Navigation – Plan du site

L’ethnopsychologie comparée au service de la paix
Le pari de Salvador de Madariaga

Rose Duroux
p. 99-115

Texte intégral

Le retour en grâce de la Société des Nations

  • 1 Antoine Fleury, « La création d’une nouvelle organisation internationale en 1945 : continuité et ru (...)
  • 2 « Encore une nouvelle histoire des relations internationales : l’histoire des organisations interna (...)

1Longtemps considérée comme un échec, la Société des Nations n’a pas retenu l’attention des chercheurs1 : « à quoi bon analyser une institution qui ne parvint pratiquement pas à trouver de solutions aux litiges alors existants. La légende noire de la SDN était née ; on oublia bien vite Genève et ses stériles débats ». Mais, après un demi-siècle d’ONU, un intérêt se dessine. On pense à cette autre réflexion de René Girault, il y a une dizaine d’années, au sujet de l’apport que l’on peut attribuer à l’expérience de la SDN dans la gestation de la coopération internationale : « la vision traditionnelle d’une SDN décadente est remise en cause, non point quant à ses résultats politiques momentanés, mais quant à ses influences sur la vie internationale actuelle »2.

  • 3 Jean Monnet, Mémoires, Paris, 1976, p. 131-132.

2L’Europe qui se cherche constate l’esprit visionnaire des auteurs du Pacte de la SDN, puis de certains de ses collaborateurs qui, dès le début du XXe siècle, « ont déjà très bien perçu l’interdépendance entre les États, et de plus en plus entre les sociétés ». Des artisans internationaux comme l’Espagnol Salvador de Madariaga semblent bénéficier du retour en grâce de la SDN et trouver là l’occasion de redorer leur blason. Madariaga, quant à lui, était bien convaincu d’être un pionnier en participant au « développement des habitudes de coopération entre des peuples qui n’avaient jusque-là connu que des rapports de force »3, pour reprendre la formulation de Jean Monnet, secrétaire général adjoint de la SDN au moment où Madariaga y entre en 1921.

Biographie succincte du « sociétaire » Madariaga

  • 4 Carlos Fernández Santander, Madariaga : ciudadano del mundo, Madrid, 1991.

3Voici quelques repères spatio-temporels de sa trajectoire internationale4 :

  • 5 Salvador De Madariaga, Memorias (1921-1936). Amanecer sin mediodía, Madrid, 1981, p. 534 : « Nadie (...)

41886 : Naissance à La Corogne. 1900-1911 : Études à Paris, Chaptal, Polytechnique, Mines. Octobre 1911 : Retour en Espagne en tant qu’ingénieur à la Cie des chemins de fer du Nord. 1912 : Mariage avec une Écossaise connue au Quartier latin. 1915 : Abandon de l’ingénierie pour le Times de Londres. Août 1921 : Rédacteur technique à l’Office de presse de la SDN à Genève. 1922 : Chef de la Section du désarmement de la SDN. Janvier 1928-avril 1931 : Chaire de Langue et Littérature espagnoles à l’Université d’Oxford. 13 mai 1931 : Ambassadeur à Washington de la IIe République et responsable de la délégation espagnole à la SDN. 1932-1934 : Ambassadeur à Paris et chef de la Conférence du désarmement à Genève. Mars 1934 : Ministre de l’Instruction publique. Démission rapide. Avril 1934-juillet 1936 : Assiste aux réunions de la SDN comme délégué non titulaire5. Juin 1936 : Désaccord avec son gouvernement. Juillet 1936 : Déclenchement de la guerre civile. Fin de son service de la République. 1er août 1936 : Départ pour une émigration anglaise — il refuse le mot exil — qui va durer 40 ans. 1973 : Prix Charlemagne. 1976 : Retour après la mort de Franco. Retrouve à l’Académie royale le siège où il fut élu en 1936. 1978 : Décès à Locarno en Suisse.

  • 6 Ricardo García Cárcel, « Memoria de Salvador de Madariaga », ABC, 14 décembre 2003.

5Il y aurait là de quoi occuper plusieurs vies. Aussi Ricardo García Cárcel6, brossant le portrait de Madariaga pour le 25e anniversaire de sa mort, met-il en exergue son effervescence vitale, son atypisme dans l’Espagne de l’entre-deux-guerres et sa grande curiosité pour les caractères des nations. Madariaga part très tôt en guerre contre les « archétypes livresques ou diffus », ces préjugés nationaux qui véhiculent un mépris proportionnel à l’ignorance, bref : les stéréotypes.

Le stéréotype : un outil décisionnel

De la perception de l’Autre

6Depuis l’Antiquité, les peuples voisins ont conscience de ce qui les différencie, conscience qui se manifeste surtout par l’hostilité, chacun considérant comme méprisables les usages des autres groupes sociaux. La classification des sociétés sera l’une des préoccupations des « philosophes », tâche délicate, les points de vue changeant suivant que l’on considère l’état politique, l’obédience religieuse, les formes de solidarité. N’allons pas croire que les stéréotypes émanent uniquement de l’homme de la rue, on les trouve sous la plume des plus hauts responsables de la politique ou de la pensée contemporaines. Les archives du Quai d’Orsay, du Foreign Office et autre Wilhelmstrasse sont éloquentes à cet égard.

