Navigation – Plan du site

L’usage de la référence révolutionnaire : les interprétations de la « Révolution orange » en Ukraine

Olga Gille-Belova
p. 79-96

Texte intégral

  • 1 Dans cet article, une attention particulière a été portée aux commentaires faits au moment du dérou (...)

1Les événements politiques qui se sont déroulés en Ukraine à l’automne 2004 ont été qualifiés, tant dans le pays qu’à l’étranger, de « révolution orange ». Cependant, l’appréciation de ces événements, de leurs motifs, leur déroulement et leurs conséquences a beaucoup varié et les différents acteurs de ces événements ont évoqué des schémas explicatifs divergents. Si, pour certains, ils devaient être incontestablement qualifiés de révolution, d’autres ont émis des doutes quant à l’utilisation même de ce terme. L’étude des différentes interprétations de la « révolution orange » avancées par les experts ukrainiens, russes et occidentaux, permet de montrer les multiples significations attribuées à la référence révolutionnaire aujourd’hui1. Cette pluralité de sens qui recouvre la notion de révolution reflète sans doute la complexité des processus politiques qui se déroulent dans l’espace post-soviétique.

Les définitions de la révolution

  • 2 Jack A. Goldstone, « Revolutions », Adam Kuper, Jessica Kuper (dir.), The Social Science Encycloped (...)

2Avant de procéder à l’analyse de la révolution orange, il convient de s’interroger sur la définition de la révolution et sur l’évolution que cette notion a subie à travers le temps. Ce mot apparaît dans les écrits politiques du XIVe siècle en Italie et désigne le changement de gouvernement, sans que, pour autant, cela implique le changement des institutions2. À partir de la Révolution française, le mot « révolution » est associé avec un changement brutal et violent qui bouleverse les fondements d’un régime politique et de la société. Les révolutions des XVIIIe et XIXe siècles sont en premier lieu des révolutions sociales. C’est justement sur cet aspect qu’insiste, dans son analyse, Karl Marx pour qui la révolution correspond au changement de mode de production et des classes qui lui sont associés. Les révolutions bourgeoises, dont la Révolution française de 1789, ont permis la destruction des privilèges de l’aristocratie féodale et de la société agraire.

  • 3 Theda Skocpol, État et Révolutions sociales. La Révolution en France, en Russie, et Chine, trad., P (...)

3La définition de la révolution, qui s’impose en sciences sociales au cours du XXe siècle, est celle d’un changement brusque des institutions politiques ou de la structure sociale d’un État suite à une agitation populaire, qui se produit quand un groupe se révolte contre les autorités en place et prend le pouvoir. Par exemple, s’appuyant sur l’analyse des révolutions en France, en Russie et en Chine, Théda Skocpol qualifie de révolution un processus de participation populaire visant à une transformation sociale et aboutissant à l’institutionnalisation d’un nouvel ordre politique3. La révolution ne peut s’opérer sans susciter de très fortes résistances qui débordent le strict cadre de la légalité et suppose un recours à la violence.

4La vague de révolutions anti-coloniales ou de libération nationale qui déferle après la Seconde Guerre mondiale a pour principale différence l’importance des facteurs extérieurs dans le contexte de la Guerre froide, où les deux puissances en compétition, les États-Unis et l’URSS, tentent de s’assurer du soutien du plus grand nombre de pays et d’influencer le changement de régimes politiques à travers le monde. Certains événements politiques bien que désignés comme révolutions ne représentent en effet qu’un changement soudain mais limité dans le personnel dirigeant qui se produit dans un contexte d’agitation populaire et en recourant à la violence. La différence entre une révolution et un coup d’État devient floue et le même événement peut être présenté comme révolution ou comme coup d’État selon la position qu’occupe le commentateur dans la division bipolaire du monde à cette époque. Par exemple, les Soviétiques qualifient de révolution le changement des dirigeants d’un pays dès lors que le nouveau gouvernement leur est amical, même s’il ne s’agit en réalité que d’un coup d’État.

5Le lien privilégié qui existe entre la violence politique et le concept de révolution est remis en cause dans les années 1980 (même si l’idée de révolution sans violence remonte au Mahatma Gandhi). Lors des « révolution de velours » qui se produisent en Europe Centrale à la fin des années 1980, le changement de régime politique devient possible sans violence. Ainsi, l’accession au pouvoir et la transformation des institutions politiques et de la société peuvent se faire par la voie des négociations et des élections. En dépit du caractère pacifique des « révolutions de velours », le changement des institutions et de la structure sociale qui s’ensuivent ne sont pas symboliques, mais bien au contraire, très profonds car ils comportent le changement du modèle économique (économie de marché), politique (démocratie), sociale (nouvelle stratification sociale) et géopolitique (objectifs d’adhésion à l’OTAN et à l’UE). La situation est différente dans les anciennes républiques de l’URSS, où le changement de régime se déroule sans la participation de la population mais résulte des choix des élites politiques.

