Navigation – Plan du site

Pour une histoire des lectures militantes au xxe siècle en France

Nathalie Ponsard et Sabine Rousseau
p. 3-11

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Les écoles des partis ouvriers au xxe siècle », dossier des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire (...)
  • 2 Jacques Ion (dir.), L’engage- ment au pluriel, Saint-Étienne, 2001.
  • 3 Jacques Lagroye, La politisation, Paris, 2003.
  • 4 René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, Paris, 1988 ; Serge Berstein (dir.), Les cultures (...)
  • 5 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, 1978 ; Paul Ricoeur, Temps et récit, (...)
  • 6 Martine Poulain (dir.), Pour une sociologie de la lecture. Lectures et lecteurs dans la France cont (...)

1Dans la compréhension des cultures militantes, associant pratiques mais aussi représentations politiques, les lectures en tant qu’objet de recherches sont selon nous incontournables. Elles participent en effet à la formation politique1, aux processus d’engagement2 et de politisation3 et à la constitution de cultures politiques4. Autrement dit, n’est-il pas pertinent de vouloir, à la croisée des sciences humaines, élaborer une réflexion sur la construction d’une histoire des lectures militantes au xxe siècle qui associât l’histoire de la lecture telle qu’elle put être conceptualisée par Roger Chartier – une histoire fondée sur les pratiques, usages et modalités d’appropriation des lectures – et les réflexions théoriques sur la réception de la lecture tant en philosophie5 qu’en sociologie6 ?

  • 7 Anne-Marie Chartier et Jean Hebrard, Discours sur la lecture (1880-1980), Paris, 1985.

2Ce numéro de Siècles propose la première esquisse d’une réflexion collective sur les lectures militantes initiée lors d’une journée d’études, tenue le 9 décembre 2008 à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand. Celle-ci fut notamment l’occasion d’une exploration des relations entre engagements et pratiques de lectures au cours de ce long xxe siècle. Il s’agissait d’appréhender la lecture dans les pratiques militantes et de cerner sa place dans la construction d’univers culturels de militants et militantes appartenant à des sphères syndicales, politiques, religieuses diversifiées. En effet, dans le cadre temporel choisi, la lecture se situe au centre de plusieurs dispositifs volontaristes. L’héritage d’une réflexion du mouvement ouvrier français sur le rôle de l’éducation dans l’émancipation de la classe ouvrière a induit une conception de la lecture comme « arme idéologique » par excellence, placée au coeur de la formation et de l’accès à la culture. L’encadrement des lectures, loin d’être l’apanage des structures politico-syndicales, est aussi perceptible dans les discours, normatifs et prescriptifs de l’Église catholique sur les « bonnes et mauvaises lectures »7. Enfin, plus largement, l’incitation sociale à la lecture est multiforme : l’école, la politique de démocratisation culturelle amorcée dans les années 1930 et portée un temps par le mouvement d’éducation populaire, ainsi que l’épanouissement de la culture de masse des années 1960 y contribuent notablement.

3Souhaitant susciter une réflexion focalisée sur l’analyse des rapports ambivalents des lectures militantes à la norme et à la subversion, nous posions deux questions initiales : Quel est le rôle des prescriptions normatives de lecture utiles aux luttes subversives, combats syndicaux et politiques, engagements religieux ou associatifs et créatrices d’identités culturelles militantes ? Quelle est l’influence de la pratique de la lecture dans l’émergence d’écarts à la norme : affirmation d’une émancipation individuelle et d’un « je » au sein des organisations, contestations internes, dissidences ? Cette entrée en matière fructueuse permit de mettre en oeuvre une démarche fondée sur le croisement du collectif et de l’individuel, de sources variées et d’approches interdisciplinaires. Elle déboucha sur un nouveau questionnement de nos axes de réflexion initiaux dont nous exposerons ici quelques idées forces.