  • 7 Gaston Bouthoul, Biologie sociale, Paris, 1964, p. 5. Louis Trénard, « Les représentations collecti (...)
  • 8 René Girault, Diplomatie européenne. Nations et impérialismes, 1871-1914, Paris, 1995, cité par And (...)

7Peut-on estimer la portée des images stéréotypées — caricaturales ou idéales ? À qui profitent-elles ? Force est de constater que « les stéréotypes ont la vie dure et sont rarement innocents et terriblement conservateurs »7. Dans les relations internationales, la perception de l’Autre et de sa psychologie par le décideur a toujours joué un rôle important mais difficilement mesurable. L’homme d’État tient compte des forces liées aux traditions, aux manières de penser. La capacité du diplomate à percevoir puis à transmettre aux décideurs des « informations et des intuitions » (un leitmotiv chez Madariaga) a conduit à un recrutement très sélectif. Comme le rappelait René Girault, dans Diplomatie européenne, pour la période 1871-1914, « le diplomate se devait d’être un aristocrate ou un homme de lettres pour pénétrer les sphères très fermées du pouvoir. Au début du XXe siècle, lorsque l’ethnopsychologie deviendra à la mode, il lui faudra ajouter à ces talents l’art de saisir l’essence de l’âme des peuples »8.

Temps de crise et pics de stéréotypie

  • 9 A. Bachoud, « La raison du plus faible [...] », op. cit., p. 19 et Los españoles ante las campañas (...)
  • 10 A. Bachoud, « La raison du plus faible […] », op. cit., p. 18.

8La perception de l’Autre, rarement spontanée, souvent fossilisée sous forme de clichés, est régulièrement orchestrée par les services de propagande. Selon Andrée Bachoud, spécialiste des campagnes du Maroc — opposant la France et l’Espagne au début du XXe siècle —, les perceptions des diplomates qui conditionnent les négociations « sont si proches des stéréotypes en usage dans l’opinion qu’elles font problème »9. Elle montre à quel point le stéréotype hispanophobe grève des décisions françaises. Ainsi, lors de la crise de 1911, Geoffray, l’inspirateur du mauvais découpage obtenu par les Espagnols, écrit à Herbette, alors chef du cabinet du ministère des Affaires étrangères : « il faut chercher à se débarrasser de ces gens, si désagréables et si difficiles qu’ils soient, en leur concédant une zone au Maroc, où ils s’escrimeront et dépenseront beaucoup d’argent, vraisemblablement sans résultat ; peut-être est-ce le meilleur moyen de les occuper et de détourner leur attention de nos affaires ». Et Andrée Bachoud de conclure : « Les Espagnols ont longtemps suscité ce type de stéréotypes, pondérés d’un coefficient positif ou négatif suivant les stratégies projetées »10.

9Dans son étude très dense sur les relations internationales de l’Espagne de 1931-1939, Jean-François Berdah suit la montée de l’usage du stéréotype. Alors que l’avènement pacifique de la République espagnole, en avril 1931, est l’objet d’une attention pondérée de la part des ambassadeurs, les insurrections populaires du mois suivant ouvrent les vannes des stéréotypes sur l’Espagne farouche, intolérante :

« Sans doute faut-il en voir la cause dans le fait qu’ambassadeurs et consuls, en tant que produits de « cultures supérieures », ont parfois bien du mal à analyser les faits sans faire appel, lorsque la situation échappe à leur sagacité, aux stéréotypes de la nation latine, par essence hermétique aux concepts de tempérance et de tolérance ».

  • 11 Jean-François Berdah, La Démocratie assassinée. La démocratie espagnole et les grandes puissances, (...)

10Il cite un rapport du 5 mai 1933, destiné au Foreign Office, où l’on recommande de ne pas laisser une quelconque réclamation devenir une dispute ouverte entre Londres et Madrid : « Il est déjà difficile de traiter avec les Espagnols lorsqu’on est en bons termes avec eux, mais il devient pratiquement impossible d’obtenir satisfaction dès lors qu’ils sont attaqués, blessés et maussades »11.

  • 12 De même, le « tous pareils » de Pie XI — « les Espagnols sont tous les mêmes, qu’ils soient rouges (...)

11Mais c’est la guerre civile espagnole (1936-1939) qui offre le pic de stéréotypie le plus lourd de conséquences. Anthony Eden, ministre des Affaires étrangères, affirme d’entrée : « La guerre civile met en évidence le caractère espagnol sous son aspect le plus intolérant ». Andrée Bachoud émet l’hypothèse que ce jugement de 1936 qui enferme, « dès le début du coup d’État des militaires, les Espagnols des deux camps dans une image commune, faite d’une intolérance supposée attestée depuis des siècles, est peut-être ce qui conditionne la passivité anglaise vis-à-vis des belligérants, et son soutien mou à la légitimité républicaine — à moins qu’il ne prépare déjà ce réalisme politique postérieur qui conduira la Grande-Bretagne à reconnaître le régime de Franco, hors de tout élan de passion ou même de sympathie »12.

Les intellectuels espagnols du début du XXe siècle et les stéréotypes

  • 13 Miguel De Unamuno, Ensayos, Madrid, t. 1, 1951 : En torno al casticismo [1895], Sobre la europeiza- (...)

