Navigation – Plan du site

L’antiparlementarisme, une culture politique partagée ?

Introduction
Antiparliamentarism: A Shared Political Culture?
Jean-Claude Caron

Résumés

Ce volume de Siècles traite de la permanence et de l’évolution de l’antiparlementarisme, envisagé par les différents auteurs comme une forme de culture politique, entre violence rhétorique et hostilité à la démocratie parlementaire. Ce faisant, il permet d’aborder la question de l’acculturation au parlementarisme dans les démocraties française et allemande. Finalement, il pose la question de la nature de la souveraineté populaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce volume contient les actes de la journée d’étude intitulée Formes et acteurs de l’antiparlementar (...)
  • 2 Jean-Yves Mollier et Jocelyne Georges, La Plus longue des Républiques, 1870-1940, Paris, Fayard, 19 (...)

1Marqué par une forte amplitude chronologique – plus de deux siècles – et par une comparaison entre France et Allemagne, ce numéro de Siècles consacré à l’antiparlementarisme aurait pu paraître hétérogène, voire éclaté entre des espaces politiques, sociaux ou culturels sans relation entre eux1. Il n’en est rien. Une fois les spécificités propres à une époque ou à un pays – révélatrices d’un temps et d’un lieu donnés – prises en considération et intégrées à la réflexion, il apparaît que des passerelles existent, horizontales comme verticales, entre les cas de figure présentés ici. Les contributions de Jean-François « Maxou » Heintzen et de Jean-Étienne Dubois se répondent sur la thématique de « l’assiette au beurre » qui parcourt une bonne partie de la « plus longue des Républiques », pour reprendre le titre de l’ouvrage de Jean-Yves Mollier et de Jocelyne Georges2. Mais la contribution de Jean-Étienne Dubois fait également écho à celle de Nicolas Patin : de chaque côté du Rhin, la crise de la fin des années vingt et du début des années trente nourrit, dans une partie de l’opinion publique, le rejet de parlementaires déconsidérés au profit de l’appel à un « chef » doté d’une forte autorité, seul capable de résoudre les problèmes sociaux du pays, quitte à remettre en cause la légitimité des principes démocratiques. Et la multiplicité des formes de l’antiparlementarisme mises en évidence par Philippe Bourdin pour la Révolution française, alors qu’apparaît tout juste un régime d’assemblée, trouve un écho dans une période plus récente, comme le démontrent les contributions d’Édouard Lynch ou de Nathalie Ponsard.

2Doit-on en conclure à une certaine uniformité des formes de l’antiparlementarisme, à travers les âges et les nations ? De fait, si des progrès techniques accompagnent des mutations dans le répertoire d’actions antiparlementaires, comme le développement d’une presse bon marché faisant une large place au dessin politique, le fond de l’affaire, lui, reste assez identique – nous reviendrons sur ce point. Car, dès l’origine, c’est l’existence même d’une représentation élue, donc d’une délégation de souveraineté individuelle, qui est au cœur du débat, y compris dans des partis acceptant le « jeu » parlementaire, comme la social-démocratie allemande étudiée par Anne Deffarges. À cet égard, il existe un aparlementarisme originel autour duquel se retrouvent tant les partisans d’un retour à l’Ancien Régime – sous la Révolution – que, paradoxalement, les courants révolutionnaires et anarchistes « fin de siècle », voire une extrême droite oscillant entre rejet d’une primauté parlementaire et appel à un chef providentiel au temps de Panama, comme le montre Julien Bouchet. De plus, cette critique venant de l’extérieur s’accompagne de la naissance d’un « antiparlementarisme de l’intérieur » qui, mutatis mutandis, de la France de Panama à l’Allemagne de Weimar, apparaît comme une constante.

  • 3 Dont Jean Garrigues a montré récemment la forte présence dans la vie politique française, à droite, (...)
  • 4 Voir sur ce point l’étude de Louis Hincker, Citoyens-combattants à Paris (1848-1851), Villeneuve d’ (...)
  • 5 Voir Jacques Rougerie, « Autour de quelques livres étrangers. Réflexions sur la citoyenneté populai (...)
  • 6 Sur ce point, voir deux publications récentes : Parlement(s), « Violence des échanges en milieu par (...)