6Le début des années 2000 est marqué dans l’ancien espace soviétique par un nouveau phénomène baptisé « révolutions de couleurs », lesquelles s’inscrivent dans une autre logique. Les institutions politiques ont en effet été modifiées dans la majorité des États post-soviétiques au début des années 1990. Elles correspondent aux critères formels de la démocratie. Les réformes économiques conduites au cours des années 1990 ont profondément bouleversé la structure de ces sociétés. Cependant, ces changements ont été, dans la majorité des cas, le résultat d’actions des élites politiques et la population est restée un spectateur passif qui a subi les conséquences de ces changements. Par ailleurs, les pratiques politiques des dirigeants sont loin de pouvoir être qualifiées de démocratiques et vers la fin des années 1990 on assiste au renforcement des tendances autoritaires au sein de ces régimes dont les dirigeants, parvenus souvent démocratiquement au pouvoir dans la première moitié des années 1990, ont du mal à envisager une alternance et s’efforcent de rester au pouvoir par divers moyens (transmission du pouvoir à un successeur choisi dans le respect des règles institutionnelles comme ce fut le cas en Russie, ou modifications de la Constitution par référendum permettant de rester au pouvoir accompagnées de mesures répressives à l’égard de l’opposition au Bélarus et en Asie Centrale).

7Les événements politiques qui se sont produits en Géorgie en 2003, en Ukraine en 2004 ou au Kirghizstan en 2005, ne correspondent pas plus, au sens strict, à la définition susvisée de la révolution, car même s’ils montrent une agitation populaire qui conduit au changement de dirigeants, ils ne bouleversent pas pour autant les institutions politiques existantes ou la structure sociale. Il s’agit plutôt d’un bouleversement profond de valeurs d’une société ou de la culture politique : on pourrait les qualifier de « révolutions de mentalité ».

  • 4 L’échec du scénario révolutionnaire au Bélarus lors de l’élection présidentielle au printemps 2006 (...)

8En effet, une des causes principales de ces « révolutions de couleur » réside dans le mécontentement de la population exclue de la participation au processus politique et incapable d’influencer le changement de dirigeants, en dépit de procédures électorales existantes, mais souvent contrôlées et falsifiées. C’est pourquoi l’objectif de ces « révolutions de couleurs » consiste à rendre efficace le fonctionnement des institutions politiques existantes et des procédures de contrôle, objectif mené par des citoyens qui manifestent leur désir de participer d’une manière active au processus politique. Néanmoins, ce mécontentement latent ne se traduit par une action collective de contestation des dirigeants au pouvoir qu’en présence d’une opposition politique suffisamment forte et populaire pour mobiliser et canaliser l’agitation populaire. Le soutien de la communauté internationale, matériel ou symbolique, présenté parfois comme crucial, n’est qu’un facteur supplémentaire4. Au fond, le seul trait commun des « révolutions de couleurs » avec les « révolutions de velours » en Europe Centrale réside dans le caractère pacifique des manifestations populaires. Les « révolutions de couleurs » se rapprochent plus, en fait, d’une autre signification attribuée au mot révolution qui est celle du bouleversement profond des valeurs de la société, comme dans le cas de la révolution industrielle ou de la révolution culturelle.

  • 5 Mikhail Doubinianski, « Respublika pokhoronennykh nadejd », (« La république des espoirs enterrés » (...)

9En ce qui concerne les conséquences de ces révolutions, elles ne conduisent pas toujours au changement des pratiques politiques des dirigeants, et les leaders de l’opposition qui sont parvenus au pouvoir avec des slogans en faveur de la démocratie, peuvent par la suite adopter les pratiques de leurs prédécesseurs (Géorgie), ou du moins être loin des attentes et espoirs de leurs supporteurs (Ukraine). C’est d’ailleurs en ce sens qu’un journaliste ukrainien concluait en 2005, en faisant un parallèle entre la « révolution orange » et la révolution française de 1848 : l’euphorie de la première heure cède rapidement place à la déception, car l’hétérogénéité des révolutionnaires unis contre le roi se manifeste rapidement après la révolution, et, déchirés par la lutte pour le pouvoir, les révolutionnaires sont incapables de résoudre les problèmes économiques et sociaux5.

Les origines de la « révolution orange »

  • 6 La première élection présidentielle s’est tenue le 1er déc. 1991, portant au pouvoir Léonid Kravtch (...)

10La mobilisation massive de la population ukrainienne provoquée par la contestation des résultats de la quatrième élection présidentielle6 est à l’origine de la « révolution orange ». En effet, à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle qui a eu lieu le 31 octobre 2004, le candidat de l’opposition, leader de la coalition Notre Ukraine, Viktor Iouchtchenko, a obtenu 39,9 % des voix tandis que son principal rival le Premier ministre en place, Viktor Ianoukovitch, désigné par le Président sortant Léonid Koutchma pour lui succéder, a recueilli 39,3 %. Les sondages d’opinion menés entre les deux tours de l’élection donnaient le candidat de l’opposition V. Iouchtchenko gagnant. Cependant, après le deuxième tour du scrutin, tenu le 21 novembre 2004, la Commission électorale centrale d’Ukraine a annoncé la victoire de V. Ianoukovitch avec 49,5 % des voix (est ce possible ?). En réaction à cette annonce, le candidat de l’opposition a évoqué des fraudes massives, constatées par nombre d’observateurs locaux et internationaux, et il a appelé ses compatriotes à refuser les conclusions de la Commission électorale. Plusieurs manifestations ont réuni les supporteurs de Iouchtchenko à travers le pays. Le cœur du mouvement contestataire se trouvait sur la place Maïdan dans le centre de la capitale ukrainienne, Kiev. Pendant plusieurs jours, les manifestants se sont relayés au sein du campement improvisé sur la place. Cette mobilisation a été marquée, parallèlement au discours des leaders de l’opposition, par de nombreuses manifestations culturelles et une large couverture médiatique, les événements étant retransmis à travers le monde en direct, 24 heures sur 24.

  • 7 Ce projet de réforme, présenté comme un stratagème inventé par l’entourage de Koutchma afin d’affai (...)