12L’un des maîtres à penser de Madariaga, Miguel de Unamuno, s’insurge, dès 1895, contre « les soi-disant caractères nationaux » car seul l’homme présente de l’intérêt. Mais il a beau condamner « l’ostentation de pseudo-caractères nationaux », de fait, il ne cesse de s’en préoccuper et de prêter à ses compatriotes un fort individualisme et un caractère passionné. De cet individualisme, découlerait leur tendance « séparatiste »13.

  • 14 Altamira et Menéndez Pidal s’intéressent à la « psychologie des peuples » ; Herrero García entame l (...)
  • 15 Ramón Pérez de Ayala, O. C., Madrid, t. 2, 1964, p. 1184 et Crónicas londinenses, Murcia, 1988.

13S’il se sent proche d’Unamuno, Madariaga est de la « génération » d’Ortega y Gasset, Castro, Sánchez Albornoz, Azaña, De los Ríos, Machado, Zulueta, Jiménez de Asúa, Maeztu, Araquistain, Corpus Barga, la génération intellectuelle internationaliste, souvent formée en Europe (Allemagne, France, Angleterre) et pour qui les langues sont devenues « les humanités modernes » (Ayala). Tous s’intéressent aux caractères des nations14 pour mieux démonter, en principe, les préjugés —y compris dans l’auto-représentation. Or, par une sorte d’effet pervers, le stéréotype guette ces humanistes nouveaux : « Hay en el espíritu español algo de virilidad rústica, una forma de fecundidad que se despierta momentánea por sacudidas irreprimibles »15.

  • 16 De l’angoisse à la liberté : profession de foi d’un libéral révolutionnaire, Paris, 1954
  • 17 Cf. les paroles ironiques du personnage Morales porte-parole de Manuel Azaña dans La velada en Beni (...)
  • 18 Azaña, « Una constitución en busca de autor », España, 12 janvier 1924 ; Araquistain, « El irónico (...)

14Madariaga réside en Grande-Bretagne durant la grande ère du libéralisme anglais à la Lloyd George, un libéralisme pétri d’aristocratisme qui le fascine16. C’est à partir de cet observatoire qu’il convient de considérer sa saisie des caractères nationaux. Elle vaut d’entrée au débutant de Genève de polémiquer avec deux intellectuels républicains de premier plan, Luis Araquistain et Manuel Azaña. En 1923, au début de la dictature de Primo de Rivera, la polémique s’engage par voie de presse, Madariaga défendant l’idée du monarchisme des Espagnols, partisans du commandement unique, et ses interlocuteurs défendant le suffrage universel, peu fait selon Madariaga pour le caractère espagnol17. Azaña, qui ne croit pas à l’existence d’un caractère national immuable, ironise : « nous en serions encore à chanter et danser au sommet d’une colline les nuits de pleine lune ». Quant à Araquistain, il rétorque que, précisément, « la politique ne consiste pas à se soumettre au caractère national mais à le transformer »18. La polémique conduira Madariaga, quelques années plus tard, à affiner les concepts dans Anglais, Français, Espagnols, par le truchement du comparatisme. Il est à bonne école dans le melting-pot genevois où, logiquement, on est sensible plus qu’ailleurs à la perception des caractères des nations, à leurs clivages et alliages, puisque la SDN se doit de tirer le meilleur parti possible de tous ces jeux de miroir. Madariaga, qui a une formation scientifique, va se lancer dans la psychologie comparée avec une hantise : « Rationaliser c’est européaniser ».

Un essai majeur : Anglais, Français, Espagnols

  • 19 Version française par Madariaga d’Anglais, Français, Espagnols (dorénavant AFE), Paris, 1930 ; « Ap (...)

15Madariaga se fit remarquer (« llamó la atención », dit l’historien Tuñón de Lara dans La España del siglo XX) pour son ouvrage Anglais, Français, Espagnols. Essai de psychologie comparée19, qu’il publie en trois langues à Londres, Paris et Madrid, de 1928 à 1930. Le livre s’inscrit dans la dynamique pacifiste de l’immédiat après-guerre. Le but est, entre autres, de « contribuer dans une modeste mesure à maintenir entre les peuples des relations internationales meilleures ». L’essai lui vaut, en 1930, le prix politique de 10 000 francs décerné par la revue L’Europe nouvelle. Il s’agit, peut-être, avec Hernán Cortés et España, de l’ouvrage le moins méconnu de Madariaga, qui en a écrit plus de deux cents. Madariaga reconnaît que l’ethnopsychologie, régionale, nationale, internationale, est dans l’air du temps. Mais son principal mobile reste l’attrait intrinsèque qu’offre le sujet pour lui, « un Espagnol formé par l’école en France et par la vie en Angleterre ».

16Il corrèle trois tendances — l’action pour le Britannique, la pensée pour le Français, la passion pour l’Espagnol — et trois principes de contrat social : the fair play, le droit, el honor. Dans un premier temps, il émet des hypothèses, dans un second, il les justifie par l’expérience. Le champ est réduit à « l’histoire relativement récente ». De prime abord, le lecteur est surpris par le côté systématique de la première partie qui met en exergue trois types essentiels d’Européens, chacun d’eux divisé en trois états mixtes. L’Index se présente ainsi :

17I. L’action chez l’homme d’action

18L’action chez l’homme de pensée

19L’action chez l’homme de passion

20II. La pensée chez l’homme d’action

21La pensée chez l’homme de pensée

22La pensée chez l’homme de passion

23III. La passion chez l’homme d’action

24La passion chez l’homme de pensée

25La passion chez l’homme de passion

26Prémisses, méthode : le polytechnicien montre là le bout de l’oreille. Dans sa « Note » d’introduction, André Maurois, sur un ton amusé, commente : « Ayant défini l’Anglais comme un homme d’action, le Français comme un homme de pensée et l’Espagnol comme un homme de passion, il déduit de ces définitions les caractères nationaux avec la rigueur inflexible d’un Spinoza déroulant les propositions de l’Éthique. Si l’on ne savait pas l’auteur polytechnicien, on penserait qu’il éprouva, plus qu’aucun Français, le besoin de la logique dont il fait notre principal attribut ».

