Navigation – Plan du site

Épidémies et médicalisation des territoires ruraux (vers 1770-vers 1830)

Patrick Fournier
p. 61-83

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Peter, « Les morts et les objets de la maladie. Remarques sur les épidémies et la médec (...)

« Ainsi les médecins découvraient soudain la connivence des fonctions, entre eux et ces rebouteux méprisés. La vérité de ce contact, voilà sans doute ce qui fait qu’ils se grattèrent si fort, comme on agace un eczéma. Plutôt que de reconnaître, comme la leçon d’une telle rencontre, les instances profondes où se joue le rapport de malade à médecin, ils choisirent la fuite – la fuite dans le savoir positif – pour n’avoir pas à rivaliser avec les sorciers de campagne. À ceux-là le monopole des sphères du désir, où se tient toute espèce de rapport dans lequel le corps est impliqué. Aux médecins l’horreur de l’irrationnel et l’entrée dans la technicité et l’efficacité, au prix d’une abstraction du corps qui fait de tout malade un pur objet clinique1. »

  • 2 Jean-Pierre Goubert (dir.), La médicalisation de la société française, 1770-1830, Waterloo, 1982 ; (...)
  • 3 Par exemple, Jean-Pierre Poussou, « Les crises démographiques en milieu urbain : l’exemple de Borde (...)

1La question de la médicalisation est devenue classique dans l’historiographie et a été portée, en plusieurs étapes, par de nombreux travaux depuis les années 1960. La période qui s’étend des années 1770 à 1830 constitue un moment charnière où se concentrent à la fois des mutations fondamentales du regard médical, des transformations des institutions médicales et une volonté de refonder l’assistance sur de nouvelles bases2. Pourtant, les progrès de la médicalisation durant cette période ont pu être relativisés en différenciant les savoirs théoriques et la réalité des pratiques de soin. Un aspect reste cependant relativement négligé : l’encadrement médical dans les campagnes, nettement plus faible qu’en ville, voire inexistant ou du moins affaibli par la disparition de nombreux petits hôpitaux ruraux de toute façon très peu ou pas médicalisés. Tous les travaux insistent sur la faiblesse des moyens déployés, l’impuissance de la médecine face aux grandes épidémies et la misère physiologique des populations rurales. Certes, des recherches empiriques portant sur des exemples régionaux ont poursuivi assez discrètement la veine initiée par Jean-Pierre Goubert, mais celle-ci s’est épuisée au début des années 19803. Les pathologies urbaines y paraissent plus graves et plus fréquentes que celles touchant les campagnes, confirmant les intuitions des contemporains.

  • 4 Hugues Moussy, Les topographies médicales françaises des années 1770 aux années 1880. Essai d’inter (...)
  • 5 Daniel Teysseire, « Un médecin dans la phase de constitution de l’hygiénisme, Louis Lépecq de La Cl (...)

2L’étude des topographies médicales4 est directement issue de la tradition d’étude des archives laissées par les institutions médicales, notamment à travers les fonds conservés à l’Académie de médecine de Paris (ceux de la Société royale de médecine, de la Société de l’école de médecine et de l’Académie royale de médecine), auxquels s’ajoutent de nombreux mémoires imprimés. La topographie médicale, genre pratiqué entre le milieu du xviiie et la fin du xixe siècle, a pu être présentée comme le reflet d’une pensée pré-environnementale de la santé publique expérimentée dès la fin du xiviiie siècle. Le projet médico-topographique vient notamment de la médecine militaire (John Pringle en Angleterre, Richard de Hautesierck dès 1766 en France). Il trouve sa forme la plus complète avec l’étude des conditions médicales en Normandie par Lépecq de La Clôture en 17765 et s’applique alors aussi bien aux populations rurales qu’à celles des villes. Le genre de la topographie médicale connaît un apogée dans les années 1780 puis décline malgré des rebonds dans les années 1820 et sous le Second Empire avant sa disparition définitive. Il constitue une variante empirique des constitutions médicales fondées sur des analyses nosologiques en lien avec les études de terrain.

  • 6 Olivier Faure, Genèse de l’hôpital moderne. Les Hospices civils de Lyon de 1802 à 1845, Lyon, 1982  (...)
  • 7 Philip Rieder, « Médecins et patients à Genève : offre et consommations thérapeutiques à l’époque m (...)

3Les travaux sur les hôpitaux et sur les hygiénistes forment deux autres champs de recherche, que je rapproche ici car ils contribuent à renforcer la focalisation du regard sur la ville. L’histoire hospitalière, fondée à la fois sur des synthèses et des monographies qui se sont multipliées ces dernières années (partant des études fondatrices d’Olivier Faure et d’Isabelle von Bueltzingsloewen6) a elle aussi mis l’accent sur la médicalisation tout en relativisant sa portée : si le développement de l’enseignement chirurgical dans les grands établissements hospitaliers et la fondation des écoles de médecine installées au cœur des principaux hôtels-Dieu à partir du Premier Empire constituent des éléments centraux d’une politique de médicalisation des grandes institutions hospitalières, les petits hôpitaux de villes ou de bourgs profitent encore fort peu de ces efforts et restent principalement des institutions d’assistance. L’hygiène publique et le progrès de la médicalisation hospitalière ne pourraient venir que des regards savants constitués dans et principalement pour la ville. Toutefois, une approche plus anthropologique, attentive aux rapports entre le monde hospitalier et les patients, révèle l’importance de la transaction dans les actes de soin7.

  • 8 Gérard Jorland, Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au xixe siècle, Par (...)
  • 9 Alain Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social : xviiie-xixe siècles, Par (...)
  • 10 Geneviève Massard-Guilbaud, Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Paris, 2010 ; (...)

4Les questions posées par l’hygiénisme sont elles aussi complexes. Des travaux récents, sans rejeter l’existence d’un pré-hygiénisme fondé sur les constitutions médicales et la tradition de pensée issue de Ramazzini, font de l’hygiénisme un corollaire de l’industrialisation, l’étudiant donc principalement à partir de la monarchie de Juillet, en lien avec l’apparition de la question ouvrière8. Gérard Jorland souligne cette convergence tout en mettant l’accent sur les représentations liées à l’odorat et au manque d’hygiène selon ce qu’il désigne comme le paradigme de Hallé. La figure centrale de Villermé, tout comme la dépendance vis-à-vis de l’historiographie des miasmes9, conduisent à considérer que si l’enseignement de l’hygiène est précoce, le véritable hygiénisme social et statistique ne date que des années 1820 au plus tôt. Or les travaux des hygiénistes portent d’abord sur la ville et ses lieux (hôpitaux, prisons, casernes, ateliers et usines…). Cette approche hygiéniste de la société est orientée par des présupposés tenant à la fois à un projet socio-politique et à une méthodologie scientifique spécifique. Les recherches menées sur les formes de pollution artisanale et industrielle renforcent la suspicion vis-à-vis de l’hygiénisme10 : le projet politique qui domine dès le début du xixe siècle consiste à privilégier tout ce qui permet de développer la production industrielle tout en préservant la paix sociale.

  • 11 Alexandre Lunel, La maison médicale du roi. xvie-xviiie siècles. Le pouvoir royal et les profession (...)
  • 12 Jacques Léonard, Les médecins de l’Ouest au xviiie siècle, thèse, université Paris IV, 1976, Atelie (...)

5De ces points de vue partiellement divergents ressort donc l’idée que les politiques de santé publique renforcées au tournant des xviiie et xixe siècles – mais au prix de renoncements quant à la santé des artisans et ouvriers ou des populations proches des lieux de production – ciblent prioritairement les populations urbaines ou celles, issues des campagnes, qui deviennent urbaines par le biais de l’attraction pour le travail ou pour accéder aux institutions d’assistance et de soins. Cette vision inscrit les politiques de santé publique dans un effort progressif de rationalisation institutionnelle depuis les derniers siècles du Moyen Âge11, en faisant de la lutte contre la contagion pesteuse le modèle de tous les combats à venir : la réglementation urbaine, sanitaire et sociale, est lentement récupérée par l’État à partir du milieu du xviie siècle, pour être coordonnée et répercutée à l’échelle de la France, mais en s’adressant d’abord aux villes, censées être le lieu de la promiscuité et donc du danger. La lutte contre les épidémies rurales mise en lumière par la documentation des intendances et de la Société royale de médecine au xviiie siècle apparaît comme un combat peu efficace. La faible médicalisation des campagnes au début du xixe siècle12 pourrait donc être la conséquence de l’échec relatif du projet d’enquête globale porté par la Société royale de médecine : la discontinuité entre xviiie et xixe siècles résulterait du constat croissant dans la médecine savante de l’échec des méthodes médico-topographiques ou médico-climatiques, donc du projet porté par Vicq d’Azyr et ses correspondants, qui conférait aux campagnes un rôle nettement plus grand puisque c’était le territoire, majoritairement rural, qui était l’objet de la recherche.

