Navigation – Plan du site

Dire l’espace : figures et configurations historiques de l’expertise

Pierre Cornu
p. 3-14

Texte intégral

  • 1 Jürgen Habermas, La science et la technologie comme « idéologie », Francfort-sur-le-Main, 1968, p.  (...)

« Ne convient-il pas de comprendre la rationalité, telle qu’elle s’incarne dans les systèmes d’activité rationnelle par rapport à une fin, comme une forme de rationalité spécifique et tout à fait restreinte ? Est-ce que la rationalité des sciences et de la technique – au lieu de se ramener aux règles invariantes de la logique de l’action contrôlée par le succès – n’a pas nécessairement accueilli en elle un a priori quant au contenu, qui a une origine historique et se trouve donc être transitoire ? »
Jürgen Habermas, 19681.

1Dans le meilleur des mondes de l’ingénierie territoriale, l’aménagement de l’espace se résume à la mise en œuvre technique de ses potentialités intrinsèques révélées par l’expertise scientifique : contraintes abolies ou contournées, ressources mobilisées et exploitées, activités sociales rationnellement agencées et organisées pour en réaliser l’utopie. Avec, au milieu du tableau, la figure prométhéenne de l’ingénieur, dédoublé ou non entre un ou des experts d’une part, et un conducteur de travaux d’autre part, se saisissant de toutes les données de la situation pour transformer l’espace donné en système spatialisé rationnel.

  • 2 Sauf front pionnier colonial, et à condition que cette notion ne soit pas elle-même une constructio (...)
  • 3 Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, 1991.

2Dans les mondes étudiés par l’historien, bien entendu, rien ne se passe ainsi : tout d’abord, parce que la pratique sociale et ses formes spatialisées préexistent quasiment toujours2 au projet « expert » de mise en valeur d’un espace donné ; ensuite, parce que la légitimité des experts et de leurs projets est tout sauf évidente, et se négocie comme toutes choses, dans un mixte de mots, de postures, d’actions et de constructions matérielles et immatérielles. Plus troublant, malgré ce que l’on aurait pu croire des développements de l’âge industriel et de la logique de rationalisation mise au jour par Max Weber, rien ne laisse penser que l’on tende véritablement vers un quelconque meilleur des mondes technoscientifiques. Loin de se simplifier et de se rationaliser, en effet, la pratique d’expertise et la conduite des travaux d’aménagement de l’espace ne cessent de se complexifier, de s’hybrider de toutes sortes de fonctions sociales et symboliques3, charriant des représentations, des notions et des taxons hors d’âge, et produisant in fine des compromis que l’on serait bien en peine de qualifier de « rationnels » – qu’il s’agisse du tracé des voies de chemin de fer ou des normes qualitatives des productions agroalimentaires.

3Comme le laisse entendre Jürgen Habermas dans la citation en exergue, la rationalisation pourrait ne pas être la « fin de l’histoire » annoncée. Si le grand récit des rapports entre les sociétés et leur espace ne se laisse pas résumer à la téléologie de la rationalisation par l’affirmation de l’expertise, il redevient tout à fait pertinent de mener des études empiriques et contextualisées susceptibles de mettre en lumière l’éventail des possibles des situations d’expertise et des figures de l’expert historiquement attestées, afin de saisir, par le biais des modes de légitimation, la manière dont les sociétés élaborent, négocient et réalisent leurs projets d’occupation, d’exploitation ou d’aménagement de l’espace.

  • 4 Jean-Luc Fray et Céline Pérol (dir.), L’Historien en quête d’espaces, Clermont-Ferrand, 2004 ; Patr (...)

