique éventuelle et préalable d’un sport20.

Fig. 6 : Plan de l’étage des thermes de Longeas

Fig. 6 : Plan de l’étage des thermes de Longeas

D. Hourcade, C. Doulan, S. Sicard et P. Aupert

Fig. 7 : Plan du rez-de-chaussée des thermes de Longeas

Fig. 7 : Plan du rez-de-chaussée des thermes de Longeas

D. Hourcade, C. Doulan, S. Sicard et P. Aupert

  • 21 D. Hourcade, C. Doulan, Xavier Perrot, Cécilia Bobée et S. Soulas, « Plan et chronologie des therme (...)
  • 22 Rectiligne sur une longueur d’environ 80 m, le mur forme un coude rentrant, au sud, percé d’une ent (...)

17La reprise des recherches au milieu des années 1990 et, plus encore, leur poursuite dans les années 2000 ont permis de compléter de façon utile le plan de l’édifice, notamment ses espaces périphériques21. Ainsi, grâce aux prospections électriques réalisées sur une superficie d’environ 4 500 m2 par Cécilia Bobée en 2003 et 2004, on a pu cartographier la partie orientale des thermes et leur entrée. Au nord et au sud, les sondages ont confirmé la présence de galeries, longues d’environ 90 m et larges de 5 m, bordant l’édifice. Enfin, à l’arrière des thermes, les fouilles menées par Cécile Doulan, David Hourcade et Philippe Poirier entre 2004 et 2010 ont montré que la cour ouest était clôturée par un mur simple reliant deux pièces quadrangulaires situées aux angles nord-ouest et sud-ouest22. La première (La), au nord, servait de latrines et pouvait accueillir jusqu’à quarante-neuf personnes. La seconde (Pa), au sud, servait d’espace de passage en direction du sanctuaire des Chenevières et jouait également un rôle hydraulique. En effet, une cuve, intégrée dans le mur sud de la pièce, recueillait l’eau acheminée par la branche secondaire de l’aqueduc et la redistribuait à l’intérieur des thermes.

  • 23 C. Doulan et al., « Acheminement […] » ; D. Hourcade et al., « Plan et chronologie […] ».

18Les nouveautés concernent également les circuits d’alimentation et d’évacuation hydrauliques23. On sait, en effet, au vu du nombre et de la taille des bassins et points d’eau mis au jour, qu’un volume global d’au moins 629 m3 d’eau était nécessaire au bon fonctionnement des thermes. L’eau était acheminée jusqu’aux chaudières des cours de chauffe, aux vasques et aux bassins d’eau froide à l’aide de petits tuyaux en plomb portés par les maçonneries. Enfin, l’étude menée par Xavier Perrot et David Hourcade sur les systèmes d’évacuation des eaux usées et d’infiltration a montré que le réseau des égouts et des caniveaux, qui converge vers les latrines, avait été construit en deux temps, contemporains des phases d’aménagement des thermes.

  • 24 D. Hourcade et al., « Plan et chronologie […] ».
  • 25 D. Hourcade et S. Lebreton, « Les thermes […] » ; D. Hourcade et Thierry Morin, « Le gymnase nord d (...)

19La chronologie de l’édifice balnéaire est en effet désormais mieux connue24. La construction s’est faite sur un terrain quasi vierge d’aménagements où seule une activité de nature encore indéterminée et datant vraisemblablement du début du Ier siècle ap. J.-C. est attestée au sud. L’édification du bâtiment s’est déroulée en deux étapes, sur un temps relativement long, du sud au nord. La date du début des travaux n’est pas assurée, mais elle est postérieure aux années 90 ap. J.-C. et antérieure au milieu du IIe siècle ap. J.-C. À cette époque, il est probable que seule la partie sud du bâtiment thermal ait été mise en service. L’édifice n’est achevé que dans le dernier quart du IIe siècle ap. J.-C. avec l’ajout des latrines au nord-ouest et l’ouverture au public des salles de la moitié nord. La dégradation et l’abandon progressifs des thermes interviennent dès le milieu du IIIe siècle ap. J.-C. et se concluent par un incendie survenu à la fin de ce même siècle. Par la suite, le site sert de carrière au IVe siècle et est réoccupé en hameau aux Ve et VIe siècles25.

Le sanctuaire des Chenevières

  • 26 L'édifice a récemment été publié : voir Pierre Aupert, « Architecture gallo-romaine et tradition ce (...)