  • 13 Michel Foucault, Naissance de la clinique. Une archéologie du regard médical, Paris, 1963.
  • 14 M. Foucault, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France 1977-1978, Paris, 2004 ; (...)

6Sans vouloir renverser systématiquement cette interprétation qui se fonde sur des constats nombreux et convergents, il m’a semblé nécessaire d’apporter des nuances et de montrer la multipolarité de la médicalisation réelle de la société, en insistant sur un moment qui aurait dû marquer l’épuisement de la médicalisation des campagnes avec le triomphe d’une clinique portée par les hôpitaux urbains. La période qui s’étend de la disparition de la Société royale de médecine à la mise en place de l’Académie de médecine, soit de 1793 à 1821, constitue encore un angle mort de la recherche sur ces questions à cause des choix privilégiés dans les sujets d’étude : la clinique, la médecine militaire, la restructuration de l’enseignement médical et des institutions hospitalières. Le tournant clinique et « anti-humaniste » théorisé par le premier Foucault13 – ce regard détourné de l’homme global vers l’organe anonyme – doit être confronté à l’émergence du besoin de sécurité que le dernier Foucault, dans ses cours au Collège de France, a au contraire mis en avant14, et qui peut trouver une illustration partielle dans la nécessité perçue de protéger les villes des menaces venues des campagnes.

7Le choix d’une durée d’observation relativement courte me paraît nécessaire pour tenter d’aboutir à une compréhension sans finalisme des enjeux de la médicalisation des campagnes. Une autre raison du choix de cette période résulte de l’intervalle de temps retenu par la commission des épidémies créée au sein de l’Académie de médecine pour réaliser une première synthèse formant bilan de tous les travaux portant sur les épidémies répondant aux critères des constitutions médicales : c’est la période allant de 1771 à 1830 qui est prise en compte, soit un intervalle permettant de rassembler les travaux issus de la Société royale de médecine, de la Société de l’École de médecine et des premières années de l’Académie de médecine. Ce choix est avant tout pratique, car il signale l’existence d’une masse critique de documents fournissant des informations fondées sur des postulats assez homogènes : caractères topographiques spécifiques, qualité de l’air, de l’eau et du sol, alimentation, conditions de vie, hygiène… Ces données assez nombreuses, malgré les lacunes et les insuffisances méthodologiques soulignées par les auteurs, ne rendent pas compte directement d’une mutation scientifique, mais elles fournissent un indice des efforts réalisés pour comprendre le fonctionnement social et spatial des épidémies. Le paradigme de la constitution médicale n’apparaît pas encore comme totalement déclassé par les progrès de la médecine clinique, et le projet de la Société royale de médecine n’est pas perçu comme un échec, même si l’inachèvement de ses travaux est regretté. Parallèlement aux progrès d’une médecine clinique dont le lieu est l’hôpital urbain, les rapports sur les épidémies viennent relayer et compléter les topographies médicales dans l’effort pour mettre en relation les malades, les maladies et les lieux. Dans ce cadre, les campagnes occupent une place importante dans le regard médical : ce n’est pas seulement le corps du malade qui est au centre des stratégies de savoir et de pouvoir, c’est la population malade inscrite dans un lieu ou un ensemble de lieux qui fonde une politique du territoire cherchant à articuler ses différentes dimensions.

La production de sources écrites sur les épidémies : un indice de médicalisation ?

Une correspondance abondante

  • 15 Les archives départementales conservent de nombreuses correspondances entre les médecins des épidém (...)

8Les archives départementales et les archives nationales conservent une masse considérable de correspondances traitant des maladies et épidémies, presque sans solution de continuité, dans le cas des archives départementales, entre la fin de l’Ancien Régime et les périodes qui suivent la Révolution15. Elles fournissent un regard différent de celui des institutions médicales savantes car c’est bien la population malade et souffrante qui est au cœur du dispositif et non, le plus souvent, les cas jugés utiles pour le savoir médical. On passe ainsi de l’observation scientifique à la recherche de l’efficacité administrative et sociale. Les descriptions ne sont pas fondamentalement différentes mais le dispositif de mise en scène est spécifique.

9Dans les archives départementales, les comptes rendus d’épidémies, relativement nombreux dans les vingt années qui précédent la Révolution, deviennent très rares au début de la période révolutionnaire mais à partir de l’an IV, donc avant même la mise en place des préfets, les administrations municipales et départementales échangent des informations sur ces questions. Sous le Consulat et l’Empire, la masse de correspondances et d’informations gonfle et ce système perdure jusqu’à la fin de la Restauration avant de décliner, les séries archivistiques s’arrêtant à peu près au moment où l’Académie royale de médecine, fondée en 1821 mais ne commençant à produire des rapports systématiques sur les épidémies qu’à partir de 1833, devient l’institution de référence.

  • 16 A. N., F 8/21 à 26 (administration sanitaire de Marseille et de la Ciotat, 1791-1826).
  • 17 A. N., F 8/781-2 (Seine- Inférieure : affaires générales et police sanitaire maritime, 1790-1828) e (...)
  • 18 Pascale Zwiebel-Muller, La Société de l’École de médecine et la santé publique en France de 1801 à (...)
  • 19 A. N., F 8/15 et 16.

10Les archives nationales comportent une volumineuse correspondance des administrations départementales avec le ministère de l’Intérieur chargé de la surveillance sanitaire du territoire et de la coordination des moyens de lutte contre les épidémies. Ces correspondances sont cependant d’ampleur très inégale. Ce sont les départements frontaliers et maritimes qui font l’objet de la surveillance la plus stricte : frontière pyrénéenne, frontière alpine, zones maritimes, notamment la côte méditerranéenne avec Marseille16 et la côte de la Manche, de Rouen à Saint-Valery-sur-Somme17. Les départements de l’intérieur font l’objet de rapports nettement moins nombreux, même si tous ne sont pas parvenus au ministère de l’Intérieur. La présence d’institutions médicales – hôpitaux, école de médecine – et la personnalité de certains préfets influent sur la fréquence avec laquelle la correspondance est tenue. Sous l’Empire, des efforts ont été tentés pour synthétiser les informations mais ils ont échoué car la Société de l’École de médecine (1800-1821) ne joue qu’un rôle mineur dans la lutte contre les épidémies et il n’existe pas d’autorité sanitaire capable de synthétiser les informations reçues18. Un gros registre de 1813 destiné à recevoir des informations systématiques sur la localisation et la nature des épidémies – dans le cadre de l’Empire des cent-trente départements – est à peine commencé et les données enregistrées sont très lacunaires19. C’est à l’urgence de situations comme la surveillance de la fièvre jaune en Espagne ou la diffusion du typhus dans les dernières années de l’Empire qu’il faut alors répondre. Au-delà, les correspondances entre le pouvoir central et les autorités administratives locales s’interrompent souvent au cours des années 1820 ou au début des années 1830. Toutefois, cela traduit moins un changement de méthode et de pratiques médicales qu’une modification des circuits de l’information pour la mise en œuvre de soins aux populations touchées par des épidémies.

Les formes de la correspondance médicale sur les épidémies

  • 20 Jean-Pierre Goubert, « The extent of medical practice in France around 1780 », Journal of Social Hi (...)

11À la fin de l’Ancien Régime, la correspondance concernant les épidémies se présente sous la forme de courriers descriptifs adressés à l’intendant par le médecin des épidémies, personnage désigné dans chaque subdélégation. Les services de l’intendance se contentent de recueillir des informations qui pourraient servir à une intervention plus forte en cas d’extension de la maladie : le médecin des épidémies soigne mais sert surtout à alerter, après avoir été lui-même appelé à constater la situation par le curé. L’objectif est déjà clairement de cantonner l’épidémie dans le lieu où elle s’est déclarée afin d’éviter l’afflux de populations contaminées dans les hôpitaux. La législation devient plus précise dans les années 1780 avec plusieurs circulaires émanant du Contrôle général des finances : à partir d’expérience menées dans quelques généralités (Paris, Poitiers, Orléans, Moulins, Lyon, Soissons), la surveillance sanitaire s’accroît et le réseau de médecins des épidémies pour chaque généralité et subdélégation se densifie20.