4Le Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » de Clermont- Ferrand avait une vocation non pas naturelle, mais fondée sur une longue expérience4, à prendre en charge cette réflexion. La recherche historique et archéologique sur les relations entre les sociétés et leurs espaces dans la longue durée constitue en effet un élément identitaire fort du pôle de recherche clermontois, dans un dialogue constructif avec les géographes intéressés aux mêmes problématiques et, parfois, aux mêmes terrains d’étude, notamment la moyenne montagne et ses piedmonts, ainsi que les zones humides. Le troisième axe thématique du CHEC, animé par Jean-Luc Fray, s’inscrit ainsi dans un projet au long cours de recherches empiriques et de confrontations théoriques sur les structures de l’espace, cherchant dans des collaborations extérieures à renouveler sans cesse son propre programme.

5C’est dans cette logique que fut organisé, de 2009 à 2011, un cycle de journées d’étude sur la question des discours et des pratiques d’expertise sur l’espace, ouvert à la discussion approfondie d’études de cas particulièrement bien documentées. Le présent numéro de Siècles en reprend les contributions les plus susceptibles d’offrir un panorama accessible des nouveaux modes d’interrogation de la spatialité, et de la manière dont on peut esquisser une refonte de la périodisation de la fonction discursive et pratique d’expertise sur l’espace.

  • 5 Que l’on songe, par exemple, aux premières formes de l’arpentage ou à la codification des droits d’ (...)

6En effet, l’espace est à la fois l’objet d’exercice d’un grand nombre de formes d’expertise, sans doute même le support originel de toute expertise5, et il est également un support privilégié de la médiatisation des conflits d’appropriation entre acteurs sociaux : en spatialisant, on inscrit l’expertise dans l’ordre des choses, on la naturalise, on lui donne la force de la réalité, on produit un objet transactionnel permettant de structurer, de focaliser les tensions sociales ; et, providence pour l’historien, on produit des sources : du discours bien sûr, plus ou moins normatif, mais également des artefacts eux-mêmes spatialisés (bornes, barrières, productions épigraphiques...) ou spatialisants (plans, cartes, etc.). La carte et le territoire, pour citer une ancienne controverse géographique qui a depuis largement débordé dans l’espace des belles-lettres, c’est aussi et d’abord un problème d’expertise et de pouvoir du signifiant sur le signifié. De fait, l’essentiel des analyses historiques qui suivent est fondé sur des sources de ce type, générées par des situations conflictuelles ou tout du moins instables, dans lesquelles un certain nombre d’individus, d’organisations ou d’institutions se sont trouvés amenés à organiser une procédure d’expertise destinée à arbitrer entre des intérêts, des modes d’occupation ou des légitimités contradictoires. Aussi avons-nous souhaité accorder une place dans ce numéro à l’iconographie, donnant à voir la grande diversité de documents disponibles pour une interrogation pertinente de la spatialité, depuis l’onomastique médiévale jusqu’aux rapports et plans d’expertise les plus contemporains.

7On ne saurait en effet accorder trop d’intérêt ni se montrer trop rigoureux sur la forme prise par ces sources historiques. Dire l’espace, c’est d’abord dire, dans une langue et avec des signes qu’il convient de déconstruire patiemment, pour éviter l’effet de naturalité de la description de l’espace – ce que la source désigne comme « forêt », est-ce bien une forêt selon la définition actuelle ? – et plus encore l’effet de légitimation par la maîtrise du discours de l’expert lui-même, voire les effets de jargon, comme dans les situations où un ingénieur armé de son bagage académique doit affronter la connaissance empirique microlocale des acteurs sociaux. Ce qui peut entraîner fort loin : on verra dans les contributions qui suivent que l’historien doit parfois se faire tour à tour linguiste, juriste, hydrogéologue ou comptable pour saisir les enjeux des situations qu’il étudie. Bref, il doit devenir expert lui-même, sans céder à la tentation de poser lui-même un discours en surplomb, décrétant la rationalité contre ce qui serait ignorance ou aveuglement des hommes du passé.