Des prescriptions de lecture normatives

4Dans une histoire des lectures militantes, l’approche fondée sur les prescriptions de lecture est incontournable. Au sein des organisations partisanes, syndicales et religieuses, les prescriptions de lecture formatives occupent une place importante. La lecture, en tant que signe de la légitimité accordée à l’écrit, est perçue comme une arme idéologique. Elle est inscrite au coeur du dispositif de formation à la réflexion, à l’argumentation et à l’écriture, toutes compétences nécessaires au travail du militant.

5En milieu rural, Vincent Flauraud montre l’évolution des formes d’incitation à la lecture au sein de la JAC (Jeunesse agricole catholique) des années 1930 aux années 1960. Considérées par les prescripteurs institutionnels comme des outils de militantisme, les lectures des militants sont des facteurs d’homogénéisation pour le mouvement. La spécificité chrétienne s’affirme à travers les « prescriptions lectorales » puisées dans les catalogues des éditeurs du monde catholique social et à travers les encouragements à lire l’Évangile. Parallèlement, l’incitation à la lecture documentaire permet d’approfondir l’action militante et l’analyse du monde. Cependant, à partir des années 1960, les lectures spécifiques polarisées autour du religieux, du monde professionnel agricole et des techniques militantes, ont tendance à se diluer dans des prescriptions d’ouvrages liés à l’acquisition de la culture générale. Ainsi, la place des lectures dans l’univers culturel de la JAC permet de comprendre les mécanismes de transformation du militant jaciste qui, entre les années 1930 et 1960, passe progressivement de la « conquête apostolique » à l’engagement humaniste. Pour approfondir la question, l’examen des modalités de prescription est extrêmement précieux. Certes, on remarque une constellation de vecteurs de diffusion communs aux différentes sphères politico-syndicales : le développement de bibliothèques en milieu rural ou dans les lieux de réunion syndicaux ou politiques, des tables de lecture, des salons du livre et des comptes rendus de lecture dans la presse spécialisée. Mais, on peut aussi être sensible à la « graduation » des prescriptions qui peuvent s’inscrire dans le cadre d’une formation « normative » ou relever d’une autoformation « conformiste ». En effet, tant au PCF, qu’à la CGT, à la CFTC puis à la CFDT, les lectures militantes sont prescrites et pratiquées dans des sessions de formations organisées par les écoles de ces organisations ouvrières. Elles épousent par conséquent les scansions de lignes stratégiques définies par les appareils. La Fédération anarchiste en revanche n’organise aucune formation théorique de base. Simon Luck montre néanmoins que l’autoformation, caractérisée par un mode de circulation de lectures par injonction tacite et par conformité, aboutit à une culture politique normée et « conservatrice » fondée sur l’histoire des luttes libertaires utiles à l’argumentation dans la lutte politique et à la maîtrise de la doctrine anarchiste par les textes des pères fondateurs tels que Mikhaïl Bakounine ou Pierre-Joseph Proudhon. Entre ces deux modèles, le PS n’offre pas de formation volontariste à des militants qui disposent d’un capital scolaire et culturel supérieur à la moyenne. Blaise Magnin, qui a étudié le cas de la Vienne, montre que les prescriptions de lectures normatives n’ont jamais été au coeur de la formation de militants socialistes et que ces derniers lisent surtout la presse partisane diffusant « des schèmes politiques lâches ». Les fortes pratiques de lecture sont donc minoritaires et évolutives : dans les années 1970, elles concernent des militants enseignants issus de milieux modestes et proches du CÉRÉS et dans les années 1990 elles sont liées à un travail d’expertise.

Les pratiques de lecture dans l’itinéraire militant : entre conformité et résistance

6L’histoire des lectures militantes déborde nécessairement l’histoire des prescriptions de lectures en prenant en compte la réalité des pratiques de lecture dans l’itinéraire militant : elles oscillent entre conformité et résistances. En premier lieu, la place du livre varie dans le parcours militant et permet de saisir, au moins, deux types de rapports entre lecture et engagement. Dans le milieu anarchiste dans lequel les lectures de textes politiques constituent un vecteur privilégié de la diffusion des doctrines, les lectures sont en partie antérieures à l’engagement. Simon Luck montre comment les lectures de textes théoriques, à l’origine d’une « révélation idéologique » – une prise de conscience d’une concordance entre des valeurs intériorisées et le corpus d’idées anarchistes – déclenchent l’engagement. Au contraire, à la JAC ou en milieu ouvrier, l’engagement et l’action militante précèdent la lecture : là, les prescriptions de lecture, dans la presse ou dans le cadre des formations, accompagnent la militance.