20Le sanctuaire des Chenevières est une composante majeure de l’ensemble monumental de l’agglomération antique. Implanté en position topographique dominante, il s’étend sur une vaste terrasse d’une superficie minimale de 2 ha. Peu fouillé et étudié – hormis son temple dit de Montélu qui a fait l’objet de nombreuses recherches depuis le XIXe siècle26 –, il est encore insuffisamment connu du point de vue de son ordonnancement, de son fonctionnement et de sa chronologie. Les données à notre disposition, issues d’observations des siècles derniers, de prospections pédestres, aériennes et géophysiques (1990-2000), d’interventions archéologiques préventives et programmées (2004-2011), permettent d’en dresser le plan qui reste, toutefois, encore bien lacunaire.

  • 27 Les bras ouest, sud et nord du podium semblent aussi avoir été aménagés en escaliers.
  • 28 Son diamètre est de 18,33 m.
  • 29 Philippe Oudin, Charente, Chassenon temple, protection du temple, SRA de Poitou-Charentes, 1989 (co (...)

21La monumentalité et l’originalité architecturales du site cultuel le classent parmi les lieux de culte les plus remarquables à l’échelle des sanctuaires de la Gaule romaine. Le podium du temple, seule partie de l’édifice encore visible, émerge du centre de l’esplanade nivelée. Haut de 2,61 m et inscrit dans un cercle de 50,27 m de diamètre hors tout, il est construit en opus caementicium pris dans un coffrage de blocs en grand appareil d’impactite (fig. 8). C’est un massif octogonal dont les côtés, qui correspondent plus ou moins aux orientations cardinales, sont en saillie sur 5,80 m de long. Il affecte donc la forme d’une croix grecque dont les branches, en pente négative vers l’extérieur, sont reliées par des pans obliques. Un caniveau en pierre, creusé dans l’impactite, court au pied du podium et au-delà un dallage formait un niveau de sol actuellement conservé seulement au nord-est et au sud du massif. La plateforme du podium était accessible par le bras est, vraisemblablement au moyen de dix marches27. Le temple, ainsi surélevé, se développe selon un plan centré à galerie périphérique. La cella, inscrite dans un cercle au diamètre externe de 23,65 m, présente un parement extérieur à huit pans coupés. Le mur en opus caementicium, encore conservé en 1844 sur une hauteur de 1,50 m, est appareillé en petits moellons liés avec du mortier. Le chaînage des pans est en briques. La pièce s’ouvre à l’est par une baie large de 4,62 m. Le parement intérieur de la cella, de plan circulaire28, présente une alternance de quatre niches semi-circulaires centrées et de huit pilastres contreforts placés au droit des angles extérieurs de l’octogone. Le sol et les parements intérieurs de la pièce, ainsi que les pilastres, étaient richement revêtus de dalles de marbre de types différents. La cella est entourée d’une galerie dont la largeur des pans oscille entre 8 et 9,15 m. Des empreintes de colonnes29 sont visibles en bordure des côtés nord et sud de la plate-forme du podium. La galerie formait donc un péristyle d’ordre corinthien ou corinthisant, au sol constitué de plaques de calcaire (fig. 9).

Fig. 8 : Plan du temple de Montélu

Fig. 8 : Plan du temple de Montélu

P. Aupert

Fig. 9 : Hypothèses de restitution du temple de Montélu

Fig. 9 : Hypothèses de restitution du temple de Montélu

Th. Morin

  • 30 C. Doulan, avec la coll. de Jean-Pierre Bost, Lucie Carpentier, Arnaud Coutelas, Loïc Daverat, Cami (...)
  • 31 Abbé Arbellot, « Fouilles de Chassenon (Charente) », Bulletin Monumental, 28, 1862, p. 308.
  • 32 J.-H. Michon, Statistique monumentale […], p. 186-187.
  • 33 Ces substructions ont été remblayées après 1988, en même temps que le podium du temple.

22Le tracé du mur d’enceinte, en partie perceptible en prospections pédestres, a été mis en évidence dans sa partie est par les recherches géophysiques de 1999 et complété à l’ouest lors des fouilles de 2011 (fig. 3)30. À l’est, l’aire cultuelle, longue de 200 m du nord au sud et large de 70 m environ d’est en ouest, est délimitée par un mur en Pi avec exèdre monumentale placée dans l’axe est-ouest du temple. L’exèdre, ouverte sur une longueur de 100 m environ, est une des particularités du lieu de culte. C’est vraisemblablement cette partie de l’enceinte dont font état, vers 1780, l’abbé Nadaud et P. de La Ruelle de Beaumesnil. L’abbé évoque « un mur fait en rond, qui conduit presque jusqu’à un endroit appelé vulgairement le Montélu31 » et P. de La Ruelle de Beaumesnil a observé les vestiges de « six demi-arceaux enfoncés, détruits en 175832 » qu’il place à proximité du Montélu. Ce dispositif était encore visible en 198833 au pied de l’exèdre, à l’endroit de ce qui actuellement correspond sur le terrain à une forte rupture de pente de forme curviligne. En effet, six contreforts semi-circulaires en sous-œuvre, formant une « arcade » curviligne, contrebutent la poussée des terres de la terrasse. Ces soutènements renforçaient donc le mur qui limite au nord-est le sanctuaire.