8Plus intéressante, assurément, est la compilation humble et patiente des mots et de signes qui disent le long effort des sociétés pour saisir le réel, ses usages et la régulation de ces derniers. Une histoire au ras des discours et des cartes, qui prenne au sérieux la vieille querelle des nominalistes et des réalistes, non pas seulement en Sorbonne, mais également et surtout aux champs, c’est-à-dire en situation. Car toute situation d’expertise se retrouve immanquablement face au dilemme suivant : simplifier et normer pour mieux saisir, par une taxinomie admise, les réalités matérielles et immatérielles de l’espace ; ou prendre en compte les interactions, les effets de système, la cohérence des choses, pour produire un jugement qui ait la force de la naturalité. Faits et représentations, mots et choses, réductionnisme et holisme, toutes les grandes questions épistémologiques sont mobilisées dans les plus triviales affaires de canal d’irrigation ou d’évaluation fiscale – et c’est pourquoi l’on ne saurait séparer la réflexion sur les premières de l’humble observation des secondes.

9Les articles rassemblés ci-après ne prétendent évidemment pas traiter de manière exhaustive de l’affirmation dans la longue durée de l’expertise sur l’espace comme mode de médiation et de spatialisation des arbitrages. Plus modestement, mais très utilement à notre sens, ils apportent des éclairages sur un certain nombre de points de méthode et sur des séquences chronologiques particulièrement complexes, éveillant la curiosité du lecteur sur la manière dont une approche de l’histoire des relations entre sociétés et espaces par le biais de l’expertise peut renouveler et revivifier la compréhension des processus par lesquels ces relations se construisent. Chaque auteur est venu à Clermont-Ferrand avec sa propre approche, ses thématiques de prédilection et ses échelles de référence. Nulle toise n’a été imposée à la réflexion commune. Mais on ne sera pas surpris de découvrir qu’une même préoccupation traverse l’ensemble des textes ici rassemblés : celle de l’anachronisme. En effet, les présentes contributions ne se cantonnent pas dans la période pour laquelle la problématique de l’expertise est habituellement convoquée, à savoir l’époque contemporaine, voire le seul xxe siècle. C’est un temps beaucoup plus long, partant du Moyen Âge et ne s’effrayant pas de références à l’Antiquité, qui est ici embrassé, dans l’idée d’éclairer le très contemporain par la prise en compte de phénomènes inscrits dans des processus qui n’ont pas attendu la fondation des écoles d’ingénieurs pour se développer. Y a-t-il des experts avant l’invention de l’idée d’expertise ? Des ingénieurs avant Saint- Simon ? Un aménagement du territoire avant la DATAR ? Évidemment oui, mais dans des formes complexes, qui requièrent une réflexion heuristique prudente si l’on veut éviter de tomber dans l’ornière du finalisme. Peut-être serait-il d’ailleurs plus pertinent de chercher à voir ce qui, dans la figure actuelle de l’expert, tient à des survivances discrètes d’époques révolues, plutôt que de chercher anachroniquement à trouver dans ces dernières l’ontogenèse d’un très improbable héros de la rationalité. On lira donc les textes qui suivent non comme une enquête rétrospective à la mode de l’histoire-problème, mais davantage comme une entreprise exploratrice, laissant de côté archétypes et modèles pour collecter des échantillons au hasard de la promenade archivistique, et les ramener au laboratoire à fin d’observation comparée.

10L’autre point commun aux études rassemblées ici tient aux terrains d’observation des chercheurs : montagnes, plaines inondables, vallées, interfaces plaine-montagne, espaces ruraux périphériques, bref des espaces singuliers et complexes, qui obligent l’historien à prendre en compte la matérialité de l’espace, ses qualités et spécificités elles-mêmes inscrites dans le temps historique. Non que les espaces urbains soient de peu d’intérêt pour la problématique de l’expertise, mais simplement que les espaces ruraux, hybrides d’écosystèmes et de sociosystèmes, offrent une plus longue durée d’observation des formes d’emprise par les mots et par la pratique et de régulation par la normativité, et que, tout simplement, ils sont actuellement les plus travaillés par les historiens intéressés à l’histoire sociale de l’expertise, en liaison logique avec les problématiques en plein essor de l’histoire de l’environnement d’une part et de l’histoire des sciences et des techniques d’une autre.