11Les représentants de la communauté internationale, en la personne des présidents polonais Aleksander Kwaśniewski et lituanien Valdas Adamkus ainsi que du Haut représentant de l’UE pour la politique étrangère Javier Solana, se sont rendus à Kiev pour servir de médiateurs dans la crise politique ukrainienne, largement retransmise dans les médias occidentaux. Finalement, le 3 décembre, la Cour constitutionnelle d’Ukraine a reconnu le bien-fondé des plaintes pour fraude et a ordonné l’organisation d’un troisième tour de l’élection présidentielle le 26 décembre 2004. Entre temps, un accord politique a été conclu le 8 décembre entre le pouvoir et l’opposition prévoyant en échange de l’adoption d’une nouvelle loi électorale censée réduire les risques de fraudes, la mise en place d’une réforme politique visant à rééquilibrer les pouvoirs au profit du Premier ministre et du Parlement au détriment du Président7. Plusieurs centaines d’observateurs ont été dépêchés sur place le 26 décembre 2004 et V. Iouchtchenko a emporté l’élection avec 51,9 % de voix contre 44,2 % obtenus par V. Ianoukovich. Après le rejet par la Cour constitutionnelle des recours déposés par le perdant, Iouchtchenko a été définitivement proclamé vainqueur le 20 janvier et investi par la Verkhovna Rada (Parlement) le 23 janvier 2005.

L’interprétation ukrainienne : une révolution authentique

12Dans la plus grande partie des commentaires des analystes ukrainiens, les événements de l’automne 2004 sont une vraie révolution. La preuve la plus tangible est la mobilisation populaire – la présence soutenue de citoyens, affichant des accessoires de couleur orange, dans la rue pendant de nombreux jours. Cette agitation populaire provoquée par la contestation de résultats électoraux marque un bouleversement profond des valeurs fondamentales de la société ukrainienne : ces citoyens se montrent prêts à se mobiliser pour défendre leur droit de choisir leurs dirigeants. Après des années de mécontentement passif, les citoyens ukrainiens sont passés à l’action et ont écarté par des moyens pacifiques et démocratiques les dirigeants impopulaires et corrompus incarnés par le candidat à l’élection présidentielle Viktor Ianoukovitch. Le caractère révolutionnaire découle du fait que les citoyens ukrainiens ont été enfin capables d’utiliser les institutions et procédures démocratiques adoptées en 1991 mais qui, jusque là, étaient demeurées formelles plutôt que réelles. Il s’agit également d’une nouvelle conception du pouvoir politique compris non pas comme une domination et un moyen d’enrichissement mais comme un service pour le bien du peuple, comme une responsabilité.

  • 8 Sergueï Taran, « Bol’chaia stirka ukrainskoi politiki ? » (« La grande lessive de la politique ukra (...)

13Comme le souligne, par exemple, le politologue ukrainien Sergueï Taran, l’objectif du régime politique de Koutchma consistait à préserver le statu quo, conserver le pouvoir et les privilèges économiques des groupes oligarchiques en place. Dans ce contexte l’objectif du pouvoir était d’entretenir la passivité de la population, de détourner son attention de la participation au processus politique. En échange de l’autonomie accordée à l’individu dans sa vie privée, le régime souhaitait obtenir l’indifférence politique. Cependant, le débat sur les préférences des candidats à la présidentielle a réussi à pénétrer la sphère privée, et on a progressivement assisté à la politisation de la société ukrainienne8.

  • 9 Étienne Thévenin, L’Enjeu ukrainien. Ce que révèle la révolution orange, Tours, 2005 ; Alain Guille (...)

14La capacité à organiser des manifestations de soutien et de mobilisation de la population lors des rencontres avec le candidat Iouchtchenko, ainsi que l’expérience des mouvements de mobilisation d’étudiants, notamment via l’organisation de jeunesse « Pora », ont contribué à la réussite d’une mobilisation massive de la population le moment venu. Plusieurs analystes ukrainiens notent que ce type de mobilisation a déjà eu lieu en Ukraine lors d’une série de manifestations dans le cadre du projet « l’Ukraine sans Koutchma » en 2002, ou encore plus tôt quand les manifestations d’étudiants de 1991 ont eu pour effet de forcer à la démission le gouvernement du Premier ministre Massol. Ainsi, les manifestations de 2004 s’inscrivent dans la tradition politique de contestation en Ukraine. D’ailleurs, certains auteurs français ont développé cette idée en retraçant la continuité du mouvement actuel avec les anciennes résistances nationales ukrainiennes au régime soviétique9.

  • 10 Iouriï Iakimenko, Igor Jdanov, « Formula oranjevoï pobedy : zametki nepostoronnikh nabludatelei » ( (...)

15D’après l’expert du Centre ukrainien des études économiques et politique de Razoumkov Iouriï Iakimenko, la « révolution orange » a contredit la thèse de Marx selon laquelle, d’une part, le prolétariat ou une autre classe fait la révolution quand il n’a plus rien à perdre et, d’autre part, la révolution a lieu quand les conditions socio-économiques sont réunies. D’après eux, les motifs économiques et sociaux n’étaient pas à l’origine de la mobilisation de 2004 et les Ukrainiens sont sortis dans les rues pour montrer leur mécontentement à l’égard d’un pouvoir corrompu et pour défendre la démocratie et la justice10.

  • 11 Tatiana Titarenko, « Revolutsia glazami psikhologa » (« La révolution à travers les yeux d’un psych (...)