27Dans la seconde partie, Anglais, Français et Espagnols prennent corps et sève, car on les montre « en prise » avec la société. Le plan est le suivant : la structure sociale (société, famille) ; les élites ; la structure politique ; l’évolution historique ; le langage ; les arts et les lettres ; l’amour, le patriotisme, la religion.

28Le préfacier français ne boude plus son plaisir : « La seconde partie du livre couvre de chair bien vivante ces modèles schématiques des peuples : j’ai particulièrement goûté l’analyse si intelligente que fait Madariaga de la psychologie des trois langues et de la situation politique des trois pays ». Sur les institutions et les langues, on se limitera à deux citations, car il faut renoncer à résumer ici Anglais, Français, Espagnols qui fourmille d’observations :

« Il est à peine nécessaire de dire que la Constitution française est claire, précise, logique et complète. Mais cette merveille de logique ne fonctionne qu’imparfaitement. En France, le débat parlementaire est une bataille et les arguments sont chargés. Chaque paire d’yeux regarde en face comme deux canons d’une mitrailleuse lançant à toute vitesse des idées meurtrières à l’ennemi. Arguments, insinuations, accusations, insultes, traversent l’air comme des projectiles. Le président fait de son mieux pour se maintenir en dehors de la zone de tir par crainte qu’un projectile n’atteigne sa personne en détruisant d’un coup sa neutralité et sa dignité ».

29Tout aussi alerte est son analyse des mécanismes langagiers et de tous ces mots longs ou courts que l’auteur déguste en trois langues :

  • 20 AFE, p. 173,181 et 215.

« Les mots espagnols ne sont pas, comme les monosyllabes anglais, des images rapides des actes, ni, comme les clairs polysyllabes français, des dessins en noir blanc de ses originaux latins, mais les objets eux- mêmes avec toute leur masse, leur volume et leur couleur, plantés devant vous »20.

  • 21 Apéndice », op. cit., p. 199-200.
  • 22 Plon, 1928, trad. d’Arceval y los ingleses, Madrid, 1925.
  • 23 Memorias (1921-1936) [...], op. cit., p. 87-89, 222. « La lengua en que se escribe define algo el p (...)

30L’essayiste baptise sa méthode : méthode du témoin vivant, qu’il traduit par une image : « il est possible de considérer le témoin vivant comme un réactif plongé successivement dans plusieurs milieux nationaux afin qu’il enregistre ses propres réactions ». Parmi les obstacles à vaincre, à cause de « la torsion » qu’ils impriment à l’observation, figure la relativité de nos connaissances qui tient à « l’équation personnelle » (celle de l’observateur et celle de l’observé « qui cesse d’être observable du fait même d’être observé »21), aux conditionnements antérieurs, aux préjugés nationaux, aux idées reçues telle l’idée pseudo-scientifique qui voit dans toute parenté de langue une parenté de caractère. Même la forme choisie pour exprimer la perception n’est pas indifférente, ainsi Anglais, Français, Espagnols, en tant qu’essai, refuse la charge émotionnelle, laquelle trouve sa place dans le roman : Quatre Espagnols à Londres22, illustration fictionnelle des caractères nationaux. La langue de l’essai, elle aussi, peut avoir des effets pervers que Madariaga neutralise, autant que faire se peut, en pensant et en écrivant lui-même l’essai dans les trois langues23.

31André Maurois insiste, dans son prologue, sur la compétence et la performance :

« Au moraliste qui propose comme objet de ses travaux la découverte de telles lois, il faut naturellement la connaissance intime d’un grand nombre d’individus de la nation considérée. Pour qu’il puisse comparer, comme on a tenté de le faire ici, les traits essentiels de trois races, il faut que les circonstances aient été pour lui singulièrement favorables. Mais tel fut en effet le cas de Madariaga. Espagnol de naissance et d’âme, il devint dans son adolescence cette quintessence de Français : un polytechnicien ; puis dans son âge mûr ce prototype d’Anglais cultivé : un professeur à l’Université d’Oxford. Ajoutez que, dans l’intervalle, il a été directeur du Désarmement à la Ligue des Nations et vous reconnaîtrez que si un homme au monde avait droit de se livrer au jeu délicat des comparaisons nationales, c’est l’Européen merveilleusement informé qui est l’auteur de cet ouvrage ».

  • 24 « Apéndice », op. cit., p. 198-204. « Al releer lo que entonces escribía [...] me choca el uso del (...)