7En second lieu, les bibliothèques de militants portent les traces des fluctuations idéologiques et stratégiques. Au PCF, la bibliothèque personnelle d’un militant communiste de la Loire étudiée par Nathalie Ponsard reflète les prescriptions idéologiques visibles dans le programme de formation des écoles du PCF. Dans les années 1950, elle est constituée d’ouvrages marxistes d’économie politique, de romans du « réalisme socialiste », d’ouvrages historiques, d’autobiographies de militants communistes. Dans les années 1960, les lectures du philosophe Lucien Sève plongent le militant dans la bataille idéologique engagée entre Louis Althusser et Roger Garaudy. Les ouvrages de la bibliothèque fédérale socialiste de la Vienne, inventoriée par Blaise Magnin, portent la marque du programme commun jusqu’en 1983, tandis qu’ensuite l’accroissement considérable de « publications institutionnelles » révèle la marginalisation idéologique du CÉRÉS et le rôle croissant de « l’expertise ».

8Il est encore plus intéressant d’observer la manière dont des militants, formés à l’orthodoxie, deviennent à leur tour des prescripteurs de lectures grâce à une légitimité acquise par des compétences personnelles et par l’accès à des responsabilités politiques ou syndicales. Après des lectures critiques de la littérature « paysanne », Émile Guillaumin, étudié par Agnès Roche, fait à son tour paraître en 1904 un roman rural, La Vie d’un simple, qui forge une représentation littéraire novatrice de la paysannerie, s’écartant à la fois des représentations ethnocentristes et populistes, fondée sur une lecture compréhensive de la domination subie par les paysans. C’est en tant que promoteur dans le champ littéraire de cette représentation renouvelée du paysan et parce qu’il devient responsable du journal Le Travailleur rural et secrétaire de la Fédération des Syndicats des travailleurs de la terre dans l’Allier entre 1906 et 1911 qu’il propose des revues de presse et des lectures romanesques et se fait donc prescripteur de lectures et chantre de l’éducation des humbles en promouvant une autodidaxie fondée sur son parcours personnel érigé en exemple.

9Le militant communiste M. Michel suit, quant à lui, trois sessions de formation dans les écoles du PCF entre 1947 et 1949 avant de devenir lui-même prescripteur de lectures normatives, d’abord dans la Loire au moment de la « Bataille du livre », puis, dans les débats philosophiques du début des années 1960, en qualité de directeur des écoles. Pour sa part, Bernard Pudal, montre combien Maurice Thorez, dirigeant du PCF, incarne l’image de « l’intellectuel de type nouveau » construite par le Parti. D’origine en partie ouvrière, celui-ci a acquis un capital politique grâce à un fort investissement de travail personnel. Sa bibliothèque, constituée de 10 000 ouvrages, met en scène la culture communiste, homogène, excluant toute contradiction, des années de guerre froide. Thorez annote et critique les ouvrages lus, valide ou censure la production et constitue des carnets, « immenses réservoirs de citations légitimantes », utilisées dans sa pratique politique. En tant que secrétaire général du Parti, il fixe l’orthodoxie et l’orthopraxie comme un « pontife institutionnel ».

10Cependant, si dans les années 1950 et 1960, les parcours des militants révèlent l’appropriation de lectures normatives prescrites, des nuances s’imposent. La contribution de Nathalie Ponsard vise à cerner les processus d’appropriation de lectures normatives partisanes et syndicales à l’échelle individuelle. Dans des sphères militantes variées, elle montre pendant les « Trente Glorieuses » le poids des lectures normatives dans les discours et les bibliothèques personnelles de militants ouvriers nés avant guerre mais souligne aussi combien l’acquisition de la doctrine marxiste, prédominante aussi bien au PCF, à la CGT, à la CFTC/CFDT et au PS pendant les années 1970, prend des formes variées selon les individus. Et surtout, elle explique comment, à partir des années 1970, les lectures normatives à finalité subversive pour l’ordre social peuvent aussi générer des formes d’émancipation individuelle à l’égard des formations partisanes et/ou syndicales.