16La psychologue ukrainienne, Tatiana Titarenko, nuance cette affirmation, décrivant quatre types de motivations qui ont poussé ses concitoyens dans la rue : si à l’origine les premières à manifester étaient des personnes politiquement actives et engagées, la deuxième vague a amené des personnes qui souhaitaient voir de leurs propres yeux les événements présentés comme un pas historique crucial ; le caractère festif et carnavalesque a attiré par la suite les amateurs de divertissement ou tout simplement des personnes qui ont fui leurs problèmes personnels de diverses natures pour se fondre dans une foule joyeuse11.

  • 12 Maria Maertchik, « Bol’choï karnaval imeni revoliutsii », (« Le grand carnaval nommé révolution »), (...)
  • 13 Ekaterina Pan’io, Taras Pan’io, « Drive Maïdana », Zerkalo nedeli, n° 49 (524), 4-10 déc. 2004.

17Ce caractère festif et carnavalesque a été souligné par plusieurs observateurs. Il a été même qualifié de « rituel festif de passage de l’ancienne société postsoviétique à la nation ukrainienne démocratique de nature nouvelle »12. Cette ambiance avait pour effet d’effacer les différences d’âge, de sexe, de statut social et d’entraîner même les représentants de forces potentiellement hostiles dans un sentiment d’appartenance commune. Cette ambiance a permis d’éviter la violence : l’agressivité des groupes composés de mineurs de Donetsk s’est dissoute face au caractère joyeux et carnavalesque des manifestants de Maïdan. Ce « happening postmoderne » était sans précédent non seulement par son envergure et par le nombre de participants mais également dans sa forme : concert-discothèque non stop interrompu uniquement par de brèves interventions des leaders de l’opposition. Le caractère interactif de cette manifestation a été orienté vers différents types de publics et a donné la possibilité à chacun de s’exprimer13. Par ailleurs, cette mobilisation a bénéficié d’une extraordinaire médiatisation non seulement dans le pays mais également à l’étranger. Cette nouvelle forme de mobilisation politique sous forme de festivités contraste avec l’image des révolutions empreintes de violence du XIXe et du début du XXe siècle.

  • 14 Tatiana Silina, « Makhatma Iouchtchenko i Rossiia » (« Mahatma Iouchtchenko et la Russie »), Zerkal (...)

18Plusieurs auteurs notent que les classes moyennes et les jeunes sont désireux de voir leur pays rejoindre l’Europe et soutiennent les hommes politiques dont l’image parait correspondre le plus à leurs attentes. Dans le cas ukrainien, ni Koutchma, discrédité par de nombreux scandales politiques, ni Ianoukovitch avec son passé carcéral, ne convenaient dans le rôle du politique capable de rapprocher l’Ukraine de l’Europe. Cependant, les analystes ukrainiens rejettent les interprétations qui sous évaluent les facteurs internes de la « révolution orange » car pour eux il s’agit en premier lieu de leur propre histoire et ils sont indignés par les explications proposées par les analystes étrangers. Par exemple, la journaliste Tatiana Silina souhaite que les médias occidentaux cessent de présenter la révolution orange comme une confrontation entre l’Occident et la Russie, car pour elle l’Occident n’y est pour rien et les Ukrainiens sont sortis dans les rues non pas pour l’Occident ou contre la Russie, mais pour défendre leurs droits et libertés politiques, montrer aux dirigeants politiques au pouvoir qu’ils ne souhaitaient plus vivre comme avant et exiger des changements14.

19Ainsi, ce qui permet de qualifier ces événements de révolution aux yeux des analystes ukrainiens n’est pas tant le changement des institutions politiques ou des élites politiques mais le changement de culture politique. Les citoyens ukrainiens se sont révoltés contre des dirigeants impopulaires et corrompus et contre leurs pratiques politiques malhonnêtes.

20Pour les observateurs étrangers en revanche, l’interprétation des événements baptisés « révolution orange » en Ukraine est très différente et elle s’inscrit dans une lecture géopolitique.

L’interprétation occidentale : une réplique tardive des « révolutions du velours »

21La presse russe, européenne ou américaine a accordé plus d’importance aux facteurs extérieurs et aux changements géopolitiques intervenus après la « révolution orange ». L’Ukraine est envisagée en premier lieu comme un échiquier où se joue une partie opposant la Russie et l’Occident. Le point de vue diffère selon le côté de l’échiquier où l’on se place.

22Par exemple, Le Monde du 21-22 décembre 2004 a publié un article au titre très évocateur qui résume parfaitement le schéma d’analyse des événements en Ukraine dans les médias occidentaux : « L’Ukraine vote sur son ancrage à Moscou ou à l’Europe ». Sur la même page, deux autres articles nous décrivent le candidat pro-russe Ianoukovitch, le « poulain » du Kremlin, manipulé par des élites russes qui ont toujours du mal à accepter l’indépendance de l’Ukraine, et son rival, le candidat pro-occidental et nationaliste, qui souhaite ouvrir davantage son pays à l’Europe de l’Ouest.

23Cette présentation manichéenne où le « bon » candidat pro- occidental affronte le « mauvais » candidat pro-russe illustre de manière caricaturale l’interprétation géopolitique qui s’inscrit dans le cadre du schéma explicatif du paradigme de la transition vers la démocratie. Selon ce paradigme, tous les types de régime politique, autres que démocratiques, ont vocation tôt ou tard à se transformer en démocraties. Les événements en Ukraine sont analysés dans le prolongement du processus qualifié de quatrième vague de démocratisation, qui aurait commencé avec les « révolutions de velours » à la fin des années 1980 en Europe Centrale. La transformation des institutions politiques imposée par les élites qui a suivi l’acquisition de l’indépendance dans les anciennes républiques soviétiques n’a pas permis la formation de véritables démocraties. Des régimes présidentiels forts sont apparus dans de nombreux États post-soviétiques, caractérisés par les pratiques autoritaires des dirigeants au pouvoir. Les anciennes républiques de l’URSS se sont divisées en deux catégories : celles où les valeurs démocratiques ont servi de façade pour la formation de régimes autoritaires (la majorité des pays de la CEI) et celles où ces valeurs sont devenues le fondement du régime politique (pays baltes). L’Ukraine oscillerait entre les deux.