11Ce numéro s’ouvre par une promenade par monts et par vaux, conduite par Jean-Luc Fray. Proposant au lecteur de parcourir avec lui, de charte en carte, les reliefs européens de l’époque médiévale à la recherche des « noms de la montagne », il s’efforce malignement de lui faire perdre sa géographie rassurante dans son intemporalité – celle des cartes de Vidal de La Blache, avec leur onomastique fleurie – pour mieux lui donner à voir le vide relatif des premiers siècles du Moyen Âge, et comprendre ensuite le très lent processus par lequel les mots et les choses se sont accordés pour progressivement dire les lieux, non pas dans une vérité objective qui n’a jamais construit les taxinomies paysagères, mais dans la vérité projective des acteurs et des institutions, qui ne séparent pas ce qu’ils voient de ce qu’ils en font et du sens qu’ils donnent à l’ensemble. Par cette réflexion déambulatoire, Jean-Luc Fray nous permet en outre d’introduire la question fondamentale de l’échelle d’analyse des discours sur l’espace. D’une part, les sources médiévales ne sont pas assez denses pour permettre à une approche très localisée de saisir toute la diversité des constructions et des usages de l’onomastique, obligeant l’historien à embrasser l’Europe tout entière pour rassembler assez de grains sur sa meule. Et d’autre part, c’est bien à l’échelle microlocale seulement qu’il peut espérer cueillir les noms de la montagne, tant l’époque faisait peu de cas des entités macro-géographiques : au Moyen Âge, on ne nomme pas volontiers un massif ou une chaîne, non que l’on soit incapable de les embrasser, mais tout simplement parce que cela ne présente aucun intérêt ou signification économique, politique ou religieuse. En revanche, on n’hésite pas à donner le même nom à deux lieux très éloignés l’un de l’autre, mais qui sont occupés ou exploités par des locuteurs d’une même langue : ainsi du terme « alp », ou des orthographes variées du mot « ardennes ». Enfin, on ne manquera pas de s’interroger sur la spécificité des noms de la montagne par rapport aux noms des autres formations paysagères ou des espaces urbains. Certes, en tous lieux, c’est l’usage et le sens qui forgent les mots ; mais dans les espaces montagnards de l’Europe occidentale et médiane à tout le moins, c’est clairement une relation de pouvoir, du centre vers la périphérie, qui se surajoute à ce principe général. Que le souverain dispose dans les montagnes d’une mine, d’un sanctuaire ou d’un espace de transhumance, c’est bien son autorité qui s’exprime dans l’onomastique. Et donc, déjà, les prémices d’une expertise.

12Cette dimension politique de l’emprise sur l’espace devient l’objet principal de l’attention de Stéphane Durand, dans sa contribution sur le développement au long cours de l’emprise des états de Languedoc sur leur espace, nourrie de l’œuvre collective de numérisation et de traitement analytique de leurs volumineuses archives sous l’impulsion d’Arlette Jouanna et Élie Pélaquier. On connaît la définition classique du territoire par la géographie : un espace approprié. Mais s’il est aisé de comprendre comment l’exploitation et l’occupation d’un espace conduisent à son appropriation et à la légitimation de celle-ci, il est plus délicat de comprendre comment une institution faiblement reliée à l’espace comme les états provinciaux de la fin du Moyen Âge trouve les moyens de sa propre territorialisation. Et c’est ici que l’on rejoint la problématique des formes pré-modernes d’aménagement de l’espace : en effet, c’est bien par des projets, ici également, que l’emprise peut se réaliser, les états de Languedoc s’attachant tout au long des siècles, et en fonction des phases de pression ou de relâchement du pouvoir royal, à s’imposer à l’extérieur comme l’instance légitime de médiation avec la monarchie française, et en interne comme le lieu d’arbitrage des équilibres dans l’organisation des territoires languedociens. Dès lors, ponts, ports et autres réalisations apparaissent comme autant de marqueurs de la présence et de la légitimité d’une institution en mesure à la fois de « dire » son espace constitué en territoire, et de « se dire » elle-même par ce truchement. Stéphane Durand le montre bien, il n’y a cependant nulle téléologie dans l’affirmation des états, et encore moins de conscience d’un projet cohérent. Mais quelles que soient les limites de l’œuvre accomplie, avec par exemple une résistance farouche des communautés, le résultat est là : les états de Languedoc constituent bel et bien, au xviiie siècle, une institution porteuse d’une valeur solide de représentation d’un territoire, dont le legs pourrait être très validement interrogé par-delà une rupture révolutionnaire qui ne rompt pas tout...