  • 21 Yannick Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen, 1796-1927. Expériences locales (...)

12Sous le Directoire, le Consulat et l’Empire, les instructions ministérielles sont plus précises et souvent assez bien suivies – ce qui n’exclut pas que de nombreux cas soient restés hors du champ de l’observation et des comptes rendus. Elles doivent être mises en relation avec la création des bureaux de bienfaisance dans chaque canton par la loi du 7 frimaire an V21. Ces bureaux d’abord surveillés par les administrations municipales passent sous le contrôle des sous-préfets par la loi du 28 pluviôse an VIII. Ils sont destinés à remplacer les anciennes associations de charité et les administrations des paroisses et des fabriques qui continuaient à gérer des biens et des fondations dans une assez grande opacité. Toutefois, les bureaux fonctionnent de manière moins régulière que les commissions administratives pour les hospices (lettre du ministre aux préfets datée du 19 vendémiaire an IX).

  • 22 A. D. Marne, série L, dossier « épidémies, santé publique ».
  • 23 A. D. Somme, 5 M 3 et 4, épidémies. « Le préfet du département de la Somme, membre de la Légion d’H (...)
  • 24 Ibid. Le décret du 21 frimaire an XIII rétablit les envois de boîtes de médicaments qui étaient pra (...)

13Les instructions du bureau des hospices et secours puis des secours et hôpitaux, organe du ministère de l’Intérieur (loi du 29 messidor an IV et circulaire du 25 messidor an V, circulaire du 12 floréal an XIII) ont pour objectif de bien définir la nature et les modalités des aides accordées aux malades indigents des campagnes22. La procédure est clairement énoncée par le ministre en l’an XIII : « Aussitôt que les malades d’une commune excéderont le nombre ordinaire, et qu’il y aura apparence d’épidémie, le maire sera tenu d’en informer sans délai le sous-préfet, qui enverra sur lechamp le médecin de l’arrondissement23. » Muni de médicaments fournis par la sous-préfecture24, le médecin observe l’épidémie, se renseigne sur son déroulement et les actions déjà menées et prend à son tour les mesures nécessaires, y compris celles concernant « l’hygiène privée, beaucoup trop négligée dans les campagnes ». La loi précise la façon dont sont payés les médecins des épidémies – qui reçoivent une indemnisation à la tâche et non plus un traitement fixe comme sous l’Ancien Régime, afin de favoriser l’émulation – et dont sont distribuées les boîtes de médicaments préparées à la pharmacie centrale des hôpitaux de Paris avant d’être stockées dans les préfectures et les sous-préfectures. Elle prévoit de fournir une aide alimentaire, principalement en pain et en viande, et de rappeler les règles de police et de salubrité. Les malades des villes sont exclus de ces aides car ils peuvent s’adresser aux institutions charitables et hospitalières. Seuls les indigents aidés par les communes rurales sont donc mentionnés en cas de maladie.

  • 25 Les séries conservées aux Archives départementales de la Somme pour la période de la Restauration s (...)

14Les listes fournies par les médecins, d’abord entièrement manuscrites, puis remplies parfois sur des imprimés de l’administration à partir de la Restauration, permettent donc d’éclairer l’état d’une partie de la population indigente des campagnes25. Les médecins doivent aussi s’occuper des convalescents et se faire assister des sœurs de la Charité chaque fois qu’elles sont présentes dans les communes touchées, exactement comme sous l’Ancien Régime. Les progrès des connaissances sont également attendus des observations que les médecins doivent transmettre à l’École de santé de Paris : l’hôpital n’est pas le lieu unique de l’observation clinique et de la collecte de données destinées à une approche scientifique.

15Les instructions envoyées annuellement aux préfets reprennent les mêmes principes. Une circulaire du 30 septembre 1813 précise que la nomination des médecins des épidémies est du ressort du ministre et que les préfets n’ont qu’un droit de présentation. De ces règles résulte une organisation presque toujours respectée des « dossiers » relatifs à chaque maladie : les liasses d’archives comportent un ensemble de documents avec autorisation ministérielle, suite à une requête préfectorale, elle-même liée à une information venue d’un sous-préfet et d’un maire – et non plus du curé. Au cœur du dossier figure parfois, mais pas toujours, la description de l’épidémie, avec des informations nosologiques. Lorsqu’elle est présente, sa précision contraste avec le résumé administratif qui justifie les dépenses. Celles-ci figurent sous forme de tableaux : honoraires du médecin en fonction du nombre de journées passées à soigner les malades, coût des médicaments – dont certains ne sont pas prélevés dans les boîtes parisiennes mais préparés par des pharmaciens locaux –, coût des vivres achetés à des bouchers et à des boulangers. La dichotomie est forte entre l’approche politique qui se préoccupe d’un phénomène abstrait et lointain et celle du médecin attentif à tous les signes qui constituent l’identité de la maladie mais aussi sa diversité en fonction des multiples cas observés.

  • 26 Ce ministère confirme la circulaire du 3 septembre 1813 par une autre en date du 7 juin 1837 : Vinc (...)
  • 27 Jean-Pierre Bardet, Patrice Bourdelais, Pierre Guillaume, François Lebrun, Claude Quétel (dir.), Pe (...)
  • 28 Ainsi dans le Puy-de-Dôme : A. D. Puy-de- Dôme, M 1055. Sur un imprimé vierge provenant du départem (...)

16Sous la monarchie de Juillet, c’est le ministère des Travaux publics, de l’Agriculture et du Commerce qui prend en charge la centralisation des questions de santé publique à travers un bureau sanitaire26. On sait que le débat entre infectionnistes et contagionnistes cristallisé à propos du choléra avait des implications économiques importantes puisqu’il conditionnait la question de la liberté du commerce27. Mais toutes les épidémies sont concernées et le ministre s’inquiète des insuffisances de la surveillance sanitaire dans certains départements. Les autorisations des préfets et des sous-préfets sont nécessaires pour les interventions des médecins. Certains départements jouent toutefois un rôle d’exemple. La concordance entre la masse de correspondance conservée à l’échelon départemental et à l’échelon national pour le département de la Somme est frappante. Les imprimés réalisés dans ce département pour rendre compte des caractères des épidémies dans les campagnes sont proposés comme modèle pour les autres départements28. Ils tentent de réaliser une synthèse entre les informations nécessaires à l’administration et celles destinées à l’Académie royale de médecine : aux observations générales sont adjoints des cas particuliers et des listes de malades.

La rationalisation du discours par les ouvrages imprimés

17Beaucoup de relations d’épidémies sont imprimées, soit dans un ouvrage abordant des questions variées, soit de façon autonome. Les informations circulent entre les rapports manuscrits et les traités ou opuscules imprimés. L’imprimé apparaît ainsi comme la formalisation et la théorisation d’un ensemble d’observations auxquelles un médecin cherche à donner un sens. On peut y voir un effort pour rassembler les connaissances médicales et participer aux débats sur les différentes doctrines qui s’expriment à un moment donné. Mais il s’agit aussi d’ouvrages qui légitiment l’action d’un homme et du milieu socio-professionnel qu’il représente. Il s’agit également de proposer un modèle d’action sur la société qui peut placer les populations rurales au cœur des dispositifs médicaux.

  • 29 Ainsi John Huxham, On Fevers, 1750 ; Essai sur les fièvres, traduction française qui connaît plusie (...)
  • 30 L’auteur est Jean-Claude-Adrien Helvétius (1685-1755), premier médecin consultant du roi en 1721, p (...)

18Au xviiie siècle, de nombreux textes imprimés traitent déjà de maladies des campagnes ou s’adressent à des populations rurales, notamment les traités sur les fièvres et les constitutions épidémiques qui relèvent d’une méthodologie largement partagée en Europe. Des ouvrages étrangers font l’objet de traductions françaises qui ont un grand succès29. La Méthode donnée par M. Helvétius suivant laquelle les personnes charitables doivent conduire les Pauvres malades de la campagne attaqués des fièvres intermittentes (1746, rééd. 1753, 1756, 1765) est consacrée au traitement des différents types de fièvres et tient compte à la fois des remèdes contenus dans les boîtes de médicaments dont elle accompagne l’envoi et des possibilités offertes par les ressources locales à la disposition des malades30. Ainsi sont décrits des « bouillons pour les pauvres » faits avec du poumon et des viscères de veau ou de mouton et des « bouillons pour les malades qui sont dans une extrême misère », avec beurre frais ou dessalé et fleurs de farine ou de riz en poudre. Ces bouillons doivent pallier le manque de viande dans l’alimentation des pauvres. Les livres d’Helvétius étaient destinés à être déposés auprès des curés des paroisses capables d’intervenir ou de faire intervenir des personnes charitables, dont les sœurs grises.