24Le paradigme de la transition vers la démocratie inspire une orientation particulière en matière de politique étrangère des pays occidentaux, selon laquelle leur devoir consiste à soutenir la formation de la société civile dans les pays en transition vers la démocratie et à encourager l’alternance au pouvoir, notamment grâce au soutien des acteurs politiques issus de l’opposition et présumés être en faveur de la démocratie. Le changement des dirigeants au pouvoir doit se dérouler de manière pacifique, sans recours à la violence, et grâce à l’utilisation des moyens institutionnels existants. Ainsi, la contestation des résultats des élections présidentielles ou parlementaires devient le facteur de la mobilisation de masses permettant le changement de dirigeants, comme en Yougoslavie en 2001 ou en Géorgie en 2003. Les événements en Ukraine en 2004 sont du même ordre : une transition tardive vers la démocratie, que les pays occidentaux doivent soutenir et encourager.

  • 15 George W. Bush, « Supporting Emerging Democracies », Remarks an International Republican Institute (...)

25L’avènement de la démocratie en Ukraine est d’autant plus important aux yeux des Occidentaux qu’il est supposé réduire la zone d’influence de la Russie et celle des régimes post-soviétiques non-démocratiques, et rapprocher l’Ukraine des pays démocratiques occidentaux. Par ailleurs, ce type d’événements est instrumentalisé par les dirigeants des pays occidentaux et présenté comme le succès de leur politique extérieure, ainsi de la « révolution orange » pour le président américain George W. Bush15. A contrario, le même événement est désigné comme l’échec le plus important de la politique étrangère de V. Poutine.

L’interprétation russe : un complot de l’Occident contre la Russie

26Les titres péjoratifs donnés aux événements ukrainiens dans certains médias russes, – « la peste orange » (oranjevaia tchouma), « l’asphyxie orange » (oranjevyï ougar), « la tentation orange » (oranjevoie iskouchenie) –, sont peu flatteurs et reflètent l’idée de contre-révolution développée par certains des analystes politiques russes. Pour eux, ces événements ne sont pas le produit de la mobilisation de la société civile contre un régime corrompu mais le résultat d’un complot fomenté par Washington pour réduire l’influence de la Russie dans l’espace postsoviétique et piller ses richesses.

27Les analystes politiques russes adoptent en effet également une lecture géopolitique. En revanche, leur point de vue est à l’opposé des Occidentaux et, pour eux, il s’agit d’un complot de l’Occident, ou plus précisément des États-Unis, qui financent la mise en place du scénario déjà testé en Yougoslavie et en Géorgie pour étendre leur sphère d’influence et mettre en place des dirigeants politiques pro-occidentaux et proaméricains. Les « révolutions de couleurs » sont explicitement présentées comme des actions dirigées contre la Russie, des instruments d’affaiblissement de son influence dans l’espace post-soviétique. Elles marqueraient le début d’une nouvelle phase de prise de distance des pays postsoviétiques avec la Russie, qui se caractérise par le fait que des hommes politiques profitent des humeurs anti-russes pour parvenir au pouvoir grâce à des financements occidentaux et au transfert de nouvelles technologies politiques de mobilisation des masses. Il s’agirait à chaque fois d’une opération de marketing politique réussie : la population est instrumentalisée par les leaders de l’opposition qui sont des marionnettes entre les mains de services secrets étrangers.

  • 16 Interview avec A. Zoudine, « Kreml’ v oranjevom okrujenii » (« Le Kremlin assiégé par les oranges » (...)

28Par exemple, pour l’analyste russe du Centre des technologies politiques, Andreï Zoudine, les « révolutions de velours » sont directement liées à l’élargissement de l’OTAN et de l’UE16. Ainsi, ce rapprochement géographique avec l’espace post-soviétique incite les pays occidentaux à intervenir de manière plus active dans les processus politiques de ces pays. Et si le soutien de la Russie est présenté comme une ingérence dans les affaires intérieures, le soutien des pays Occidentaux est, quant à lui, présenté comme une aide à la démocratisation. Selon lui, les « révolutions de couleurs » sont l’instrument de l’affaiblissement de l’influence de la Russie sur l’espace post-soviétique. Lors de cette nouvelle phase de prise de distance avec la Russie, les hommes politiques profitent des humeurs anti-russes pour parvenir au pouvoir. D’après A. Zoudine, cette « exportation de la démocratie » ressemble beaucoup à la vague des « révolutions populaires » soutenues en son temps par l’URSS dans les pays du tiers monde. Néanmoins, en l’absence de société civile et de développement politique interne adéquats, ces « révolutions exportées » ne peuvent aboutir qu’au changement de différents groupes d’élites au pouvoir et affaiblir les institutions, comme c’est notamment le cas en Afghanistan et en Irak.

  • 17 Ian Traynor, « US campaign behind the turmoil in Kiev », The Guardian, 26 nov. 2004.