3On aurait tort, pour autant, de limiter la question de l’antiparlementarisme à celle de la prédominance de « l’homme providentiel3 » sur une représentation vilipendée, au choix, mais parfois concomitamment, pour son impuissance ou sa surpuissance, voire son absolutisme. À bien des égards, du reste, le discours antiparlementaire des années 1890-1930, en particulier, reprend des thématiques et des figures de style qui font écho à celles qui, sous les Lumières, avaient pour cible les monarques absolus. Centrer le sujet sur la seule figure de l’homme providentiel comme solution, versus la représentation élue comme problème, ce serait adopter un point de vue qui émerge pour l’essentiel à l’extrême droite de l’échiquier politique, elle-même émergeant de manière conjoncturelle dans les périodes de crise. Mais, à l’extrême gauche, le rejet structurel du parlementarisme s’appuie sur un débat que les révolutions du xixe siècle ont toutes porté à des degrés divers et qui renvoie à la fonction même de l’élection et de la représentation qui en est le corollaire. Citée par Anne Deffarges à propos de débats virulents internes au SPD en 1869, l’analyse portée par Wilhelm Liebknecht résume une conception du socialisme qui n’est pas sans renvoyer à la dichotomie entre le citoyen-combattant et le citoyen-électeur que l’insurrection parisienne de juin 18484, puis la Commune de 18715, ont porté à son paroxysme : pour Liebknecht, qui s’oppose à August Bebel (son cadet de quatorze ans : l’aspect générationnel est à considérer, Liebknecht est un homme de la révolution de 1848), le socialisme est « une question de force qui ne peut pas être résolue dans un parlement, mais seulement dans la rue, sur le champ de bataille, comme toute autre question de force... Pour les peuples aussi bien que pour les princes, la violence dit le dernier mot ». L’incompatibilité absolue ainsi proclamée n’est pas propre à la gauche révolutionnaire. Les « partis » antiparlementaires se trouvent aux deux extrêmes de la palette idéologique, ce qui a permis de les confondre dans une même intention en termes de mode d’action : la prise du pouvoir par la rue. Mais, présentée ainsi, la dichotomie entre le parlement comme instrument de gestion pacifiée de la discorde dans la Cité et la rue comme lieu de la violence protestataire à la légitimité incontestable car non médiatisée, semble un peu trop exemplaire. De fait, le parlement, à lire plusieurs des communications de ce dossier, apparaît aussi comme un lieu où s’exprime la violence politique : certes verbale et symbolique dans la plupart des cas, mais aussi physique à l’occasion6. Renversons le regard : comment le parlementarisme, devenu en France comme en Allemagne une norme essentielle fondant la démocratie, est-il vécu au XIXe siècle ? Ce siècle n’est-il pas à sa manière une longue période d’acclimatation – certains diraient : de soumission à une forme de domination ; d’autres : de confiscation de la souveraineté populaire – à une démocratie représentative liée à l’affirmation de la liberté d’expression et à la naissance des partis politiques ? Mais, sur ce dernier point, le parlementarisme, en instaurant un clivage fort entre les partis représentés au parlement et les autres, ne nourrit-il pas par essence un antiparlementarisme plus ou moins virulent ?

4Un quart de siècle après le débat Bebel-Liebknecht, Jules Guesde entend bien promouvoir une action conjuguée – ou plutôt successive – du scrutin et de la révolution, se livrant à une apologie du parlementarisme qui témoigne bien d’une rupture nette avec les décennies précédentes :

  • 7 Jules Guesde, « Parlementarisme et révolution », Le Socialiste, 10 novembre 1894.

« Si quelque chose est particulièrement idiot, c’est le départ que l’on s’est avisé de faire entre les moyens, divisés en légaux et en illégaux, en pacifiques et en violents, pour admettre les uns et pour repousser les autres. Il n’y a, il n’y aura jamais qu’une seule catégorie de moyens, déterminés par les circonstances : ceux qui conduisent au but poursuivi. Et ces moyens sont toujours révolutionnaires, lorsqu’il s’agit d’une révolution à accomplir. Révolutionnaire est le bulletin de vote, si légal soit-il, lorsque, sur le terrain des candidatures de classe, il organise la France du travail contre la France du capital. Révolutionnaire est l’action parlementaire, si pacifique soit-elle, lorsqu’elle bat, du haut de la tribune de la Chambre, le rappel des mécontents de l’atelier, du champ et du comptoir, et lorsqu’elle accule la société capitaliste au refus ou à l’impuissance de leur donner satisfaction. Anti-révolutionnaire, réactionnaire au premier chef serait, en revanche, l’émeute, malgré son caractère d’illégalité et de violence, parce qu’en fournissant au capital moribond la saignée populaire dont il a besoin pour se survivre, elle reculerait l’heure de la délivrance. Non moins anti-révolutionnaire, non moins réactionnaire – et pour la même raison – toute tentative de grève générale condamnée, à travers les divisions ouvrières et paysannes, au plus désastreux des avortements. Le devoir du parti socialiste est d’écarter comme un traquenard, comme une manœuvre de l’ennemi, tout ce qui, malgré son caractère rutilant et pétardier, égarerait et épuiserait inutilement nos forces de première ligne, et de se servir du parlement comme de la presse, comme des réunions, pour mener à terme la révolution qu’élabore cette fin de siècle.7 »