13C’est à une échelle beaucoup plus fine, celle du delta du Rhône et de la gestion de ses eaux, qu’Émeline Roucaute et Georges Pichard s’efforcent pour leur part de saisir le rôle, dans la même période, de l’expertise sur l’espace. Croisant les problématiques de l’histoire de l’environnement et de celle des systèmes agraires, ils mettent en lumière la façon dont l’expertise sur un espace amphibie complexe construit à la fois les possibilités d’usage, le droit, les formes d’appropriation et la mise en signes, grâce à une documentation cadastrale exceptionnelle. Le Rhône est en effet d’une trop grande force et d’une trop grande variabilité de régime pour que ses riverains puissent seuls faire face à sa gestion ; mais d’un autre côté, il n’est pas question pour eux de se laisser dessaisir de la maîtrise de leur espace ou de se soumettre à une discipline collective trop contraignante (ou trop coûteuse), malgré les promesses de domestication des eaux faites par des entrepreneurs de travaux plus ou moins convaincants sur leur propre expertise. C’est donc un long travail de cadastration qui a lieu, au fil des siècles, pour définir les responsabilités des individus et des institutions collectives, la place de l’eau et celle des cultures, et construire, à la fois dans l’espace et sur le papier, des aménagements qui disent le territoire à travers les compromis successifs qui le fondent.

14Avec la contribution de Patrick Fournier, c’est à une circulation encore plus difficile à saisir que celle des eaux que nous sommes invités à nous intéresser : celle des maladies, à la charnière entre xviiie et xixe siècles, dans une France rurale que l’on a un peu trop vite considérée comme terre d’abandon de la médecine, alors que les archives de la surveillance épidémique révèlent toute l’attention que leur portent les autorités, par-delà la diversité des régimes successifs. Étudier la territorialisation d’une pratique telle que la médecine requiert en effet un travail patient sur des sources indirectes et très lacunaires, travail rendu encore plus difficile par l’échelle nationale à laquelle il est pertinent d’observer les choses. Mais l’intérêt de l’auteur pour la pratique ordinaire de la médecine, celle qui, loin peut-être des lieux où s’élabore le nouveau paradigme de la clinique moderne, travaille au quotidien à diagnostiquer et, dans la mesure du possible, à traiter les maux qui affectent le corps social, permet de mettre en lumière une modeste mais bien réelle gouvernance territoriale de la santé, notamment dans certains départements pilotes comme la Somme ; une gouvernance qui s’appuie sur un ensemble très hétérogène d’acteurs et d’institutions, mais qui ne répond pas de manière si indigne que cela à des maladies que, dans la plupart des cas, une hygiène rudimentaire et une alimentation un peu améliorée suffisent à endiguer. Où l’on découvre que la rationalité, ce peut être aussi, paradoxalement, la généralisation d’un empirisme de bon aloi.