  • 31 « Mémoire sur l’épidémie qui a régné à Gannat en Bourbonnais au mois de mai 1771, par M. Gaulmin De (...)
  • 32 Christelle Got, Un cas de paludisme grave : l’épidémie de 1776 de Villeneuve-lès-Avignon, Villeneuv (...)

19D’autres textes peuvent se rapprocher des topographies médicales, sans se confondre avec elles car centrés sur la question des épidémies. Des descriptions de dysenteries, de fièvres putrides et malignes ou de fièvres intermittentes rendent compte de maladies frappant de petites villes et les campagnes environnantes comme à Gannat en Bourbonnais en 177131 ou Villeneuve-lès-Avignon en 177632. Les conditions du milieu y sont analysées pour rendre compte des modifications qui ont pu entraîner un changement dans la constitution médicale et un affaiblissement des organismes : développement des chènevières et des lieux de rouissage du chanvre à Gannat, modification du cours du Rhône entre Villeneuve et Avignon. Ces situations aujourd’hui complexes à interpréter d’un point de vue médical constituent un indice du renouvellement du regard sur l’environnement rural et l’interpénétration entre activités rurales et urbaines.

  • 33 J.-B. Trannoy, Traité élémentaire des maladies épidémiques ou populaires…, p. 351.
  • 34 Académie royale de médecine, liasse 220, n° 215 et 217, séances des 1er et 8 mars 1831, « Rapport s (...)

20Beaucoup plus ambitieux sont les travaux des années 1810 et 1820 qui étudient les maladies « épidémiques ou populaires » selon l’expression du médecin amiénois Jean-Baptiste Trannoy. Il ne s’agit pas uniquement de maladies rurales mais les campagnes occupent une place importante dans ces recherches. Trois ouvrages peuvent être cités tout particulièrement, bien qu’ils ne relèvent pas de la médecine la plus novatrice – et justement pour cela : P.-S. Thouvenel, Traité analytique des fièvres contagieuses et sporadiques, simples et compliquées qui ont régné dans le département de la Meurthe, vers la fin de 1813 et au commencement de 1814, Pont-à-Mousson, 1814, 468 p. ; Pierre-Amable-Jean-Baptiste Trannoy, Traité élémentaire des maladies épidémiques ou populaires à l’usage des officiers de santé, Amiens, 1819, 586 p. ; Pierre Rayer, Épidémie de suette-miliaire qui a régné en 1821 dans les départements de l’Oise et de Seine-et-Oise, Paris, 1822, 480 p. Ces ouvrages relèvent de plusieurs genres. Ils entretiennent un rapport plus ou moins direct avec les topographies médicales et les constitutions épidémiques dont ils intègrent méthodes et objectifs sans s’y limiter. Ils ont comme point commun l’étude d’une épidémie ou d’un ensemble d’épidémies dans un territoire donné. Bien que le titre de l’ouvrage de Trannoy ne le mentionne pas directement, ce sont les « maladies épidémiques qui ont régné dans les arrondissements d’Amiens et de Doullens » de 1815 à 1819 qui sont à l’origine de son travail. L’étude de Thouvenel reste assez imprécise, mentionnant la misère et la malpropreté des pauvres comme une des causes de l’aggravation du typhus apporté par les armées. Trannoy développe un discours beaucoup plus complexe qui relève à la fois du cours général de médecine – il a été professeur d’anatomie, de physiologie, de matière médicale et d’hygiène aux hospices civils d’Amiens en 1806 et 1807 – et de l’observation de terrain devant déboucher sur un hygiénisme local, expression qui n’est cependant pas utilisée par l’auteur. Trannoy se réclame de la démarche de Lépecq de La Clôture mais en la simplifiant pour la rendre plus efficace et pratique33. Médecin des épidémies des arrondissements d’Amiens et de Doullens depuis septembre 1815, il entend prouver l’efficacité de ses interventions et remplir un rôle pédagogique majeur, son manuel s’adressant aux officiers de santé qui interviennent principalement dans les campagnes. Le rôle de Trannoy, qui reste médecin des épidémies pendant toute la Restauration, demeure discret à l’échelle de la France mais explique sans doute la rigueur et le caractère systématique des observations épidémiques dans les villages de la Somme, ainsi que la diffusion nationale du modèle proposé dans ce département. Dans les années qui suivent, Trannoy continue à envoyer des rapports à l’Académie royale de médecine mais sa méthode noso-climatique ne correspond plus aux orientations majeures de l’Académie, bien que celle-ci poursuive les enquêtes sur les épidémies, et les appréciations sont plutôt critiques34. C’est le paradoxe d’une pensée rejetée pour son archaïsme théorique par les plus hautes autorités médicales mais encore adaptée aux pratiques médico-administratives sur le terrain.

  • 35 Jean Théodoridès, Pierre Rayer (1793-1867) : un demi-siècle de médecine française, Paris, 1997. Pie (...)
  • 36 Louis-René Villermé, « Mémoire sur la mortalité en France dans la classe aisée et dans la classe in (...)

21Dans le cas de l’épidémie de suette miliaire, une mission médicale a été diligentée le 2 août 1821 par le ministre de l’Intérieur à la demande du préfet du département. Le Dr M. Pariset dirige la mission, avec le Dr Mazet pour adjoint. L’auteur du rapport, Pierre Rayer, est membre de la mission35. Une Instruction relative à la maladie qui règne depuis quelques mois dans le département de l’Oise est publiée le 6 août 1821. Le préfet de l’Oise fournit des matériaux sur l’état sanitaire du département. D’autres médecins concourent à l’enquête et le duc de la Rochefoucault-Liancourt transmet les observations du médecin de l’hôpital de Liancourt. La maladie, apparue en mars, disparaît en septembre après avoir connu son apogée durant les mois d’été. La méthodologie déployée annonce l’hygiénisme statistique utilisé par la suite pour les maladies et épidémies urbaines, notamment dans les travaux de Villermé36. Le rapport de Rayer, dont le volumineux manuscrit rédigé à la fin de l’année 1821 est conservé dans les archives de l’Académie royale de médecine – c’est un des premiers textes adressé à la toute nouvelle institution – et qui est imprimé l’année suivante, résulte d’une enquête collective. Le fonctionnement de l’alerte et des soins n’est pas de nature différente de ce qui est prévu par la législation mais est porté à un degré supérieur par l’ampleur du travail accompli et l’organisation d’un service de santé avec règlement. Les médecins réunis dans le village de Mello en présence du préfet et sous la présidence de Pariset prennent plusieurs mesures : les communes sont réparties entre les médecins (au nombre de onze puis de quatorze) pour visiter et traiter les malades ; chaque médecin doit laisser des notes quotidiennes sur chaque malade indiquant l’évolution de la maladie et les remèdes prescrits ; aucun médecin ne doit s’immiscer dans le traitement d’un malade conduit par un confrère ; les notes des médecins doivent être remises ultérieurement aux maires des communes qui les transmettront au préfet de l’Oise. Quatre sœurs de Saint-Joseph se rendent également à Mello pour épauler les médecins. Le système fonctionne pendant toute la durée de l’épidémie.

22C’est donc à une gradation croissante du type d’intervention que l’on assiste dans ces ouvrages. Il ne faut pas en conclure que cela représente le sens de l’histoire et que la médicalisation progresse de façon homogène. Au contraire, les archives rendent compte d’actions très inégales par leur ampleur et leurs caractères selon les départements. L’épidémie de choléra en 1832 montre la difficulté à coordonner les actions.

Une territorialisation incomplète du regard médical

Les lieux de surveillance des épidémies rurales : des villes aux campagnes

  • 37 Jean-Pierre Goubert (dir.), Atlas historique de la Révolution française, vol. 7, Médecine et santé, (...)