Cette longue, mais exemplaire citation que Jaurès aurait pu signer des deux mains, témoigne de la mise en œuvre d’une stratégie politique qui clive bien l’extrême gauche française entre une majorité qui accepte de jouer le jeu parlementaire – mais réfute pour autant l’appellation de « parti parlementaire » – et une minorité qui le rejette et entend bien opposer action révolutionnaire et action parlementaire. Comme le montre J.-É. Dubois, un tel clivage se retrouve au sein des partis de droite hostiles au Cartel des gauches.

5Et si l’enracinement du parlementarisme devient progressivement la chose la mieux partagée en Europe, il apparaît que la stratégie de participation au système parlementaire devient elle aussi la chose la mieux partagée : nul parti, fût-il « révolutionnaire » au sens exclusif et originel du mot, ne peut se passer de la caisse de résonnance que constitue une assemblée élue, prolongée par une médiatisation croissante. La variété des supports qui relaient la joute parlementaire – y compris pour en dénoncer la vacuité – renforce la prééminence de l’Assemblée élue comme lieu où se fait la politique – au détriment de la rue qui devient une zone d’illégitimité politique lorsqu’elle est incarnée par l’émeute ou l’insurrection. Cela pose la question des pics d’antiparlementarisme : quand bien même ce dernier est incarné par des partis représentés au parlement, donc à l’intérieur du « système », ce sont bien les périodes de crise de tous ordres qui lui donnent sa visibilité maximale, lorsqu’elles s’incarnent en des formes protestataires plus ou moins violentes, à l’extérieur du « système ». De chaque côté du Rhin, les crises politique, économique ou sociale « fin de siècle » ou de l’entre-deux-guerres permettent à l’antiparlementarisme « fonctionnaliste » ou « identificatoire » (J. Bouchet) d’occuper le terrain, telle une sorte de propagande par le fait à grande échelle. Cela pose par ailleurs la question de la réception de cet antiparlementarisme en dehors des périodes de crise : son apparente omniprésence, jouant de tous les ressorts de la propagande (incluant la caricature, la chanson), ne camoufle pas son caractère minoritaire auprès de l’opinion publique, y compris dans une Troisième République périodiquement secouée par la contestation parfois virulente d’un parlementarisme qualifié d’absolu. De manière plus ou moins masquée, cet antiparlementarisme structurel interroge la légitimité du suffrage, qu’il soit universel ou pas. On sait la critique radicale portée par Marx contre un leurre destiné à tromper le peuple et à permettre à la bourgeoisie de prolonger sa domination de classe. Encore cette critique s’inscrit-elle dans un ensemble portant sur les institutions asseyant la domination de la bourgeoisie – à commencer par l’État ou l’Église. On pourrait en dire autant de Proudhon et de sa conception d’une société anarchiste dans laquelle l’individu délègue le moins possible sa liberté et sa souveraineté ; mais encore d’une idéologie se rattachant à la pensée bonaldienne ou maistrienne hostile à l’idée même de représentation ou encore à celle de souveraineté populaire qui en serait la source.

  • 8 Sur cette question, Nicolas Delalande, Les Batailles de l’impôt. Consentement et résistances de 178 (...)