32Dans cet édifice logique, les caractères s’entredémontrent. Madariaga, qui s’attache aux traits le plus fréquemment répétés, n’ignore pas les travaux des théoriciens de l’imitation, D.E. Durkheim et G. de Tarde. Pourtant l’hypothèse qui consiste à assimiler « Anglais- Français-Espagnols » à « action-pensée-passion » est trop systématique et Madariaga reconnaît lui-même « qu’elle présente, entre autres traits d’invraisemblances, celui d’épuiser le nombre de types psychologiques simples dont dispose l’humanité avec les trois premiers peuples auxquels elle s’applique ». Prudemment, l’auteur concède qu’il s’agit d’une « première approche », qu’il serait puéril de prendre au pied de la lettre les classifications, que tous les types humains contiennent, cela va de soi, l’homme d’action, de pensée, de passion : il s’agit de « tendances ». Mais au fond, il n’a jamais émis de sérieuses réserves sur cet essai qu’il rééditera toute sa vie, avec chaque fois un avant-propos ou un appendice de « défense et illustration ». En revanche, il est revenu, énergiquement, sur le mot race, pour nation, qui par la suite lui répugnera24.

  • 25 Memorias (1921-1936) [...], op. cit., p. 53, 87-89, 222 et 276.

33Dans Memorias (1921-1936), Madariaga revient à satiété sur ses outils et atouts en matière d’ethnopsychologie : prédestination internationale par expatriation précoce sur décision paternelle ; polyglossie ; intuition qui permet de percevoir ce qui échappe au raisonneur empirique ; appartenance à la SDN, cet extraordinaire observatoire et laboratoire d’où il pouvait radioscopier les Anglais et les Français juste au moment où ils tentaient de jeter, par-dessus leurs différends et différences, de subtiles passerelles verbales ; l’humour, enfin, « sans lequel il était quasiment impossible de survivre à Genève »25.

  • 26 Chap. « Los tés de Madariaga », Los galgos verdugos, IVe partie des Mémoires de Corpus Barga (repub (...)

34En revanche, la plupart de ses compatriotes ne virent dans cet Essai de psychologie comparée que des jongleries sur des lieux communs26.

Le passage de Madariaga à la pratique républicaine

La jeune République

  • 27 J.-F. Berdah, La Démocratie assassinée […], op. cit., p. 21 et 34.

35Dans La Démocratie assassinée, Jean-François Berdah montre comment l’avènement de la Seconde République, en avril 1931, fait accéder au pouvoir une génération d’ambassadeurs choisis dans l’intelligentsia espagnole : Ramón Pérez de Ayala envoyé à Londres, Américo Castro à Berlin, Salvador de Madariaga à Washington, etc. Toutefois Madariaga est le seul à avoir une connaissance approfondie des affaires internationales et un programme extérieur défini27. Interviewé par La Voz, le 12 octobre 1931, il se présente non en diplomate à l’ancienne mais en vrai professionnel, en técnico, un de ces experts dont la République a besoin :

« — En el ambiente y orientaciones internacionales, ¿ qué innovaciones aportó la República ?

— Un ajuste que se ha iniciado para la adaptación de la diplomacia a la técnica. [...] Ahora se va a lo orgánico, considerándose, como debe ser, cada nación como una parte del todo, y los diplomáticos no son hábiles, ni simpáticos, ni prestigiosos : son técnicos ».

36Azaña observe ironiquement les ambassadeurs étrangers qui s’étonnent lorsqu’un républicain espagnol sait parler français. Mais c’est bien sous le terme de técnico — qu’on traduirait aujourd’hui par technocrate — qu’il caractérise, dans ses Mémoires, son représentant à Genève.

Madariaga au miroir d’Azaña

37Malgré ce professionnalisme exemplaire revendiqué dans le journal La Voz, il existe un hiatus entre Madariaga et le chef du Gouvernement espagnol. Le fossé se creuse avec l’aggravation des problèmes de la République. L’ironie d’Azaña, dans ses Memorias políticas, est révélatrice. Le 6 novembre 1931 il écrit :

« Estos técnicos internacionales son así de tranquilos. [...] En suma : [Madariaga] quería averiguar si, en caso de seguir [yo] presidiendo el Gobierno, le nombraría ministro de Estado. [...] Madariaga insiste en que se necesitan lingüistas para ir a las comisiones de Ginebra. Me cita varios nombres de diputados. Resulta que todos ellos visten bien ; en lo que veo un argumento diplomático ».

  • 28 José Ortega y Gasset n’est pas plus tendre envers Madariaga. Fervent défenseur de l’Europe, il décr (...)
  • 29 Manuel Azaña, I. Memorias políticas, 1931-1933. II. Memorias de guerra, 1936-1939, Barcelone, 1996, (...)

38Ce « técnico internacional » est donc suspect28. On ne sera pas étonné qu’Azaña prête l’oreille aux propos malveillants de l’ambassadeur à Londres, l’écrivain Pérez de Ayala (dont il se méfie tout autant) : « a su juicio [de Ayala], Madariaga es muy infatuado y trepador. Se ha creado el mito de Ginebra para ser importante en Madrid » (17 janvier 1932). Mais ce sont les réserves émises par le ministre d’État, Zulueta, moins personnelles et plus argumentées politiquement, qui font mouche. Après avoir rendu hommage à la parfaite connaissance des dossiers internationaux de son représentant, le ministre met le doigt sur ce qui va être dorénavant le grief fait à Madariaga : il ne se bat pas pour l’Espagne, il se pose en redresseur de torts universel. Ainsi, depuis l’occupation de la Mandchourie, en 1931, il prend le parti de la Chine contre le Japon, pays avec lequel l’État espagnol n’entend pas se brouiller et contrecarre l’Angleterre, que l’Espagne entend ménager. Ses positions à la SDN pêchent par donquichottisme et intellectualisme29.