23Compter le nombre de médecins, chirurgiens et officiers de santé constitue une approche utile mais incomplète pour les campagnes. Les archives départementales et nationales conservent de nombreux tableaux résultant des enquêtes réalisées au début de l’Empire pour recenser le personnel médical, dans le cadre des réformes structurelles de l’enseignement et de l’exercice de la médecine. Ces données révèlent l’inégale médicalisation du territoire37. Les comparaisons à l’échelle de la France montrent bien que les territoires les plus ruraux et les plus pauvres sont sous-médicalisés : les indigents des campagnes n’ont évidemment pas les moyens de se payer les services d’un médecin ou d’un officier de santé. Mais si on tient compte de tous les personnels de santé, on se rend compte qu’au début du xixe siècle, aucun espace n’est totalement délaissé. Des médecins installés en ville peuvent intervenir dans les campagnes en cas de besoin. Et on trouve beaucoup de chirurgiens et d’officiers de santé dans les campagnes, même si leur répartition n’est pas homogène. Compte tenu du fonctionnement de l’assistance médicale envers les pauvres dans les campagnes, le taux de médicalisation a de toute façon peu d’impact. Les informations agrégées par département et arrondissement ne permettent pas de localiser précisément les médecins, ni de rendre compte de leur action et de leur clientèle. L’échelle d’intervention est très difficile à reconstituer : il faudrait pouvoir disposer de journaux d’intervention ou connaître les clientèles régulières des personnels de santé.

  • 38 Calixte Hudemann-Simon, La conquête de la santé en Europe entre 1750 et 1900, Paris, 1999, p. 129.
  • 39 Giuseppe Caneva, « La lutte contre les épidémies dans la banlieue de Gênes sous Napoléon », Revue d (...)

24Le développement de la médicalisation des campagnes est-il le résultat de la découverte des systèmes allemand et italien lors des conquêtes napoléoniennes ? « En France, le projet d’établir dans chaque canton un médecin ou un chirurgien nommé par le département pour soigner les indigents et assurer d’autres tâches sanitaires contre une indemnité annuelle, présenté par le Comité de mendicité à l’Assemblée constituante, restera lettre morte38. » Prise à la lettre, cette proposition néglige les formes et les échelles spécifiques de l’intervention dans les campagnes françaises : les médecins des épidémies sont répartis par subdélégation dans l’Ancien Régime, par arrondissement après la création des départements. Le maillage est donc moins fin que le canton et nécessite un personnel moins nombreux, avec des interventions plus espacées. Quant à l’idée de modèles étrangers, elle mérite aussi d’être interrogée : à l’apogée de l’Empire en 1811, c’est la structure créée par la France qui est diffusée, avec un fonctionnement attesté par exemple dans les départements de l’Italie septentrionale39. Il y a donc circulation des influences plutôt qu’imposition d’un modèle unique. La filiation avec le système pré-révolutionnaire est au moins aussi grande que l’observation des réalités étrangères qui ne sont presque jamais citées par les médecins français.

  • 40 « Rapport général sur les épidémies qui ont régné en France depuis 1771 jusqu’à 1830 exclusivement, (...)

25Malgré l’attention réelle portée aux campagnes, beaucoup de travaux sur les épidémies envoyés à la Société royale de médecine, à la Société de l’école de médecine et à l’Académie royale de médecine concernent une ville et ses environs : c’est à partir de lieux centraux qu’est construit le discours médical. Le corpus des relations d’épidémies est d’une importance supérieure à celui des topographies médicales. Le rapport publié en 1833 mentionne environ 900 récits d’épidémies recueillis et conservés pour la période 1771-183040, sans compter celles de variole qui font l’objet d’une surveillance spécifique de la part du comité central de vaccine (1800-1823) puis de la commission de vaccine. Ces récits concernent 72 départements et 1 370 communes. D’emblée le projet est frappé d’ambiguïté puisque le rapport mentionne qu’il s’agit de « liquider un vieil arriéré » et que la masse documentaire, bien que lacunaire, est trop grande pour être traitée avec toute la rigueur nécessaire. C’est reconnaître non pas une incapacité mais un doute sur les conclusions qui pourraient être tirées d’un ensemble hétérogène, réalisé sans principe ni théorie uniques. Les enquêtes successives souffrent d’un manque d’hypothèses et de postulats à vérifier. Souligner officiellement les insuffisances méthodologiques antérieures est un des intérêts majeurs de cette synthèse. Si le travail de la commission des épidémies marque un tournant, c’est parce qu’il entend remettre de l’ordre dans les comptes rendus d’observations. Les enquêtes ne seront désormais menées qu’en cas d’épidémies jugées suffisamment inquiétantes et significatives pour les justifier, comme ce fut le cas à Mello. Mais cette faiblesse scientifique est la contrepartie d’une recherche d’efficacité pratique car c’est l’expérimentation de diverses logiques administratives et sécuritaires qui s’est imposée durant toute la période d’observations.

L’impossible synthèse territoriale ?

  • 41 A. D. Cantal, 3 E 228, 339, « Épidémies, manuscrit, t. I » (aucun autre tome n’est conservé). Ce(...)
  • 42 Académie de médecine, fonds Société royale de médecine [désormais SRM], 172, dossier 7, pièce 18.
  • 43 SRM, 147, dossier 4, pièce 3.
  • 44 SRM, 117 B, dossier 24.
  • 45 SRM, 177 A, dossier 1, pièce 10 ; SRM, 197, dossier 2, pièces 6 et 7. Jean-Baptiste Gerzat est méde (...)
  • 46 SRM, 170 B, dossier 27, pièces 2 à 4.
  • 47 SRM, 172, dossier 3, pièce 3.

26Avant la Révolution, les médecins qui envoient des relations d’épidémies sont rarement des personnalités de premier plan. Au contraire, leur intervention et sa mise en récit constituent des moyens de valoriser leurs compétences et leur action. Ceux qui écrivent sont donc majoritairement installés dans de petites villes et entendent se distinguer. En Haute-Auvergne, un médecin resté anonyme réalise une très importante compilation de récits d’épidémies publiés dans les quarante dernières années du xviiie siècle, aujourd’hui conservée dans les archives notariales avec les registres de Vic41. Cette démarche exceptionnelle est typique de la volonté de décrypter les causes des maladies épidémiques dans l’accumulation des observations. Mais ce qui la rend intéressante est justement qu’elle soit réalisée loin des grands centres du savoir médical. L’auteur est-il Roquier, médecin d’Aurillac qui a correspondu avec la Société royale de médecine ? Il est impossible de l’affirmer. En Auvergne et Bourbonnais, plusieurs mémoires envoyés à la Société émanent ainsi de médecins de petites villes : Desbret à Cusset42 (réflexion sur les maladies qui ont régné à Cusset et dans les environs entre 1772 et 1775), Roquier à Aurillac43 (tableau des maladies et épizooties de 1778 à Aurillac et en Haute-Auvergne), Couguet à Brioude44 (sur les maladies de Brioude entre 1779 et 1782 et sur l’hôtel-Dieu), Gerzat à Gannat45 (topographie médicale datée du 14 février 1787 mais aussi mémoires sur le rouissage du chanvre). Cependant, les médecins du collège de médecine de Clermont font aussi des observations : Duvernin, doyen du collège, envoie un mémoire sur les maladies observées à Clermont et dans les environs entre 1772 et 177746 et Lavort un autre sur une maladie épidémique qui a régné à la Chartreuse de Port Sainte-Marie en 1780 et 178147.

  • 48 A. D. Puy-de-Dôme, M 1059.

27Sous l’Empire et la Restauration, les observations sur les épidémies auvergnates sont désormais coordonnées par les médecins de l’école de médecine. Sans qu’il s’agisse de personnalités de premier plan, leur fonction administrative rejoint leur rôle de médecin référent par leur enseignement à l’hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : les épidémies rurales sont décrites par Auguste Peghoux, Michel Bertrand, Jean-Baptiste Achard-Lavort, dont le rôle est mentionné dans le rapport général publié en 1833, en conformité avec ce que révèlent les archives départementales – fièvre putride et maligne à Nadaillat en 1815 et 1816 relatée par Achard-Lavort, typhus à Vertaizon en 1816 et 1817 mis en récit par Bertrand48… La synthèse de 1833 ne reprend cependant que quelques cas par rapport aux très nombreuses épidémies dont les archives départementales rendent compte. Il apparaît cependant que les médecins des épidémies, dans ce cas rattachés à l’hôtel-Dieu et à l’école de médecine de Clermont, constituent désormais les seuls relais fiables pour l’Académie royale de médecine. Les exemples retenus par celle-ci comme les plus significatifs et les plus réussis sont tous ruraux : le modèle épidémique promu naît désormais de la campagne.