15Avec Vincent Flauraud, qui nous propose une contribution à l’échelle la plus fine sur la maîtrise de l’énergie hydraulique dans le Vaucluse au xixe siècle, on se rapproche enfin de la figure reconnaissable de l’expert moderne, avec l’ingénieur des Ponts et Chaussées dans ses œuvres. Bien sûr, celui-ci mobilise un savoir et un langage qui assoient d’une manière particulièrement efficace son autorité. Les plans qu’il dessine, les mesures qu’il prend sont incontestables. Mais à y regarder de plus près, il n’est pas si différent des figures de l’expertise rencontrées dans les contributions précédentes : lui aussi doit composer avec des acteurs locaux qui ont leur mot à dire ; lui aussi doit trouver des arbitrages qui font place à d’autres considérations que la rationalité technique. Ici apparaît, tout comme dans la contribution de Patrick Fournier, la valeur heuristique des situations ordinaires, en l’occurrence une forme de « justice de paix » des cours d’eau, dans laquelle la science n’est pas un objet en construction, mais une discipline en actes. Une science qui ne fonctionne du reste pas seule, mais en système avec le droit, c’est-à-dire avec un autre régime de normativité, lui aussi co-construit entre univers des pratiques et univers des mots. In fine, des affaires toutes simples d’évaluation de la gêne causée par tel ou tel équipement hydraulique se révèlent étonnamment complexes, dignes en tout cas de l’intérêt de l’historien soucieux de comprendre ce qu’expertiser veut dire, et ce que ce « dire » produit dans l’espace.

16La recherche en cours d’Anne-Line Brosse sur l’affirmation et l’identification des productions fromagères dans le Massif central avant le développement des Appellations d’origine contrôlée n’aborde pas frontalement cette question de l’expertise. On pourrait même s’étonner de voir associer ce terme à la production de « saint-nectaires fermiers » ou de « bleus de Laqueuille ». Pourtant, la première moitié du xxe siècle constitue bien une phase décisive dans la mise aux normes de productions fromagères qui, pour passer la barrière de l’accès au marché global, doivent satisfaire une série croissante de critères, dont des critères d’hygiène, qui donnent à l’expertise un pouvoir considérable sur la filière et encouragent une production usinière jusqu’alors inexistante ou presque dans cette région. Malgré tout, la production de l’expertise ne s’apparente pas à un processus descendant dont les producteurs seraient les cibles passives. L’expertise, là encore, est une co-construction entre acteurs et institutions, d’autant plus complexe dans le cas du « cantal », où la maîtrise de la production appartient non au vacher qui effectue la traite et sa transformation en fourme, mais au grand propriétaire lié aux pouvoirs publics par les réseaux de la notabilité. Plus encore, touchant à une production fortement ancrée dans un espace à la fois physique, économique et identitaire, l’expertise doit prendre en compte des critères culturels et symboliques particulièrement puissants, à une époque où la construction volontariste et descendante de l’identité nationale génère en contrepoint une réinvention élitaire des « petites patries ». C’est donc tout un système de production du lieu que la contribution d’Anne-Line Brosse se propose d’analyser, dans une perspective double, à la fois d’histoire sociale des acteurs et des organisations impliquées, et de géographie sociale contextualisée, venant très opportunément déconstruire les mythologies construites sur les AOC fromagères du Massif central.

17Enfin, la contribution de Mélanie Atrux, auteur d’une thèse récemment soutenue sur l’Association des présidents de chambres d’agriculture (APCA) au xxe siècle, nous permet d’entrer dans la « boîte noire » d’une situation d’expertise proprement dite, avec la prise en charge volontariste par l’APCA d’une enquête lancée par le gouvernement de Michel Debré, suite à la loi d’orientation agricole de 1960, sur la superficie exploitable par deux unités de travail humain (UTH). On est là, à l’évidence, en pleine rationalité technoscientifique. Que ce soit la forme de la demande, l’institution qui la prend en charge ou l’enjeu sousjacent, celui de l’augmentation de la productivité agricole, on est bien de plain-pied dans la modernité capitaliste et bureaucratique wébérienne. Et pourtant, la critique tout en finesse de Mélanie Atrux, appliquée à la prose aride des experts des chambres d’agriculture et de leur organe parisien de coordination, met en lumière bien autre chose qu’un processus rationnel de traitement de l’information en vue d’une décision technique : une véritable politique de l’expertise, s’emparant d’un objet pour mieux le détourner, en visant non pas à répondre à la question posée (qui plus est contraire à la ligne de l’organisation, mobilisée par la question des prix agricoles), mais bien à consolider le rôle de l’APCA dans la cogestion de la politique agricole nationale. Si le discours sur l’espace de l’expert est celui qui fait foi, alors l’important est de devenir expert, en adoptant les codes de l’expertise, pour continuer à faire la même chose : dominer. Où l’on voit bien comment la boucle est bouclée, depuis la désignation des espaces montagnards par les différents centres de pouvoirs de l’Europe médiévale jusqu’à cet exemple très suggestif de subversion politique des codes de la rationalité technoscientifique.