11De même, c’est aussi une évolution des lectures normatives que nous propose d’examiner Nicolas Defaud en se penchant sur le milieu cédétiste dans le contexte des années 68, moment d’aggiornamento pour la centrale syndicale. Il montre un processus collectif de théorisation fondée sur une « reformulation » marxiste par un groupe transversal, le groupe Orientation, créé au sein des instances fédérales entre 1970 et 1973. Il souligne la question de la difficile réception militante de cette réflexion théorique à travers la revue confiée à Pierre Rosanvallon CFDT- Aujourd’hui, à la fois revue intellectuelle et « revue d’action » à destination des militants. Celle-ci est exposée aux critiques de militants ouvriers qui rejettent les articles trop théoriques et difficiles à lire. À travers le courrier des lecteurs, elle devient le lieu de modes particuliers d’appropriation des articles théoriques par des pratiques concrètes et spontanées « d’expertise sauvage » de la part de simples adhérents et militants.

Le rôle du « livre » ou « des lectures » dans « l’agir militant » : maître à penser, maîtres à agir ?

12La reconstitution des parcours de militants/lecteurs qui pose la question de l’appropriation des idées partisanes par les militants, autrement dit de l’échange des idées entre des militants et des structures partisanes et/ou syndicales, induit aussi une réflexion sur le rôle du « livre » ou « des lectures » dans « l’agir militant ».

13Dans les différentes sphères politico-syndicales de l’après- guerre, une forte polarisation des lectures militantes autour du marxisme et de ses déclinaisons se dessine. Autrement dit, la vulgate marxiste est une référence commune au PCF et à la CGT mais aussi au PS au moment où la formation est influencée par le CÉRÉS. Elle l’est aussi à la CFTC où, dès les années 1950, l’acquisition des concepts marxistes paraît incontournable dans l’argumentation avec les cégétistes puis à la CFDT dans le processus de critique de plus en plus virulent de la société capitaliste des années 68. Elle l’est enfin dans les relectures matérialistes de la Bible en milieu chrétien. Si cet outillage mental caractérise la pensée critique de Mai 68, le rôle du « livre » dans l’agir militant mérite d’être réévalué.

14À travers « Les origines intellectuelles de Mai-Juin 68 », Gérard Mauger, questionnant le rapport entre les « idées » et « les événements », s’interroge sur la relation de cause à effet entre idées et pratiques. Il souligne la nécessité d’une étude de la circulation des idées qui prête attention aux supports de la communication, à la réception et aux formes de sociabilité et émet des doutes sur la reconstitution rétrospective de corpus de textes susceptibles d’avoir eu une influence sur l’événement.

15Approfondissant les rapports entre les textes, leurs lecteurs et les événements, il réinterroge les « lectures réelles » en relativisant les lectures de livres politiques et philosophiques contemporains et réévalue l’impact d’autres supports dans la circulation des idées – périodiques, tracts, slogans, comptes rendus de lecture et discussions informelles –, dans la constitution d’une sorte de « bibliothèque virtuelle » qui aurait alimenté le « master frame » des événements de Mai-Juin 1968.

16Gerd-Rainer Horn montre qu’il importe aussi de prêter attention, au-delà des nombreuses références philosophiques revendiquées par les acteurs européens du mouvement du printemps 1968, au cinéma et à la musique, ainsi qu’à une littérature romanesque qui fait une large part à l’exotisme dans la construction de l’univers politique et culturel des militants en voie de radicalisation.