Sociétarisme versus espagnolisme ? Madariaga entre prescriptions internationales et proscriptions nationales

  • 30 Memorias (1921-1936) [...], op. cit., p. 386-387.

39À l’avènement de la République, Madariaga semblait avoir beaucoup de cartes dans son jeu, en particulier l’entregent acquis dans le règlement des conflits d’amour-propre nationaux. Mais faire participer, selon ses voeux, l’Espagne au grand concert des nations, réclamait des réformes et des organismes (une commission SDN, une junte permanente d’État) qui ne virent pas le jour. Madariaga, tout en reconnaissant la grande liberté d’action dont il jouissait à Genève (« la envidiable libertad »30), attribua l’échec de ses projets à l’instabilité ministérielle. On conçoit que les onze changements successifs en six ans aient pu entraver une politique extérieure ambitieuse, c’est-à-dire différente de la neutralité privilégiée par des ministres d’État successifs désireux de ne pas « faire de vagues ».

40Le fait est que Madariaga ne parviendra pas à créer de synergie avec ses ministres de tutelle. Le fait est, aussi, qu’Azaña ne le choisira jamais comme ministre d’État. Un dialogue de sourds ? Madariaga, longtemps chef de la Conférence de désarmement, auteur en 1929 de Disarmament, a foi dans la sécurité « collective » comme solution aux conflits internationaux. Mais cette solution pacifiste prônée par la Ligue, mal défendue par les grandes démocraties, est remise en cause en particulier par le Japon et l’Allemagne. Toujours volontariste, Madariaga participe activement, en octobre 1932, dans le cadre de la Conférence, à la formation d’une « confédération des faibles » qu’on appela le « groupe des Huit » — pays neutres et petites démocraties : Espagne, Norvège, Suède, Danemark, Pays-Bas, Belgique, Suisse et Tchécoslovaquie. La Conférence du désarmement, comme chacun sait, se soldera par un échec. Outre un sentiment de « gâchis », Madariaga éprouve, en tant que francophone anglophile — ou vice versa —, une amère déception face à l’attitude prise par la France et la Grande-Bretagne dans les questions du désarmement.

41L’adhésion formelle mais non réelle de l’Espagne à l’application de l’article 16 du Pacte des Nations — c’est-à-dire la mise en œuvre automatique de sanctions contre les pays agresseurs — est une source croissante de tension avec les hommes politiques espagnols. Après l’arrivée au pouvoir du Front populaire, en février 1936, le PSOE ne le ménage plus. Madariaga, il est vrai, est très critique à son endroit. On peut lire dans El Socialista du 23 juin 1936 ce commentaire dévastateur : « Monsieur de Madariaga est très utile à la France, il est indispensable à l’Angleterre, l’Allemagne ne peut pas s’en passer, l’Italie ne pourrait renoncer à lui et les États-Unis en ont besoin. Réellement, c’est l’Espagne qui n’a pas du tout besoin de lui. Mais s’il ne représentait pas l’Espagne, il est très probable qu’il se déciderait à nous défendre, ce qui serait bien pire ».

  • 31 Madariaga justifie ainsi sa critique constante des hommes de gauche : comme eux seuls représentaien (...)

42Il est trop facile de dire, a posteriori, qu’en se méfiant d’une politique espagnole de neutralité pure et dure, Madariaga voyait peut-être plus loin que ses détracteurs. Il se trouve que l’Espagne neutre aura à souffrir bientôt de la non-intervention des grandes démocraties. Berdah fait observer à juste titre : « le gouvernement ne souhaitait pas s’attirer de plus grands ennuis avec ses soutiens politiques […] sans percevoir avec assez de recul les conséquences qu’un retour au neutralisme strict allait entraîner après le déclenchement, deux semaines plus tard, de la guerre civile espagnole »31.

43Épilogue : la guerre civile éclate les 17 et 18 juillet 1936. Le 1er août Madariaga quitte l’Espagne. À peine 10 % du personnel diplomatique demeure fidèle à la République qui doit le remplacer « au pied levé » pour affirmer aux yeux du monde la légitimité du pouvoir républicain face au travail de sape diplomatique orchestré, de Burgos, par les insurgés. Pas plus que la République, la SDN ne survécut au conflit « armé ».

L’Européen qui n’était pas prophète en son pays

44Durant la dictature franquiste, Madariaga entend bien contribuer, en utilisant les rouages internationaux, à la libéralisation de son pays, laquelle passe inéluctablement par son européanisation. Il milite au Mouvement européen et à ce titre participe au congrès de La Haye, du 7 au 10 mai 1948, où sont invités le monarchiste espagnol Gil Robles (qui n’obtient pas son visa) et l’ex-leader républicain en exil, Indalecio Prieto. Parmi les retombées du congrès, citons, d’une part, la fondation, à Bruges, du Collège d’Europe (dont Madariaga deviendra président) qui a pour mission de dispenser un enseignement post-universitaire dans le but de contribuer à l’intégration de l’Europe ; d’autre part, la création du Conseil fédéral espagnol où sont représentés les « non-totalitaires » (expression de Madariaga) de l’échiquier politique espagnol (interne et externe).