23La partie ouest de l’aire cultuelle, en cours d’étude, correspond à une vaste étendue rectangulaire dont la fonction reste à préciser (entrée monumentale ?). Deux grandes pièces d’angle sud et nord, inédites, semblent faire la jonction entre les espaces est et ouest du lieu de culte.

  • 34 Deux ont été vidées en 1897 : Alfred Masfrand, « Compte rendu des fouilles faites dans les ruines g (...)
  • 35 Cette recherche est menée depuis 2011 sous la direction de C. Doulan dans le cadre d'un Projet coll (...)
  • 36 P. Aupert, « Le temple […] », p. 161.

24Une autre particularité du sanctuaire est un ensemble de quarante-neuf fosses, creusées dans la roche, d’une emprise au sol de 2 700 m2, qui se développe au sud du temple (fig. 10). Les creusements sont mentionnés dans la littérature depuis le XIXe siècle et certains d’entre eux ont été vidés de leur comblement34. Ce dispositif est structuré en sept rangs parallèles de sept fosses circulaires, d’un diamètre de 3 m et d’une profondeur de 1 m environ chacune. Un canal, creusé dans l’impactite, serpente entre les rangs d’un bout à l’autre du quadrillage fossoyé. Anciennement identifiées avec des citernes, les fosses font actuellement l’objet d’une recherche interdisciplinaire35. L’hypothèse de travail est de les interpréter comme des fosses de plantation. Cet aménagement ordonné, non daté, s’inscrit parfaitement au sein du lieu de culte dont la construction est chronologiquement située vers la fin du Ier siècle ou dans le premier tiers du IIe siècle ap. J.-C.36.

Fig. 10 : Vue aérienne des fosses du sanctuaire des Chenevières

Fig. 10 : Vue aérienne des fosses du sanctuaire des Chenevières

Cliché R. Perrin

Conclusion

25On le voit, les recherches menées depuis une décennie sur le site renouvellent profondément la vision que l’on avait de l’histoire, de l’organisation et de l’importance de l’agglomération de Cassinomagus. Il ne s’agit ni d’un sanctuaire rural, ni d’un désert archéologique se résumant à son établissement thermal. La parure monumentale hors-norme de cette agglomération et sa grande superficie pourraient indiquer qu’elle a pu être considérée par les autorités d’Augustoritum comme une vitrine du peuple lémovice aux marges de son territoire, une étape importante sur le réseau routier provincial et un haut-lieu de culte et de rassemblement au sein au sein des cités septentrionales de l’Aquitaine romaine.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation complète des découvertes récentes, ainsi qu’un bilan historiographique, voir Cécile Doulan, Laure Laüt, Arnaud Coutelas, David Hourcade, Gabriel Rocque et Sandra Sicard (coord.), « Cassinomagus, l’agglomération et ses thermes. Résultats des recherches récentes (2003-2010) à Chassenon (Charente) », Aquitania, 28, 2012, p. 99-297.

2 Laure Laüt, Pauline Bombeeck, Gabriel Rocque et Sandra Sicard, « Conclusion : l'agglomération de Cassinomagus. Éléments de synthèse et perspective de recherches » dans C. Doulan et al., « Cassinomagus […] », p. 263-288.

3 G. Rocque, « La branche principale de l’aqueduc de Cassinomagus (Chassenon, Charente) » dans Catherine Abadie-Reynal, Samuel Provost et Pascal Vipard (dir.), Les réseaux d'eau courante dans l'Antiquité. Réparation, modifications, réutilisations, abandon, récupération, Actes du colloque international de Nancy, 20-21 novembre 2009, Rennes, 2011, p. 71-72.

4 C. Doulan, G. Rocque et S. Sicard, « L’aqueduc de Cassinomagus (Chassenon, Charente) : bilan des recherches récentes », Bulletin de l’Association des Archéologues de Poitou-Charentes, 39, 2010, p. 44.

5 Jacques Gaillard, « Aux marges de l'agglomération : les carrières d'impactite » dans C. Doulan et al., « Cassinomagus […] », p. 247-262.