17Le rôle des lectures ne peut donc se réduire à celui d’armes idéologiques au service de la pratique militante. Elles répondent à d’autres finalités telles que la construction identitaire qu’il faut étudier à l’échelle à la fois collective mais aussi individuelle. Ainsi, Sabine Rousseau cherche à appréhender les relectures militantes des textes bibliques, participant au processus de formation d’une extrême gauche chrétienne dans les années 1970. Étudiant les procédés et les pratiques des « lectures matérialistes » qui ont exploré les récits bibliques à la lumière d’une double grille d’analyse, marxiste et linguistique, avec la volonté de s’inscrire dans une pratique révolutionnaire, elle conclut que ces relectures matérialistes ont contribué à affermir une appropriation individuelle des textes bibliques contre la lecture normative de l’institution, – et en cela elles furent subversives dans le champs religieux –, mais qu’elles n’ont pas provoqué de nouveaux « espaces de militance » politiques à l’extrême gauche. Leur rôle fut surtout identitaire, permettant aux militants chrétiens de concilier un engagement politique et une « foi refondée ». De même, les parcours de militants cédétistes révèlent des « chrétiens en recherche » qui tentent de se construire à partir de références politico-sociales et religieuses comme Témoignage (revue de l’ACO) et/ou Syndicalisme Hebdo et à partir d’une « nouvelle » lecture de l’Évangile.

18Au terme de l’exploration d’approches diversifiées, il semble possible de faire une histoire des lectures militantes qui ne soit pas seulement une histoire des lectures prescrites et normatives fondée sur l’analyse des contenus. Il s’agit de saisir les pratiques de lectures collectives et individuelles en analysant la réception et les processus d’appropriation et de cerner ainsi d’éventuelles résistances ou déviances. Pour bâtir plus avant une histoire des lectures militantes, inscrite dans une histoire sociale des idées, trois axes se dessinent : répertorier de larges corpus de textes – lus, entendus, dits, appris, commentés, chantés, scandés – supports de circulation des idées dans les différentes sphères militantes ; prendre en compte les réseaux et les formes de sociabilité dans l’analyse de ces vecteurs de diffusion pour mieux saisir une circulation verticale, horizontale, et transversale des idées ; réévaluer les usages identitaires des lectures militantes tant au niveau collectif qu’individuel. De plus, une histoire des écritures militantes reste un champ d’investigation complémentaire à explorer : annotations d’ouvrages, recueils de citations, notes de réunions, rédaction de tracts, correspondances, articles dans des revues, écriture de poèmes ou de nouvelles, autobiographies ne révèlent-elles pas des liens étroits entre lectures et écritures militantes ?

Haut de page

Notes

1 « Les écoles des partis ouvriers au xxe siècle », dossier des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 79, 2000 ; Nathalie Éthuin, « À l’école du parti, l’éducation et la formation des militants et des cadres au parti communiste (1970-2003) », thèse de science politique, Lille II, 2003.

2 Jacques Ion (dir.), L’engage- ment au pluriel, Saint-Étienne, 2001.

3 Jacques Lagroye, La politisation, Paris, 2003.

4 René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, Paris, 1988 ; Serge Berstein (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, 2003 ; Jean- François Sirinelli, « Pour une histoire culturelle du politique », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 1998, n° 57, p. 301-312.

5 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, 1978 ; Paul Ricoeur, Temps et récit, Paris, 1983 ; Michel de Certeau, L’invention du quotidien, t. 1, Paris, 1990.

6 Martine Poulain (dir.), Pour une sociologie de la lecture. Lectures et lecteurs dans la France contemporaine, Paris, 1988 et Lire en France, Paris, 1993 ; Gérard Mauger, Claude Fosse-Poliack et Bernard Pudal, Histoire de lecteurs, Paris, 1999.

7 Anne-Marie Chartier et Jean Hebrard, Discours sur la lecture (1880-1980), Paris, 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Ponsard et Sabine Rousseau, « Pour une histoire des lectures militantes au xxe siècle en France », Siècles, 29 | 2009, 3-11.

Référence électronique

Nathalie Ponsard et Sabine Rousseau, « Pour une histoire des lectures militantes au xxe siècle en France », Siècles [En ligne], 29 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://siecles.revues.org/78

Haut de page

Auteurs

Nathalie Ponsard

Centre d’Histoire « Espace et Cultures », Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001

Articles du même auteur

Sabine Rousseau

Centre d’Histoire « Espace et Cultures », Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org