29Cette idée selon laquelle toutes les « révolutions de couleurs » sont le fruit de l’action de la politique étrangère américaine, n’est pas l’apanage des seuls commentateurs russes. De nombreux journalistes américains ont également soutenu cette idée, accréditant la thèse que la politique du président George W. Bush encourage la démocratisation. Le National Democratic Institute affilié au Parti démocrate et présidé par Madeleine Albright, l’International Republican Institute affilié au Parti républicain, le Département d’État et l’agence USAid sont les principales institutions impliquées dans ces campagnes de promotion de la démocratie, ainsi que the Freedom House, ONG dirigé par l’ancien chef de la CIA, James Woolsey ou encore l’Open Society Institute du milliardaire George Soros. Le gouvernement américain a dépensé des sommes importantes pour assurer la supervision des élections par l’OSCE. Ainsi, selon l’envoyer spécial de The Guardian, Ian Traynor, la révolution en Ukraine a été conçue aux États-Unis et ne représente qu’un exercice de marketing brillamment accompli17.

  • 18 Régis Gente, Laurent Rouy, « Dans l’ombre des révolutions “spontanées”. Un bouleversement géopoliti (...)
  • 19 Pour une description détaillée du fonctionnement et du rôle de ces organisations, voir l’entretien (...)

30Le rôle joué par les États-Unis, souvent présentés comme ayant « déclenché » les révolutions, a été également souligné dans les médias français. Dans un article publié dans Le Monde diplomatique, deux journalistes ayant couvert l’élection présidentielle ukrainienne, Régis Gente et Laurent Rouy, développent la même idée d’une « recette » de la révolution non-violente18. Cette recette, conçue par les Américains, aurait été mise en place à Belgrade en 2000 et reproduite à Tbilissi en 2003 et à Kiev en 2004. Les manifestations populaires qui paraissent spontanées seraient en effet soigneusement préparées grâce aux financements américains. Les élections deviendraient un piège pour les dirigeants des régimes semi-autoritaires qui sont obligés de frauder pour conserver leur pouvoir mais qui en même temps ne peuvent pas ne pas respecter certaines exigences démocratiques. Une de ces exigences consiste à accepter le monitoring des élections par les observateurs internationaux, qui sont généralement envoyés par l’OSCE et par les ONG étrangères, comme le National Democratic Institute (NDI) ou l’International Republican Institute (IRI). Ces deux fondations « aident financièrement et techniquement les organisations locales et les partis politiques à s’organiser, à surveiller le scrutin et à mettre en place les conditions d’un mouvement populaire pour défendre la victoire acquise par les urnes ». Les mouvements étudiants (Otpor en Yougoslavie, Kmara en Géorgie, Pora en Ukraine) et les médias sont les pivots de la campagne de communication qui vise à mobiliser la population et à « créer un climat propice à l’action »19. Entre temps, les dirigeants de l’opposition, forts du soutien populaire, peuvent engager des négociations avec le pouvoir, dont ils sont souvent issus et qu’ils combattent « au nom de valeurs démocratiques et libérales ». Les anciens dirigeants sont impuissants face à des foules si bien organisées et n’ont d’autres choix que de négocier leur départ. Du point de vue de la démocratie elle-même, les résultats ne sont pas forcément à la hauteur des objectifs avancés, et, une fois au pouvoir, les nouveaux dirigeants ne sont pas forcés d’adopter des principes éthiques et démocratiques. L’exportation de ce modèle « révolutionnaire » doit néanmoins répondre au désir profond de changement de la population car personne ne peut prétendre pouvoir importer de l’extérieur des protestations massives.

31On constate donc que, si les interprétations géopolitiques reconnaissent le caractère révolutionnaire des événements politiques, elles diminuent, voire négligent, l’importance des facteurs internes et nient d’une certaine manière l’autonomie des acteurs politiques et des citoyens ukrainiens.

L’interprétation élitiste : une non-révolution

32Enfin, on peut dégager un autre schéma explicatif qui correspond à l’approche élitiste et considère qu’il ne s’agit pas d’une « révolution » au sens strict de ce terme, car il n’y a pas de changement de régime mais tout simplement un changement au sein de l’élite. Selon cette approche, la population est instrumentalisée non pas par des acteurs extérieurs, comme c’est le cas dans les interprétations géopolitiques, mais par un groupe de l’élite politique nationale qui souhaite obtenir le pouvoir. Ainsi ces événements s’inscrivent dans le cycle de la circulation au sein de l’élite politique sans changements profonds de pratiques et de valeurs politiques et encore moins des institutions.

33Selon l’une des variantes, un groupe d’acteurs politiques antérieurement marginalisé, prend sa revanche grâce à l’utilisation plus habile de nouvelles technologies politiques de mobilisation des masses et à l’instrumentalisation du soutien des Occidentaux. Selon une autre variante, il s’agit d’acteurs politiques porteurs de nouvelles valeurs politiques, qui ont quitté le pouvoir pour cause de désaccord avec les pratiques autoritaires de leurs prédécesseurs, et qui bénéficient d’un réel soutien de la population ou du moins des acteurs économiques qui souhaitent établir des règles du jeu transparentes.

  • 20 http://www.hakamada.ru/1321/Folder.2004.12.06.2332/2019.html.
  • 21 http://www.politicom.ru/article.php?id=1881.
  • 22 Idem.