18Dans le dire, il y a une emprise ; dans l’emprise, la possibilité de dire. L’un ne va pas sans l’autre. Tout l’intérêt de notre problématique, et des exemples qui l’illustrent ici, est de montrer que l’expertise est à la fois ce qu’elle donne à voir, une tentative de saisie intelligente et intelligible du réel – nul relativisme dans notre posture –, et aussi, tantôt ouvertement et tantôt plus discrètement, la comédie de la légitimation de l’ordre qu’elle sert à construire. On ne saurait donc trop encourager les chercheurs à s’engager dans cette voie prometteuse, sans craindre de poser à la longue durée les questions jusqu’alors construites dans le laboratoire pluridisciplinaires de la critique de la modernité et de ses hybrides impensés de nature et de culture.

19Par-delà la singularité culturelle des modes d’expression de la spatialité, on relève en effet, dans la prise en compte de la dimension sociale des rapports à l’espace, un comparatisme diachronique possible, potentiellement fécond, mettant en lumière les enjeux, les échelles et les productions symboliques des groupes sociaux et des institutions. Dans l’onomastique comme dans la représentation figurée de l’espace, dans le discours juridique comme dans l’épure de l’ingénieur, apparaissent des glissements ou des discontinuités sémantiques, mais aussi des effets de flou, des doubles langages et des ambiguïtés, qui demandent à être éclairés, et qui peuvent nous éclairer en retour sur notre rapport présent à l’espace.

Haut de page

Notes

1 Jürgen Habermas, La science et la technologie comme « idéologie », Francfort-sur-le-Main, 1968, p. 8.

2 Sauf front pionnier colonial, et à condition que cette notion ne soit pas elle-même une construction idéologique des « aménageurs », en complet déni de réalité, comme dans le cas de l’Ostland nazi et des projections de centralité géométrisée de Walter Christaller, ou un biais historiographique forgé par les historiens – ainsi des médiévistes, précocement et longtemps, à propos du Drang nach Osten des xiie et xiiie siècles, avec l’insistance sur les « déserts (Wüste) lithuaniens ». On pourrait évoquer également la fiction de la « terra nullius » de la colonisation britannique de l’Australie aux xviiie et xixe siècles.

3 Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, 1991.

4 Jean-Luc Fray et Céline Pérol (dir.), L’Historien en quête d’espaces, Clermont-Ferrand, 2004 ; Patrick Fournier (dir.), Aménager les espaces ruraux dans la France méridionale (époques moderne et contemporaine), Annales du Midi, t. 122, n° 272, oct.-déc. 2010.

5 Que l’on songe, par exemple, aux premières formes de l’arpentage ou à la codification des droits d’eau dans l’Antiquité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Cornu, « Dire l’espace : figures et configurations historiques de l’expertise », Siècles, 30 | 2009, 3-14.

Référence électronique

Pierre Cornu, « Dire l’espace : figures et configurations historiques de l’expertise », Siècles [En ligne], 30 | 2009, mis en ligne le 02 novembre 2012, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://siecles.revues.org/86

Haut de page

Auteur

Pierre Cornu

Chercheur associé au Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001
Maître de conférences en histoire contemporaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org