6Toutefois, au plan des idées comme des modes d’action, l’antiparlementarisme est au fond peu innovant : des origines à nos jours, il se fonde sur un discours assez homogène et sur une rhétorique qui, à l’instar des chansons antiparlementaires étudiées par Jean-François « Maxou » Heintzen, utilise souvent le même timbre. Trahison et corruption des élus en sont les deux refrains habituels, nourrissant à l’occasion une demande de contrôle accru des parlementaires par les citoyens (avec la question complémentaire du mandat impératif). La focalisation sur la question fiscale mérite d’être relevée : car elle sert souvent de levier à un antiparlementarisme populaire, sollicité par des élites politiques qui connaissent l’impact du mot « impôt » comme facteur de mobilisation8. Quant à l’image du « gros » ou du « ventru », elle est consubstantielle à l’invention même du régime d’assemblée et s’inscrit vraisemblablement dans une sorte de réemploi d’une figure déjà utilisée pour les parlementaires d’Ancien Régime. En passe-t-on par une catégorie spécifique (la paysannerie traitée par Édouard Lynch) ou par des associations socio-professionnelles (les syndicats étudiés par Nathalie Ponsard) ? La digression rhétorique comme formelle n’est que marginale par rapport au « main stream » de l’antiparlementarisme. La convention l’emporte décidément sur l’innovation. Certes, dans le cas de la paysannerie, une certaine ambiguïté demeure : l’État reste un recours (à vrai dire le seul) et le député, un médiateur. C’est davantage le « mauvais » représentant que le système représentatif qui est attaqué. Quant aux syndicats, rompant pour la grande majorité d’entre eux avec le virulent antiparlementarisme du moment anarcho-syndicaliste, ils entretiennent des relations de partenariat plus que d’adversité ou d’animosité avec les députés et se résolvent à ce que l’État légifère dans le champ du social. De plus, l’affirmation d’un antiparlementarisme de droite, antirépublicain, antidémocratique et antisémite, en particulier dans l’entre-deux-guerres, rend sensible le danger de confusion des discours et aboutit à une progressive marginalisation du noyau dur de l’antiparlementarisme en milieu syndical. Plus généralement, le passage par ces catégories renvoie à la question – difficile à résoudre – de la dimension populaire de l’antiparlementarisme. Dans la quasi-totalité des contributions réunies dans ce volume, le peuple « est parlé » plus qu’il ne parle. Un double indice, toutefois, semble relativiser l’ampleur de cet antiparlementarisme populaire : le taux de participation élevé aux élections et le peu de candidats élus sur un programme fondamentalement antiparlementaire.

7Il ne serait pas difficile de collecter les actes et paroles de l’antiparlementarisme contemporain, y compris en France. Plus marginal que central, plus conjoncturel que structurel, il reste toutefois une option possible qui émerge dans les cas de grave crise, mais aussi comme une arme médiatique lors de débats sensibles : le rappel récurrent du taux d’absentéisme et du coût des élus pour la société (deux questions par ailleurs légitimes) l’indique assez bien, lorsque ces deux arguments devenus accusations sont reliés à un débat parlementaire précis (comme celui qui a porté sur la loi Hadopi en 2009) et relayés par des lobbyistes utilisant les réseaux sociaux. Quant aux « propos de comptoir », ont-ils jamais cessé de produire des formules définitives sur la malhonnêteté (tant morale que matérielle) des élus du peuple ? La source (mais comment la capter ?) est d’autant moins négligeable qu’elle nourrit le fond de commerce de partis politiques dont le populisme revendiqué renvoie explicitement aux discours antiparlementaires des siècles passés. Ce constat ne rend que plus actuel et légitime le débat sur la souveraineté populaire et sa traduction constitutionnelle.

Haut de page

Notes

1 Ce volume contient les actes de la journée d’étude intitulée Formes et acteurs de l’antiparlementarisme de la Révolution française à nos jours. Continuités et mutations (XVIIIe-XXIe siècle), sous la dir. de Jean-Claude Caron, CHEC, MSH de Clermont-Ferrand, 22 juin 2012.

2 Jean-Yves Mollier et Jocelyne Georges, La Plus longue des Républiques, 1870-1940, Paris, Fayard, 1994.

3 Dont Jean Garrigues a montré récemment la forte présence dans la vie politique française, à droite, mais aussi à gauche. Voir Jean Garrigues, Les Hommes providentiels. Histoire d’une fascination française, Paris, Le Seuil, 2012.

4 Voir sur ce point l’étude de Louis Hincker, Citoyens-combattants à Paris (1848-1851), Villeneuve d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, 2008.

5 Voir Jacques Rougerie, « Autour de quelques livres étrangers. Réflexions sur la citoyenneté populaire en 1871 », dans Claude Latta (dir.), La Commune de 1871. L’événement, les hommes et la mémoire, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2004, p. 215-235.

6 Sur ce point, voir deux publications récentes : Parlement(s), « Violence des échanges en milieu parlementaire », sous la dir. d’Olivier Rozenberg et Pierre-Yves Baudot, n°14, décembre 2010 ; Genèses, « Désordres parlementaires », sous la dir. d’Olivier Rozenberg et Pierre-Yves Baudot, n°83, 2011/2.

7 Jules Guesde, « Parlementarisme et révolution », Le Socialiste, 10 novembre 1894.

8 Sur cette question, Nicolas Delalande, Les Batailles de l’impôt. Consentement et résistances de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Caron, « L’antiparlementarisme, une culture politique partagée ? », Siècles [En ligne], 32 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://siecles.revues.org/916

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Caron

Professeur d’histoire contemporaine
CHEC, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001 – Membre de l’IUF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org