6 Luc Bourgeois, « Le cimetière médiéval de Chassenon (Charente) : un état des lieux », Travaux d’Archéologie Limousine, 27, 2007, p. 167-182.

7 Philippe Poirier, « Architecture, combustibles et environnement des thermes de Chassenon : l’apport de l’anthracologie », Aquitania, 16, 1999, p. 179-181.

8 L. Laüt et al., « Conclusion […] ».

9 José Gomez de Soto et G. Rocque, « Avant les construction gallo-romaines : une occupation du second âge du Fer » dans C. Doulan et al., « Cassinomagus […] », p. 195-208.

10 David Guiton, Sylvie Soulas, G. Rocque, Cyril Driard et Anne Jégouzo, « Structures artisanales et domestiques de l’époque romaine précoce », dans C. Doulan et al., « Cassinomagus […] », p. 209-224.

11 Julien Denis, Nicolas Peyne, D. Guiton, S. Soulas, Arnaud Coutelas, G. Rocque et C. Driard, « Habitat et circulation à partir du milieu du Ier siècle p.C. » dans C. Doulan et al., « Cassinomagus […] », p. 225-246.

12 D. Hourcade et Stéphane Lebreton, « Les thermes de Chassenon (Charente) : transformation et réoccupation (IVe-VIe s. p.C.) », Aquitania, 18, 2001/2002, p. 111-135.

13 L. Bourgeois, « Le cimetière […] » ; L. Bourgeois, Claude Andrault-Schmidt et A. Berland, « St-Jean-Baptiste de Chassenon (Charente) : archéologie monumentale de la modeste église paroissiale d’un site prestigieux », Revue Historique du Centre-Ouest, 5, 2006, p. 231-255.

14 C. Doulan, D. Hourcade, G. Rocque et S. Sicard, « Acheminement, distribution et utilisation de l'eau dans l'ensemble monumental antique de Chassenon (Charente) » dans L'eau : usages, risques et représentations dans le Sud-Ouest de la Gaule et le Nord de la péninsule Ibérique (IIe s. a.C.-VIe s. p.C.), Actes du colloque International, Dax, 25 et 26 septembre 2009, à paraître ; C. Doulan, G. Rocque et S. Sicard, « À l'origine : l'aqueduc » dans C. Doulan et al. « Cassinomagus […] », p. 123-130.

15 Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Angoulême-Paris, 1844-1848, p. 177.

16 La partie centrale de l'édifice est construite sur des salles de soutènement voûtées dont la hauteur permet de rattraper progressivement le dénivelé de 7 m (sud-nord) du terrain.

17 L'usage thérapeutique des lieux n'est pas certain. La présence de deux grands bassins d'immersion chauffés (Pic1 et Pic2) incite à l'envisager, car ce type d'aménagement caractérise généralement – mais pas exclusivement – des thermes de cure (Alain Bouet (dir.), Thermae gallicae. Les thermes de Barzan (Charente-Maritime) et les thermes des provinces gauloises, Aquitania Suppl. 11, Mémoires 10, Bordeaux, 2003, p. 713-715).

18 Cette pratique, rare, est aussi connue pour les thermes de la place des Jacobins, à Limoges et ceux du Champ du Verger, à Sainte-Gemmes-sur-Loire (A. Bouet, Thermae […], p. 558-561, 649-650 et 714-175).

19 Généralement, dans les « thermes impériaux », la circulation se fait de la périphérie vers le centre. À Longeas, le centre est occupé par un destrictarium/unctorium d'entrée (V) suivi d'un tepidarium d'entrée (T2), alors que les tepidaria de sortie (T1 et T3) et les destrictaria/unctoria de sortie (D/U1 et D/U2) occupent l'extérieur.

20 D. Hourcade, « Les thermes de Chassenon (Charente) : l’apport des fouilles récentes », Aquitania, 16, 1999, p. 165-168.

21 D. Hourcade, C. Doulan, Xavier Perrot, Cécilia Bobée et S. Soulas, « Plan et chronologie des thermes : nouveau bilan » dans C. Doulan et al., « Cassinomagus […] », p. 131-148.

22 Rectiligne sur une longueur d’environ 80 m, le mur forme un coude rentrant, au sud, percé d’une entrée de service.

23 C. Doulan et al., « Acheminement […] » ; D. Hourcade et al., « Plan et chronologie […] ».

24 D. Hourcade et al., « Plan et chronologie […] ».

25 D. Hourcade et S. Lebreton, « Les thermes […] » ; D. Hourcade et Thierry Morin, « Le gymnase nord des thermes de Chassenon (Charente). Architecture et histoire : bilan 2003-2006 » dans A. Bouet (coord.), D’Orient et d’Occident. Mélanges offerts à Pierre Aupert, Bordeaux, 2008, p. 313-332.