34Par exemple, selon la femme politique russe d’orientation libérale Irina Khakamada, la révolution n’a pas eu lieu en Ukraine car la nature du régime n’a pas changé : c’est un autre groupe de l’élite politique ukrainienne qui est parvenu au pouvoir, dont l’objectif est, tout comme les anciens dirigeants, de participer au partage de la propriété d’État20. D’après l’historien et sociologue russe, directeur de l’Institut des problèmes de globalisation, Boris Kagarlitski, l’espace post-soviétique n’a pas connu de révolutions jusqu’à présent. Les manifestations n’ont pas conduit à des changements de régime politique et tant en Géorgie qu’en Ukraine et en Kirghizie, les mêmes institutions politiques (structures, lois, constitutions) subsistent, le changement n’a concerné que le personnel politique. Ce changement de personnel n’est d’ailleurs pas radical, car les nouveaux leaders sont sortis de l’entourage des anciens présidents21. Le politologue Boris Makarenko, directeur adjoint du Centre de technologies politiques, partage l’opinion selon laquelle la « révolution orange » n’est pas une révolution car le changement de régime n’a pas eu lieu, contrairement aux « révolutions de velours » en Europe centrale à la fin des années 1980 où le régime communiste a été renversé et remplacé par un régime démocratique. La « révolution orange » ne serait autre chose que la tentative des citoyens ukrainiens d’empêcher un régime semi-autoritaire moralement discrédité de falsifier les résultats des élections. Ce scénario ne peut pas se reproduire dans les pays dotés d’un régime autoritaire car l’opposition y est écrasée et le pouvoir répressif22.

35Derrière les opinions susmentionnées se profile une approche élitiste. Elle consiste à affirmer que de toute façon, la démocratie est impossible dans les pays post-soviétiques car la société civile n’y existe pas, et la seule conséquence des « révolutions » est le remplacement d’un clan par un autre et la déstabilisation des institutions. Il s’agit non pas de changements de la structure du pouvoir (institutions et pratiques) mais de changements dans les rapports de forces au sein de l’élite politique. Les nouveaux leaders ont souvent été proches du pouvoir par le passé (expérience à des postes dirigeants) mais ils ne sont pas compromis dans les scandales politiques et ils sont passés dans l’opposition à un moment donné. Il s’agit d’une nouvelle génération d’hommes politiques (non pas en terme d’âge mais de compétences et de comportement), plus à l’écoute de la population, capables de la mobiliser, capables de mettre à leur profit des institutions politiques existantes, d’utiliser habilement les nouvelles technologies du marketing politique et qui sont plus à l’aise avec les représentants de la communauté internationale. Ainsi, ils peuvent défier l’ancienne génération des hommes politiques empreinte profondément de l’expérience soviétique, qui s’appuie sur la ressource administrative, grâce à l’utilisation habile de la ressource événementielle et médiatique qui se révèle plus efficace.

  • 23 Aleksei Makarkine, « “Oranjevyï biznes” i novaïa vlast’ v Ukraine » (« “Le business orange” et le n (...)

36De surcroît, dans le cas ukrainien, les leaders de l’opposition bénéficient du soutien des acteurs économiques. Les hommes d’affaires ukrainiens ont contribué à la victoire de la révolution orange, investissant leur argent et leur capacité d’organisation. Ces hommes d’affaires avaient toutes les raisons d’être mécontents de la distribution des ressources économiques sous V. Koutchma, dont le patronage politique a permis l’accumulation d’importantes fortunes par un nombre limité de personnes issues de son entourage (Viktor Pintchouk, Rinat Akhmetov, Grigoriï Sourkis). C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on a parfois décrit la « révolution orange » comme une « révolution des millionnaires contre les milliardaires ». Comme le souligne l’analyste politique russe Andreï Makarkine, ces hommes d’affaires, contrairement à leurs homologues russes, se sont montrés prêts non seulement à investir leur argent, mais à s’investir personnellement dans l’activité politique (Petro Porochenko, David Jvania, Evgueni Tchervonenko, Leonid Tchernovetski)23. Si ces représentants du milieu des affaires « d’orientation nationale » au début des années 1990 étaient bien loin des idées de l’opposition sous les bannières du mouvement nationaliste Roukh, ils les ont rejoints dans les rangs de « Notre Ukraine » à la fin des années 1990.

37Ainsi, le mécontentement populaire provoqué par l’inefficacité d’un régime politique corrompu, est instrumentalisé par une partie des élites, écartées du pouvoir, afin de promouvoir la démocratisation grâce à l’appui des acteurs extérieurs et des acteurs économiques. La différence entre la circulation dans le cadre d’une succession dirigée et dans le cadre d’une révolution de couleur réside dans l’ampleur du phénomène de remplacement des personnes au sein des principales institutions politiques et administratives (un remplacement presque complet dans le cas de la révolution), mais elle ne change pas la nature du pouvoir ni les méthodes de son exercice et de ce fait n’empêche pas la formation de nouveaux clans, le patronage politique et l’instabilité du pouvoir, propres à tous les régimes politiques hybrides de l’espace post-soviétique.

Conclusion : vers une nouvelle définition de la « révolution »

38L’analyse des différentes interprétations de la révolution « orange » pousse à engager une réflexion sur l’évolution de la définition du concept de révolution. Ces événements politiques répondent à certains critères de la définition de « révolution », car nous sommes en présence d’un processus de participation populaire visant à un changement politique. Cependant, ce changement consiste non pas en un changement de régime politique, mais en un changement des dirigeants politiques accompagné d’un espoir de changement des valeurs et des pratiques politiques. Il s’agit donc d’une étape dans le processus de transformation sociale qui a débuté au moment de la disparition de l’URSS et de l’acquisition de l’indépendance et s’est traduit par le changement des institutions politiques, et qui ne sera achevé que lorsque le fonctionnement de ces institutions deviendra effectif.