  • 32 Andrée Bachoud, Franco, Paris, 1997, p. 369-370 : « Contubernio est un mot difficile à traduire : é (...)

45Un autre congrès du Mouvement européen fait également date, celui qui se tient à Munich, les 7 et 8 juin 1962. Sont invités des Espagnols de l’intérieur et de l’extérieur pour étudier les conditions d’une démocratisation de l’Espagne en vue de son adhésion à l’Europe : « cent dix-huit personnes qui, après une poignée de main spectaculaire […] entre José Maria Gil Robles et le socialiste Rodolfo Llopis, publient un document final où ils déclarent que l’adhésion de l’Espagne doit être subordonnée à l’existence “d’institutions démocratiques”... ». Jeter des passerelles européennes : Madariaga, président de la Commission de Culture, est à son affaire. Franco crie au contubernio, au « complot judéo-maçonnique » : des représailles s’ensuivent32. Madariaga est l’ennemi public n° 1.

46Cinquante ans après le congrès de La Haye, la Fondation européenne Madariaga, branche de recherche du Collège d’Europe, créée à Bruxelles en 1998, se donne le nom de « l’Européen visionnaire ». Elle est présidée par Javier Solana Madariaga, son petit-fils, ex-ministre socialiste devenu secrétaire général de l’Alliance atlantique et « Haut représentant de l’UE pour la Politique étrangère et de Sécurité commune ».

Conclusions

  • 33 Memorias (1921-1936) [...], op. cit., p. 53.

47À l’évidence, Salvador de Madariaga a joui de prestige hors de son pays : deux fois candidat au Prix Nobel de la Paix, sept fois docteur honoris causa, lauréat du Prix Charlemagne en 1973, etc. En revanche, il habite peu la mémoire espagnole. Madariaga, il est vrai, ne faisait pas mystère de son goût pour la politique internationale et de son dégoût pour la politique espagnole, « par incompétence ici et compétence là »33. Ses compatriotes le lui ont bien rendu. Le silence espagnol s’est fait sur lui, malgré ses deux cents ouvrages, ses milliers d’articles.

  • 34 Cf. le Livre-Catalogue du centenaire, édité en 1986 par la mairie de La Corogne (contributions de V (...)
  • 35 R. García Cárcel, op. cit.

48Toutefois, à partir de la célébration du centenaire de sa naissance, en 1986, Madariaga (r)éveille quelque curiosité. Les jugements sont mitigés mais non exclusifs. On convient que, de tout son poids international, du haut de son belvédère genevois, de sa chaire d’Oxford ou de son siège au Collège d’Europe, il n’a cessé de lutter — à sa façon — contre les stéréotypes qui desservent l’Espagne, contre la leyenda negra34. Madariaga n’en demeure pas moins le paradigme de l’Espagnol décalé : « Un español desubicado. Un español ciertamente incomprendido. Un español distinto »35.

Haut de page

Notes

1 Antoine Fleury, « La création d’une nouvelle organisation internationale en 1945 : continuité et rupture par rapport à la Société des Nations » dans Jean-Paul Lehners et Monique Kieffer (dir.), L’ONU, un instrument de paix au service de qui ?, Cahiers ISIS, Luxembourg, fasc. VI, 1996, p. 1-14. Hommage à René Girault. Pour une histoire des relations internationales, n° spécial de Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 65-66, 2002.

2 « Encore une nouvelle histoire des relations internationales : l’histoire des organisations internationales », Relations internationales, n° 75, 1993, p. 273-274.

3 Jean Monnet, Mémoires, Paris, 1976, p. 131-132.

4 Carlos Fernández Santander, Madariaga : ciudadano del mundo, Madrid, 1991.

5 Salvador De Madariaga, Memorias (1921-1936). Amanecer sin mediodía, Madrid, 1981, p. 534 : « Nadie fuera de mi país se imaginaba que en cuanto terminaba la Asamblea, el Consejo, el Comité o lo que fuera, yo, en el Estado español, no era nada » ; Ibid., p. 563 : « mi emigración (con el cursi « exilio » no quiero nada) ».

6 Ricardo García Cárcel, « Memoria de Salvador de Madariaga », ABC, 14 décembre 2003.

7 Gaston Bouthoul, Biologie sociale, Paris, 1964, p. 5. Louis Trénard, « Les représentations collectives des peuples », Bulletin du Comité des travaux historiques, section Histoire moderne, fasc. IV, 1962, p. 9-23. Charles V. Aubrun, « Russes, Espagnols et Anglais », Les Langues néo-latines, n° 179, 1967, p. 1-5.

8 René Girault, Diplomatie européenne. Nations et impérialismes, 1871-1914, Paris, 1995, cité par Andrée Bachoud, « La raison du plus faible. Image de l’autre et stratégies diplomatiques. La crise hispano-française de 1911 » dans Hommage à René Girault […], op. cit., p. 19.

9 A. Bachoud, « La raison du plus faible [...] », op. cit., p. 19 et Los españoles ante las campañas de Marruecos, Madrid, 1988.

10 A. Bachoud, « La raison du plus faible […] », op. cit., p. 18.

11 Jean-François Berdah, La Démocratie assassinée. La démocratie espagnole et les grandes puissances, 1931-1939, Paris, 2000, p. 38-39.