26 L'édifice a récemment été publié : voir Pierre Aupert, « Architecture gallo-romaine et tradition celtique : les puits et “grottes” du temple octogonal de Chassenon », Aquitania, 21, 2005, p. 133-149 et en particulier P. Aupert, « Le temple octogonal de Chassenon », Aquitania, 22, 2006, p. 131-169 pour l'historique des recherches et la bibliographie.

27 Les bras ouest, sud et nord du podium semblent aussi avoir été aménagés en escaliers.

28 Son diamètre est de 18,33 m.

29 Philippe Oudin, Charente, Chassenon temple, protection du temple, SRA de Poitou-Charentes, 1989 (coupe AA, relevé de Luc Thomas).

30 C. Doulan, avec la coll. de Jean-Pierre Bost, Lucie Carpentier, Arnaud Coutelas, Loïc Daverat, Camille Joly, Christophe Loiseau, Jean-Charles Méaudre, Céline Michel, Sandra Sicard, Sylvie Soulas et Carole Vissac, Le sanctuaire des Chenevières, réseau hydraulique et secteur des quarante-neuf fosses, Rapport de fouilles, SRA Poitou-Charentes, 2011 (avec bibliographie).

31 Abbé Arbellot, « Fouilles de Chassenon (Charente) », Bulletin Monumental, 28, 1862, p. 308.

32 J.-H. Michon, Statistique monumentale […], p. 186-187.

33 Ces substructions ont été remblayées après 1988, en même temps que le podium du temple.

34 Deux ont été vidées en 1897 : Alfred Masfrand, « Compte rendu des fouilles faites dans les ruines gallo-romaines de Chassenon », Bulletin de la Société des Amis des Sciences et des Arts de Rochechouart, 10, n° 5, 1900, p. 117-118.

35 Cette recherche est menée depuis 2011 sous la direction de C. Doulan dans le cadre d'un Projet collectif de recherches (2011-2013) « Cassinomagus, l'agglomération et son ensemble monumental : chronologie, organisation et techniques » (coord. G. Rocque).

36 P. Aupert, « Le temple […] », p. 161.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan de localisation de Cassinomagus dans la cité des Lémovices
Légende © PCR Cassinomagus
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 2 : Carte schématique de l’agglomération antique
Légende Sources : IGN (relief, hydrographie), collectif de recherche sur Chassenon (données archéologiques). Cartographie SIG : L. Laüt – 2012
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 3 : Plan schématique de l’ensemble monumental
Légende Sources : d’après IRAA (1995), Terra Nova (1999-2000), Axis (2000), Baigl (2003), Bobée (2005), Doulan et al. (2004-2010), Hourcade et al. (1995-1999, 2003-2010), Poirier et al. (2004-2005), Rocque et al. (2005-2010), Perrot (2007), Sicard et al. (2005, 2008). DAO : S. Sicard, C. Doulan, D. Hourcade, G. Rocque.
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/777/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 04 : Hypothèse de restitution du pont-aqueduc
Légende C. Driard, J.-Ch. Méaudre et G. Rocque
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/777/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 5 : Vue depuis le nord, de la jonction des branches principale et secondaire de l’aqueduc
Légende Cliché C. Doulan
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/777/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 6 : Plan de l’étage des thermes de Longeas
Légende D. Hourcade, C. Doulan, S. Sicard et P. Aupert
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/777/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 7 : Plan du rez-de-chaussée des thermes de Longeas
Légende D. Hourcade, C. Doulan, S. Sicard et P. Aupert
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/777/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 8 : Plan du temple de Montélu
Légende P. Aupert
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/777/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 9 : Hypothèses de restitution du temple de Montélu
Légende Th. Morin
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/777/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 10 : Vue aérienne des fosses du sanctuaire des Chenevières
Légende Cliché R. Perrin
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/777/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Hourcade, Cécile Doulan, Laure Laüt, Gabriel Rocque et Sandra Sicard, « À l’ouest d’Augustoritum, du nouveau sur Cassinomagus (Chassenon, Charente) », Siècles [En ligne], 33-34 | 2011, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/777

Haut de page

Auteurs

David Hourcade

UMR 5607 Ausonius, Bordeaux

Cécile Doulan

UMR 5607 Ausonius, Bordeaux

Laure Laüt

Maître de conférences
Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8546 AOROC, Paris

Gabriel Rocque

Archéologue départemental de Charente

Sandra Sicard

Archéologue départementale de Charente

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org