28En 1833, les auteurs du rapport général sur les épidémies entendent développer ce modèle territorial. S’ils rendent hommage aux officiers de santé qui épaulent ou suppléent l’action des médecins, ils insistent sur le prestige des médecins des épidémies auprès des ruraux, affirmation difficile à vérifier mais qui serait liée à leur compétence et aux remèdes qu’ils apportent grâce aux boîtes auxquelles ils ont accès. L’expérience des médecins cantonaux dans le Bas-Rhin est prise comme exemple. L’arbitraire des préfets dans le traitement versé aux médecins et officiers de santé en cas d’épidémie est en revanche dénoncé. Il se retrouve pour les périodes antérieures dans la très inégale surveillance médicale du territoire. En effet, sur 1 164 rapports d’épidémies, 256 concernent le seul département de la Somme (22 %), aucun autre département ne comportant plus de 72 relations et beaucoup en comportant très peu (60 départements en comportent 10 ou moins). Cette inégalité ne peut s’expliquer ni par la fréquence réelle des épidémies, ni même par l’inégale conservation, mais bien par l’effort mené au sein des différents départements, ce que les auteurs du rapport ne semblent pas totalement percevoir ou du moins dont ils ne tiennent pas compte dans leur interprétation.

29Dans le cas de la Somme, les archives conservées montrent que l’essentiel de l’effort a été accompli pendant la Restauration sous l’égide de Trannoy. Aucune statistique de la réalité épidémique ne peut donc être faite et les résultats obtenus par la commission comportent de nombreux biais. Le paradoxe est que l’enquête est d’abord territorialisée mais que les proportions obtenues sur certains sujets agrègent des chiffres totalement détachés des critères territoriaux, mettant en avant l’importance des fièvres gastro-entéro-céphalites puis des rougeoles et des scarlatines parmi les causes de morbidité et de mortalité et montrant à l’inverse la faiblesse des épidémies de fièvres intermittentes. Les fièvres catarrhales sont également secondaires dans le corpus. Ce constat révèle surtout les modalités de la construction territoriale des données : la paroisse puis la commune rurale constituent une unité à la fois insécable et indépassable. Malgré la collecte préfectorale, aucune synthèse départementale n’est réalisée. Sur l’ensemble de la période, le projet fait ainsi passer d’un modèle local dans lequel les médecins cherchent à identifier des causes d’insalubrité et d’infection à une synthèse nationale qui n’établit aucune corrélation entre le milieu et la maladie. Les mémoires concernant une partie de province ou les campagnes dépendant d’une petite ville pourraient correspondre à des tentatives de synthèse à une échelle territoriale intermédiaire mais il n’en est rien : après une introduction topographique, ces travaux relatent en effet presque toujours de manière chronologique des maladies particulières et des épidémies, sans autre méthode que l’observation liée à la pratique. Si des chiffres sont donnés, ce sont ceux des relevés climatiques. Il existe cependant quelques exceptions pendant la Restauration.

Un effort de reconstruction des territoires de la santé

  • 49 J.-B. trannoy, Traité élémentaire des maladies épidémiques ou populaires…, « chapitre sixième », p.(...)

30Dans son traité, Trannoy fournit une étude encore classique fondée sur le récit de 51 épidémies concernant 49 villages de son aire d’intervention entre septembre 1815 et janvier 181949. S’il rassemble ses données dans un « tableau général » hors texte, celui-ci ne donne que des indications succinctes sur le milieu (« hauteur », « plaine », « vallée humide »…) et s’attache surtout à mettre en relation le type de pathologie observé dans chaque village avec la morbidité et la mortalité, avant et après l’arrivée du médecin, afin de montrer l’efficacité de l’action de ce dernier. Ainsi comptabilise-t-il 4 933 malades dont 376 morts pour une population concernée de 32 872 personnes. Le taux de morbidité épidémique est de 15 %, le taux de létalité de 7,6 %. Sur ces 376 morts, 284 seraient décédés avant l’arrivée du médecin pour 1 530 malades (soit un taux de létalité de 18,5 %) contre 92 à partir de son arrivée sur 3 403 malades (2,7 %). Bien qu’il ne commente pas ces chiffres ni ne calcule ces pourcentages, Trannoy construit toute son argumentation pour prouver l’efficacité de l’action du médecin dans les campagnes. Son récit fustige les préjugés des malades qui refusent les précautions et les remèdes recommandés. Sa méthode est conforme à toute la politique médicale mise en œuvre depuis le milieu du xviiie siècle avec un classement par maladie ou ensemble de maladies, avant localisation de celles-ci.

  • 50 Julien Sapori, « Nicolas-Marie Quinette. Biographie d’un révolutionnaire soissonnais », Mémoires de (...)

31En Picardie, les archives permettent de suivre les interventions pour des épidémies de dysenterie, de fièvres putrides, de rougeole et de scarlatine notamment depuis la fin des années 1770. La masse documentaire n’est cependant pas plus importante à la fin de l’Ancien Régime que dans la généralité de Riom. En revanche dès le début de l’Empire, le préfet de la Somme Nicolas-Marie Quinette50 manifeste un zèle particulier en rappelant précisément la législation et en la faisant strictement appliquer – il envoie une circulaire aux maires le 30 prairial an XIII. Il renforce ainsi une tradition d’intervention départementale particulièrement attentive aux conditions de l’aide apportée aux malades et déterminée à fournir les financements pour l’achat de vivres et de remèdes. Bien que non originale dans son principe, cette approche poursuivie par ses successeurs jusqu’à la Restauration fonde une action coordonnée et suivie qui ne se rencontre pas aussi systématiquement dans les autres départements. Dans les dossiers conservés aux Archives nationales, ce qui fait l’originalité des nombreux rapports concernant la Somme, c’est qu’ils ne sont pas centrés seulement sur la zone frontalière-portuaire, mais sur l’intérieur du département, villes et campagnes confondues.

  • 51 François Delaporte, Histoire de la fièvre jaune. Naissance de la médecine tropicale, Paris, 1989 ; (...)
  • 52 Ce document est inséré dans l’ouvrage de Pierre Rayer, Epidémie de suette-miliaire qui a régné en 1 (...)

32L’un des enjeux de la réflexion médicale, héritière d’une longue tradition, consiste à trancher le débat entre infection et contagion. Les travaux d’épistémologie des sciences médicales comme ceux de François Delaporte sur le choléra et la fièvre jaune ont déjà largement répondu aux interrogations sur ces questions51. Mais il faut revenir à la question sociale. En effet, ce qui est en jeu dans les observations sur la contagion, c’est l’effort pour retracer le cheminement de l’épidémie, complémentaire d’une approche pourtant toujours énoncée sur le rôle des éléments naturels et de l’hygiène. De nombreuses observations identifient la ou les personnes qui ont transporté la maladie d’un lieu à un autre depuis une ville, un village, un hôpital… Le travail sur l’épidémie de suette miliaire dans l’Oise en 1821 fait même de l’origine du mal un des principaux problèmes à élucider : il identifie le village d’où elle serait partie, Mello, et les vecteurs de diffusion par le jeu des rassemblements de populations lors des marchés, en tenant compte de la topographie et des relations entre les lieux où la maladie est présente. Ainsi, la maladie définit un espace qui correspond à un ensemble de circulations d’hommes et de marchandises dont les confins créent un champ d’observation sans rapport direct avec les limites administratives (document 1)52. Avec l’invasion du choléra-morbus puis les différents rapports sur les épidémies réalisés au cours du xixe siècle dans le cadre de l’Académie de médecine, des analyses prolongent cette approche et tendent à démontrer le caractère contagieux de la plupart des « fièvres » : fièvres putrides et malignes, fièvres adynamiques ou ataxiques, fièvres typhoïdes et typhus.

33Le premier tiers du xixe siècle modifie même partiellement le regard : les villes ne sont plus considérées comme les principaux foyers d’infection, comme c’était le cas au xviiie siècle, puisqu’elles deviennent les lieux où les nouvelles lois s’appliquent en priorité et où la salubrité devient une préoccupation majeure ; les campagnes sont à l’inverse de plus en plus souvent placées à l’origine de la diffusion des maladies. Les contagions urbaines ne sont pas pour autant éludées : elles sont fréquemment attribuées aux lieux d’infection spécifiques comme les hôpitaux et les prisons, et aux passages de troupes, particulièrement nombreux à la fin de l’Empire et au début de la Restauration.