Haut de page

Notes

1 Dans cet article, une attention particulière a été portée aux commentaires faits au moment du déroulement des événements à la fin de 2004 ou peu après, au début de 2005.

2 Jack A. Goldstone, « Revolutions », Adam Kuper, Jessica Kuper (dir.), The Social Science Encyclopedia, 2de éd., Londres et New York, 1999, p. 740-743.

3 Theda Skocpol, État et Révolutions sociales. La Révolution en France, en Russie, et Chine, trad., Paris, 1985, p. 21.

4 L’échec du scénario révolutionnaire au Bélarus lors de l’élection présidentielle au printemps 2006 en dépit du soutien international du candidat de l’opposition en est un des meilleurs exemples.

5 Mikhail Doubinianski, « Respublika pokhoronennykh nadejd », (« La république des espoirs enterrés »), Zerkalo nedeli, no 36 (564), 24-30 sept. 2005.

6 La première élection présidentielle s’est tenue le 1er déc. 1991, portant au pouvoir Léonid Kravtchouk. À l’issue du second tour de la deuxième élection organisée le 10 juil. 1994, le vainqueur fut Léonid Koutchma, réélu lors du second tour de la troisième élection présidentielle le 14 nov. 1999.

7 Ce projet de réforme, présenté comme un stratagème inventé par l’entourage de Koutchma afin d’affaiblir l’institution présidentielle dans la perspective d’une inévitable victoire de Iouchtchenko, a été précédemment rejeté par le parlement le 8 avril 2004. Pour une analyse détaillée de ce projet de réforme et des différentes réactions qu’il a suscité, voir les articles publiés dans UKL n° 305 du 9 nov. 2004 (The Ukrainian List est une publication régulière diffusée par e-mail sous la direction de Dominique Arel, professeur au Département d’études ukrainiennes à l’Université d’Ottawa http://www.ukrainianstudies.uottawa.ca).

8 Sergueï Taran, « Bol’chaia stirka ukrainskoi politiki ? » (« La grande lessive de la politique ukrainienne ? »), Zerkalo nedeli, n° 50 (525), 11-17 déc. 2004.

9 Étienne Thévenin, L’Enjeu ukrainien. Ce que révèle la révolution orange, Tours, 2005 ; Alain Guillemoles, Cyril Horizny, Même la neige était orange. La révolution ukrainienne, Paris, 2005 ; Bruno Cadène, L’Ukraine en révolutions, Paris, 2005.

10 Iouriï Iakimenko, Igor Jdanov, « Formula oranjevoï pobedy : zametki nepostoronnikh nabludatelei » (« La formule de la victoire orange : les notes des observateurs impliqués »), Zerkalo nedeli, n° 2 (530), 22-28 janv. 2005.

11 Tatiana Titarenko, « Revolutsia glazami psikhologa » (« La révolution à travers les yeux d’un psychologue »), Zerkalo nedeli, n° 51 (526), 18-24 déc. 2004.

12 Maria Maertchik, « Bol’choï karnaval imeni revoliutsii », (« Le grand carnaval nommé révolution »), Zerkalo nedeli, n° 51 (526), 18-24 déc. 2004.

13 Ekaterina Pan’io, Taras Pan’io, « Drive Maïdana », Zerkalo nedeli, n° 49 (524), 4-10 déc. 2004.

14 Tatiana Silina, « Makhatma Iouchtchenko i Rossiia » (« Mahatma Iouchtchenko et la Russie »), Zerkalo nedeli, n° 52 (527), 25-30 déc. 2004.

15 George W. Bush, « Supporting Emerging Democracies », Remarks an International Republican Institute Dinner, Washington, DC, 17 mai 2005, http://www.state. gov/s/crs/rls/rm/46818.htm.

16 Interview avec A. Zoudine, « Kreml’ v oranjevom okrujenii » (« Le Kremlin assiégé par les oranges »), http://www.politcom.ru/article.php?id=1860.

17 Ian Traynor, « US campaign behind the turmoil in Kiev », The Guardian, 26 nov. 2004.

18 Régis Gente, Laurent Rouy, « Dans l’ombre des révolutions “spontanées”. Un bouleversement géopolitique », Le Monde diplomatique, janv. 2005 (http:// www.monde-diplomatique.fr/2005/01/GENTE/11838).

19 Pour une description détaillée du fonctionnement et du rôle de ces organisations, voir l’entretien avec l’un des activistes de l’organisation Otpor, Aleksandar Maric, conduit par Milos Krivokapic, « Les faiseurs de révolutions », Politique internationale, n° 106, hiver 2004-2005, p. 321-329.

20 http://www.hakamada.ru/1321/Folder.2004.12.06.2332/2019.html.

21 http://www.politicom.ru/article.php?id=1881.

22 Idem.

23 Aleksei Makarkine, « “Oranjevyï biznes” i novaïa vlast’ v Ukraine » (« “Le business orange” et le nouveau pouvoir en Ukraine »), http://www.politicom.ru/article.php?id=249.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olga Gille-Belova, « L’usage de la référence révolutionnaire : les interprétations de la « Révolution orange » en Ukraine », Siècles, 27 | 2008, 79-96.

Référence électronique

Olga Gille-Belova, « L’usage de la référence révolutionnaire : les interprétations de la « Révolution orange » en Ukraine », Siècles [En ligne], 27 | 2008, mis en ligne le 17 juin 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://siecles.revues.org/864

Haut de page

Auteur

Olga Gille-Belova

Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org