12 De même, le « tous pareils » de Pie XI — « les Espagnols sont tous les mêmes, qu’ils soient rouges ou blancs » — mettait sur le même plan représentants élus et rebelles, au grand dam de la République (cité par A. Bachoud, « La raison du plus faible […] », op. cit., p. 18).

13 Miguel De Unamuno, Ensayos, Madrid, t. 1, 1951 : En torno al casticismo [1895], Sobre la europeiza- ción [1906].

14 Altamira et Menéndez Pidal s’intéressent à la « psychologie des peuples » ; Herrero García entame les Idées des Espagnols, etc. : voir les travaux de José-Carlos Mainer et Paul Aubert.

15 Ramón Pérez de Ayala, O. C., Madrid, t. 2, 1964, p. 1184 et Crónicas londinenses, Murcia, 1988.

16 De l’angoisse à la liberté : profession de foi d’un libéral révolutionnaire, Paris, 1954

17 Cf. les paroles ironiques du personnage Morales porte-parole de Manuel Azaña dans La velada en Benicarló, Madrid, 1980, p. 112 : « Por lo visto, nuestro clima no es favorable a la sabiduría política. La República, dando bandazos, ha venido a estrellarse en los abruptos contrastes del país ».

18 Azaña, « Una constitución en busca de autor », España, 12 janvier 1924 ; Araquistain, « El irónico y el humorista », España, 19 janvier 1924 ; Madariaga, « El monarquismo de los españoles », « Allá van leyes donde quieren pueblos », El Sol, 20 janvier 1924, 2 février 1924, trad. R. D.

19 Version française par Madariaga d’Anglais, Français, Espagnols (dorénavant AFE), Paris, 1930 ; « Apéndice », Carácter y destino de Europa, Madrid, 1980, p. 198-204.

20 AFE, p. 173,181 et 215.

21 Apéndice », op. cit., p. 199-200.

22 Plon, 1928, trad. d’Arceval y los ingleses, Madrid, 1925.

23 Memorias (1921-1936) [...], op. cit., p. 87-89, 222. « La lengua en que se escribe define algo el público a quien el escritor se dirige ».

24 « Apéndice », op. cit., p. 198-204. « Al releer lo que entonces escribía [...] me choca el uso del vocablo RAZA que, aplicado al hombre, me inspira hoy cierta repugnancia ». Le film de Francisco Franco, Raza, y est peut-être pour quelque chose.

25 Memorias (1921-1936) [...], op. cit., p. 53, 87-89, 222 et 276.

26 Chap. « Los tés de Madariaga », Los galgos verdugos, IVe partie des Mémoires de Corpus Barga (republiées en 2 vol. ), Los pasos contados (1887-1957), Madrid, t. 2, 2002, p. 592 : « Recorre los lugares comunes en los que menos exactamente se hallan caracterizados cada uno de estos pueblos y hace especulaciones malabares sobre ellos ».

27 J.-F. Berdah, La Démocratie assassinée […], op. cit., p. 21 et 34.

28 José Ortega y Gasset n’est pas plus tendre envers Madariaga. Fervent défenseur de l’Europe, il décrie lui aussi la SDN où il ne voit qu’une sorte de club dont les membres seraient Mr. Pickwick et ses congénères. Voir l’excellent article d’Emilio De Diego, « Una percepción de la idea de Europa en España durante el periodo de entreguerras 1918-1939 », Cuadernos de historia contemporánea, 2003, n° spécial, p. 311-324.

29 Manuel Azaña, I. Memorias políticas, 1931-1933. II. Memorias de guerra, 1936-1939, Barcelone, 1996, p. 271-272, 383, 413-414 et 437.

30 Memorias (1921-1936) [...], op. cit., p. 386-387.

31 Madariaga justifie ainsi sa critique constante des hommes de gauche : comme eux seuls représentaient l’avenir, c’était eux qu’il fallait admonester. J.-F. Berdah, La Démocratie assassinée […], op. cit., p. 21, 75, 95-97, 224 et 185.

32 Andrée Bachoud, Franco, Paris, 1997, p. 369-370 : « Contubernio est un mot difficile à traduire : équivalent du concubinage et, tout à la fois, d’alliance contre nature et de “vie à la colle” ». Madariaga, España. Ensayo de historia contemporánea, Madrid, 1989, p. 516-542.

33 Memorias (1921-1936) [...], op. cit., p. 53.

34 Cf. le Livre-Catalogue du centenaire, édité en 1986 par la mairie de La Corogne (contributions de Víctor Morales Lezcano, Julián Marías, José-Carlos Mainer et al.) et l’Extra de El País, Edición Internacional, 28 juillet 1986 : « Primer Centenario de Salvador de Madariaga » (articles de C. Fernández Santander, M. C. Seoane, S. Sanz Villanueva, C. Antonio Molina, F. J. Bobillo et al.)

35 R. García Cárcel, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rose Duroux, « L’ethnopsychologie comparée au service de la paix
Le pari de Salvador de Madariaga
 », Siècles, 20 | 2004, 99-115.

Référence électronique

Rose Duroux, « L’ethnopsychologie comparée au service de la paix
Le pari de Salvador de Madariaga
 », Siècles [En ligne], 20 | 2004, mis en ligne le 08 décembre 2014, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://siecles.revues.org/2407

Haut de page

Auteur

Rose Duroux

CELIS, Université Blaise Pascal

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org