34Ainsi, la médicalisation au xviiie siècle et les « progrès » du premier xixe siècle ne permettent pas à eux seuls de comprendre l’unité de la période qui va de 1770 à 1830. Pour cela, il est nécessaire d’observer les pratiques concrètes des médecins dans les campagnes. Si le discours contre le charlatanisme est omniprésent, si les diatribes contre les mauvaises le charlatanisme est omniprésent, si les diatribes contre les mauvaises pratiques et le manque d’hygiène des ruraux sont fréquentes, on ne constate nul abandon des populations rurales à leur sort, nul retrait des médecins dans la technicité rassurante de la médecine hospitalière, contrairement à ce qu’affirmait Jean-Pierre Peter. Au contraire, c’est à une circulation des savoirs et à une complémentarité entre médecine hospitalière et médecine aux champs que l’on assiste. Les pratiques développées au cours du xviiie siècle reçoivent une nouvelle sanction du pouvoir par une législation qui rationalise et approfondit les expériences anciennes. La lutte contre les épidémies est bien le lieu de cette continuité car les hôpitaux ne sont pas adaptés pour ce type d’action. Or la « modernité », c’est aussi cette capacité des médecins à aller vers les patients, même les plus humbles, et à déployer un effort qui touche l’ensemble des territoires.

35Par souci d’efficacité, les savoirs les plus novateurs ne sont pas expérimentés dans les campagnes. Il est significatif que Trannoy a été un royaliste : son action de coordination des travaux sur les épidémies dans la Somme couvre la période de la Restauration et il perd sa fonction de médecin des épidémies après la révolution de Juillet. Il ne manque pas une occasion de louer le sage gouvernement des Bourbons : c’est au nom de la tradition qu’il entend réaliser un travail de rationalisation des savoirs. Pierre Rayer incarne une pratique déjà plus novatrice. Son compte rendu de la suette miliaire de l’Oise en 1821, travail de jeunesse issu d’une démarche collective, constitue un pont entre la tradition néo-hippocratique et l’évolution vers une médecine scientifique fondée sur l’analyse statistique des données épidémiologiques qui exige la définition des espaces d’étude. L’action du médecin dans les campagnes répond à plusieurs objectifs de l’administration : maintenir une population en bonne santé pour développer la production agricole, protéger les villes des maladies qui pourraient se propager à partir des campagnes, limiter les dépenses hospitalières dans un contexte de réorganisation et de rationalisation qui a déjà un coût élevé… Pour toutes ces raisons, il n’était pas possible d’abandonner les ruraux à leur sort et il était nécessaire d’intégrer les territoires ruraux dans les stratégies de médicalisation.

Document 1. « Carte du théâtre de l’épidémie qui a régné dans le département de l’Oise en 1821 »

Document 1. « Carte du théâtre de l’épidémie qui a régné dans le département de l’Oise en 1821 »

Académie de médecine, fonds de l’Académie royale de médecine, liasse 229. Lithographie de M. le C. de Lastéric (d’après la carte de Cassini).

Haut de page

Document annexe

  • Ce document est inséré dans l’ouvrage de Pierre Rayer, Epidémie de suette-miliaire qui a régné en 1821 dans les départements de l’Oise et de Seine-et-Oise, Paris, 1822, carte hors-texte. Le trait rouge sur l’original (ici en gras) montre les limites de l’extension de l’épidémie. Légende imprimée : ¤ Indique les usines + Lieux où les décès ont été le plus nombreux. La légende manuscrite indique que les numéros correspondent aux côtes d’altitude au-dessus du niveau de la mer (en mètres), soit au sol, soit au sommet du clocher (un s est alors ajouté).

    Académie de médecine, fonds de l'Académie royale de médecine, liasse 229. Lithographie de M. le C. de Lastéric (d'après la carte de Cassini).

Haut de page

Notes

1 Jean-Pierre Peter, « Les morts et les objets de la maladie. Remarques sur les épidémies et la médecine dans la société française de la fin du xviiie siècle », Revue historique, 1971/3, juillet-septembre, p. 13-78.

2 Jean-Pierre Goubert (dir.), La médicalisation de la société française, 1770-1830, Waterloo, 1982 ; Othmar Keel, L’avènement de la médecine clinique moderne en Europe, 1750-1815, Montréal-Genève, 2001.

3 Par exemple, Jean-Pierre Poussou, « Les crises démographiques en milieu urbain : l’exemple de Bordeaux, fin xviie-fin xviiie siècle », Annales ESC, 1980, n° 2, p. 235-252 ; Pierre Thillaud, Les maladies et la médecine en Pays Basque nord à la fin de l’Ancien Régime (1690-1789), Genève, 1983.

4 Hugues Moussy, Les topographies médicales françaises des années 1770 aux années 1880. Essai d’interprétation d’un genre médical, thèse, université Paris I, 2003.

5 Daniel Teysseire, « Un médecin dans la phase de constitution de l’hygiénisme, Louis Lépecq de La Clôture (1736-1804) », dans Patrice Bourdelais (dir.), Les Hygiénistes. Enjeux, modèles et pratiques (xviiie-xxe siècles), Paris, 2001, p. 60-74.

6 Olivier Faure, Genèse de l’hôpital moderne. Les Hospices civils de Lyon de 1802 à 1845, Lyon, 1982 ; Isabelle von Bueltzingsloewen, Machines à instruire, machines à guérir. Les hôpitaux universitaires et la médicalisation de la société allemande, 1730-1850, Lyon, 1997.

7 Philip Rieder, « Médecins et patients à Genève : offre et consommations thérapeutiques à l’époque moderne », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 2005, p. 39-63 ; Jurgen Schlumbohm, « Les limites du savoir : médecin et femmes enceintes à la maternité de l’université de Göttingen aux alentours de 1800 », ibid., p. 64-94.

8 Gérard Jorland, Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au xixe siècle, Paris, 2010 ; Bernard-Pierre Lécuyer, « Les maladies professionnelles dans les Annales d’hygiène publique et de médecine légale », Le Mouvement social, 1983, p. 45-69.

9 Alain Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social : xviiie-xixe siècles, Paris, 1986.

10 Geneviève Massard-Guilbaud, Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Paris, 2010 ; Thomas Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, 2011.

11 Alexandre Lunel, La maison médicale du roi. xvie-xviiie siècles. Le pouvoir royal et les professions de santé, Seyssel, 2008.

12 Jacques Léonard, Les médecins de l’Ouest au xviiie siècle, thèse, université Paris IV, 1976, Atelier de reproduction des thèses de Lille III, 1978, 3 t. Voir notamment t. I, p. 187-195.

13 Michel Foucault, Naissance de la clinique. Une archéologie du regard médical, Paris, 1963.

14 M. Foucault, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France 1977-1978, Paris, 2004 ; Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France 1978-1979, Paris, 2004.

15 Les archives départementales conservent de nombreuses correspondances entre les médecins des épidémies et les administrations des intendances puis des départements dans les séries C pour l’Ancien Régime, L pour la période révolutionnaire et M pour le xixe siècle. Pour les archives nationales, cf. Police sanitaire (xviie siècle-1923). État numérique détaillé de la sous-série F 8, Paris, Archives nationales, 2008. La sous-série F 7 (Police) conserve aussi des documents sur les épidémies.

16 A. N., F 8/21 à 26 (administration sanitaire de Marseille et de la Ciotat, 1791-1826).

17 A. N., F 8/781-2 (Seine- Inférieure : affaires générales et police sanitaire maritime, 1790-1828) et F8/80-81 (Somme : épidémies locales, police sanitaire maritime, affaires diverses, an V-1829)

18 Pascale Zwiebel-Muller, La Société de l’École de médecine et la santé publique en France de 1801 à 1821, thèse, EHESS, 1978.

19 A. N., F 8/15 et 16.

20 Jean-Pierre Goubert, « The extent of medical practice in France around 1780 », Journal of Social History, n° 10, 1977, p. 410-427. En 1786, une vaste enquête cherche à recenser l’ensemble du personnel médical du royaume.

21 Yannick Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen, 1796-1927. Expériences locales et liaisons nationales, Paris, 2002.

22 A. D. Marne, série L, dossier « épidémies, santé publique ».

23 A. D. Somme, 5 M 3 et 4, épidémies. « Le préfet du département de la Somme, membre de la Légion d’Honneur, aux maires des communes du département », 30 prairial an XIII.

24 Ibid. Le décret du 21 frimaire an XIII rétablit les envois de boîtes de médicaments qui étaient pratiquées sous l’Ancien Régime sous le nom de « remèdes d’Helvétius ».

25 Les séries conservées aux Archives départementales de la Somme pour la période de la Restauration sont exceptionnelles : 5 M 15 à 34 (1816-1830). Elles complètent celles des Archives nationales déjà mentionnées. Quelques feuilles imprimées sont transmises à la commission des épidémies de l’Académie royale de médecine en 1831 et 1832 : Académie de médecine, fonds de l’Académie royale de médecine, liasse 28, dossier 2, n° 3.

26 Ce ministère confirme la circulaire du 3 septembre 1813 par une autre en date du 7 juin 1837 : Vincent-Pierre Comiti, Les Textes fondateurs de l’action sanitaire et sociale, Issy-les-Moulineaux, 2002, p. 143.

27 Jean-Pierre Bardet, Patrice Bourdelais, Pierre Guillaume, François Lebrun, Claude Quétel (dir.), Peurs et terreurs face à la contagion, Paris, 1988, p. 17-41.

28 Ainsi dans le Puy-de-Dôme : A. D. Puy-de- Dôme, M 1055. Sur un imprimé vierge provenant du département de la Somme figure la mention manuscrite : « Il faudra faire faire de ces imprimés ». Le nom du département est rayé et remplacé par « Puy-de-Dôme ». Le document se trouve avec des relations d’épidémies de l’année 1832.

29 Ainsi John Huxham, On Fevers, 1750 ; Essai sur les fièvres, traduction française qui connaît plusieurs éditions de 1752 à 1780.

30 L’auteur est Jean-Claude-Adrien Helvétius (1685-1755), premier médecin consultant du roi en 1721, premier médecin de la reine en 1728. Louis Lafond, La dynastie des Helvétius. Les remèdes du roi, Paris, 1926, p. 103-124.

31 « Mémoire sur l’épidémie qui a régné à Gannat en Bourbonnais au mois de mai 1771, par M. Gaulmin Desgranges, docteur en médecine de la faculté de Montpellier, résident à Montmarault en Bourbonnais », Journal de médecine, chirurgie, pharmacie, 1772, p. 307-315.

32 Christelle Got, Un cas de paludisme grave : l’épidémie de 1776 de Villeneuve-lès-Avignon, Villeneuve-lès-Avignon, 1999.

33 J.-B. Trannoy, Traité élémentaire des maladies épidémiques ou populaires…, p. 351.

34 Académie royale de médecine, liasse 220, n° 215 et 217, séances des 1er et 8 mars 1831, « Rapport sur un mémoire de M. Trannoy médecin d’Amiens, intitulé concordance de l’état atmosphérique avec les maladies régnantes à Amiens, Doullens et leurs environs ».

35 Jean Théodoridès, Pierre Rayer (1793-1867) : un demi-siècle de médecine française, Paris, 1997. Pierre Rayer (1793-1867) devint une figure importante du monde médical comme médecin du banquier Alexandre Aguado, médecin consultant de Louis-Philippe puis médecin ordinaire de Napoléon III. Il est connu pour des travaux d’anatomie pathologique ainsi que pour ses traités sur le farcin et les maladies des reins dans les années 1830.

36 Louis-René Villermé, « Mémoire sur la mortalité en France dans la classe aisée et dans la classe indigente », Mémoires de l’Académie royale de médecine, 1828, p. 51-98 ; « De la mortalité dans les différents quartiers de la ville de Paris, et des causes qui la rendent très différente dans plusieurs d’entre eux, ainsi que dans les divers quartiers de grandes villes », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 1830, 3 (2), p. 294-341 ; « Les épidémies sous le rapport de l’hygiène publique, de la statistique médicale et de l’économie politique », ibid., 1833, 1, p. 5-58. Voir Bernard-Pierre Lécuyer et Éric Brian, « L’argent, la vie, la mort : les recherches sociales de Louis-René Villermé sur la mortalité différentielle selon le revenu (1822-1830) ou l’échec institutionnel d’une tentative de passage de la description à l’inférence statistique », Mathématiques et Sciences humaines, 38e année, n° 149, 2000, p. 31-60.

37 Jean-Pierre Goubert (dir.), Atlas historique de la Révolution française, vol. 7, Médecine et santé, Paris, 1993, p. 22-25.

38 Calixte Hudemann-Simon, La conquête de la santé en Europe entre 1750 et 1900, Paris, 1999, p. 129.

39 Giuseppe Caneva, « La lutte contre les épidémies dans la banlieue de Gênes sous Napoléon », Revue d’histoire de la pharmacie, 1964, vol. 52,  181-182, p. 92-97.

40 « Rapport général sur les épidémies qui ont régné en France depuis 1771 jusqu’à 1830 exclusivement, et dont les relations sont parvenues à l’Académie, par la commission des épidémies : MM. Martin-Solon, Mestivier, Villermé, Thillaye, et Villeneuve, rapporteur », Mémoires de l’Académie royale de médecine, t. III, Paris, 1833, p. 377-429. Mentionné dans l’Atlas historique de la Révolution française, vol. 7, p. 18, cette enquête n’y est pas mise en relation avec l’important travail de compilation qui l’a précédée.

41 A. D. Cantal, 3 E 228, 339, « Épidémies, manuscrit, t. I » (aucun autre tome n’est conservé). Ce manuscrit anonyme contient une « Bibliographie des maladies épidémiques, contagieuses et épizootiques » (154 folios), suivie de 193 mémoires recopiés dans différentes publications médicales.

42 Académie de médecine, fonds Société royale de médecine [désormais SRM], 172, dossier 7, pièce 18.

43 SRM, 147, dossier 4, pièce 3.

44 SRM, 117 B, dossier 24.

45 SRM, 177 A, dossier 1, pièce 10 ; SRM, 197, dossier 2, pièces 6 et 7. Jean-Baptiste Gerzat est médecin des épidémies et administrateur de l’hôpital de Gannat.

46 SRM, 170 B, dossier 27, pièces 2 à 4.

47 SRM, 172, dossier 3, pièce 3.

48 A. D. Puy-de-Dôme, M 1059.

49 J.-B. trannoy, Traité élémentaire des maladies épidémiques ou populaires…, « chapitre sixième », p. 351-446 et tableau hors-texte.

50 Julien Sapori, « Nicolas-Marie Quinette. Biographie d’un révolutionnaire soissonnais », Mémoires de la Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie de l’Aisne, 2002, t. 47, p. 75-119.

51 François Delaporte, Histoire de la fièvre jaune. Naissance de la médecine tropicale, Paris, 1989 ; Le Savoir de la maladie. Essai sur le choléra de 1832 à Paris, Paris, 1990.

52 Ce document est inséré dans l’ouvrage de Pierre Rayer, Epidémie de suette-miliaire qui a régné en 1821 dans les départements de l’Oise et de Seine-et-Oise, Paris, 1822, carte hors-texte. Le trait rouge sur l’original (ici en gras) montre les limites de l’extension de l’épidémie. Légende imprimée : ¤ Indique les usines + Lieux où les décès ont été le plus nombreux. La légende manuscrite indique que les numéros correspondent aux côtes d’altitude au-dessus du niveau de la mer (en mètres), soit au sol, soit au sommet du clocher (un s est alors ajouté).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1. « Carte du théâtre de l’épidémie qui a régné dans le département de l’Oise en 1821 »
Légende Académie de médecine, fonds de l’Académie royale de médecine, liasse 229. Lithographie de M. le C. de Lastéric (d’après la carte de Cassini).
URL http://siecles.revues.org/docannexe/image/136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Fournier, « Épidémies et médicalisation des territoires ruraux (vers 1770-vers 1830) », Siècles, 30 | 2009, 61-83.

Référence électronique

Patrick Fournier, « Épidémies et médicalisation des territoires ruraux (vers 1770-vers 1830) », Siècles [En ligne], 30 | 2009, mis en ligne le 26 octobre 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://siecles.revues.org/136

Haut de page

Auteur

Patrick Fournier

Maître de conférences en histoire moderne
Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », Clermont Université, Université Blaise-Pascal, EA 1001

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org