Navigation – Plan du site
Dossier

Bretons, internationalistes et européens ? Les socialistes bretons et l’idée européenne aux lendemains de la Grande Guerre 

European and Internationalist Bretons? Socialists in Brittany and the European Idea after the Great War
Benoît Kermoal

Résumés

Aux lendemains de la Grande Guerre, les socialistes, en Bretagne, forment une minorité qui cherche à s’implanter localement par la conquête électorale des villes ouvrières (Brest, Lorient) tout en trouvant des points d’appui dans les campagnes. Mais le programme de la SFIO passe obligatoirement par une défense et une valorisation de l’internationalisme et de la construction d’une paix durable en Europe. Comment dans une région encore hostile au socialisme concilier les dimensions locales, nationales et européennes d’un projet ? L’expérience combattante des nombreux militants locaux sert de base à la valorisation d’un pacifisme internationaliste. Plus encore, plusieurs socialistes bretons ont une trajectoire ouverte sur l’étranger : Augustin Hamon, le traducteur de George Bernard Shaw, et Yves Le Lay, le traducteur de Freud et de Jung, sont également des militants actifs dans cette région. C’est également le cas du jeune philosophe Paul Ricœur, partisan d’un pacifisme ouvert sur l’extérieur. Ont-ils réussi ou non à élaborer un programme politique socialiste qui prenne en compte leur propre expérience transnationale, profondément marquée par les séquelles de la Première Guerre mondiale et l’attrait du pacifisme ?

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Europe, France, Bretagne

Index chronologique :

Première Guerre mondiale
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gilles Candar, « Socialisme et International(e), militants et historiens », Cahiers Jaurès, no 203, (...)
  • 2 Cet aspect est au cœur de la réflexion menée dans notre travail de recherche en cours de rédaction  (...)
  • 3 Pour aider à problématiser ce point, la notion de « transfert culturel » est essentielle. Sur le su (...)

1Gilles Candar pose une question importante à propos de l’histoire du socialisme en France au XXe siècle : « Faut-il prendre au sérieux le nom du parti socialiste français pendant une soixantaine d’années (1905-1969) : Section Française de l’Internationale Ouvrière1 ? » Notre hypothèse de départ est d’examiner cette question et ses conséquences pour l’histoire du socialisme en se focalisant sur un certain nombre de points précis : une analyse de l’idée européenne et de l’internationalisme vus par les militants socialistes durant l’entre-deux-guerres non pas à une échelle nationale, mais dans une perspective locale ; une approche de l’influence de l’expérience de la Première Guerre mondiale dans la construction de l’identité de ces militants locaux2 ; et enfin, la mise en perspective des deux aspects précédents avec des parcours individuels de socialistes qui ont été directement en contact avec les enjeux internationaux, de par leur métier ou de par leur expérience militante ou de combat3. Pour mener à bien cette étude, l’histoire du parti socialiste en Bretagne offre d’intéressantes perspectives.

La connaissance d’un socialisme régional renouvelé par un cadre international

  • 4 Christian Bougeard (dir.), Un Siècle de socialismes en Bretagne : de la SFIO au PS (1905-2005), Ren (...)
  • 5 François Prigent, Les Réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980, thèse, Renne (...)

2L’histoire du socialisme breton au XXe siècle est désormais bien connue dans ses grandes lignes grâce, notamment, aux travaux de Christian Bougeard4 et de François Prigent5. Toutefois, l’approche choisie par ces historiens semble davantage se focaliser sur l’étude locale de la SFIO et sur son implantation électorale. Ne sont pas ainsi pris en compte les liens entre le socialisme breton, très en marge durant la première partie du XXe siècle et le « centre » incarné par la direction parisienne du parti, pas plus que les possibles liens entre le local et le transnational, alors que le nom officiel de la SFIO suggère à l’évidence l’existence d’allers-retours entre l’identité locale et l’identité internationale des socialistes. Il importe donc de poser clairement le problème : ces militants se sentent-ils avant tout des socialistes bretons ancrés dans le local ou des internationalistes intéressés par une possible construction pacifique, mais aussi révolutionnaire, de l’Europe ?

  • 6 Chris Millington, From Victory to Vichy. Veterans in Inter-war France, Manchester, Manchester Unive (...)

3Deux types de contacts doivent être ici mentionnés : tout d’abord, comme l’ensemble des Français de l’époque, de nombreux socialistes bretons ont participé aux combats de la Grande Guerre. Les contacts avec l’extérieur ont donc cessé d’être théoriques pour s’incarner dans des adversaires ou des alliés dans un contexte de guerre qui a laissé ensuite de nombreuses traces mémorielles. Une bonne partie du corpus idéologique des socialistes dans l’entre-deux-guerres découle directement de ces années de guerre et le pacifisme si prégnant est un marqueur idéologique fort pour les anciens combattants et leurs proches6.

4D’autre part, plusieurs responsables des fédérations bretonnes de la SFIO ont créé des liens plus étroits encore avec l’extérieur : Augustin Hamon, Yves Le Lay ou Paul Vaillant, tous trois acteurs importants de la fédération des Côtes-du-Nord, ont une activité de traducteurs qui les place en relation avec l’espace germanophone ou la Grande-Bretagne pendant plusieurs années. D’autres sont enseignants et ont une proximité linguistique avec des pays européens : c’est le cas de Guy Le Normand, secrétaire fédéral du Finistère et professeur d’allemand, qui relate à plusieurs reprises l’évolution de la vie politique allemande dans l’hebdomadaire Le Breton socialiste. À la fin des années trente, le jeune professeur de philosophie Paul Ricœur, par ailleurs lui aussi fin connaisseur de la culture allemande, est un des responsables assidus de la fédération socialiste du Morbihan. Plusieurs de ses articles publiés dans la presse partisane soulignent l’importance de l’horizon européen dans l’éthique socialiste et pacifiste qu’il défend alors. On peut y ajouter encore les militants chargés des questions internationales dans les publications départementales, ainsi que les élus nationaux, tels que le député Louis L’Hévéder, qui se rendent régulièrement à l’étranger et relatent ensuite leurs voyages dans des comptes rendus à destination du milieu partisan. Plus la perspective d’une nouvelle guerre approche, plus ces militants, souvent dotés d’un capital culturel et scolaire important, partagent leurs analyses des relations internationales dans des interventions publiques. Les sources à disposition permettent de saisir ce qui fait pour eux l’identité socialiste et de mesurer les difficultés qu’ils ont à agir en socialistes dans une perspective internationale et non plus simplement locale ou nationale. Procéder ainsi oblige à s’intéresser davantage aux socialistes qui ont une activité intellectuelle plutôt qu’aux simples militants et aux élus. On pourrait donc penser que leur vision ne correspond que pour une partie infime à ce que pense l’écrasante majorité des militants. Mais l’encadrement des fédérations socialistes de la Bretagne après 1918 étant essentiellement composé d’instituteurs et de professeurs, ils se chargent de développer une pensée politique, dégagée parfois des habitudes nationales, afin de guider l’ensemble du milieu partisan vers la voie étroite de l’idée d’Europe pacifique unifiée et internationaliste.

Un retour d’expérience de la guerre difficile à intégrer dans la pensée socialiste

  • 7 Pour un cadre général : Romain Ducoulombier, Camarades. La naissance du parti communiste en France, (...)
  • 8 L’un des chefs de file du socialisme en Bretagne, le député de Brest Émile Goude, se rallie au cour (...)
  • 9 Olivier Kerjean, né en 1880, exerce la profession de journaliste à L’Humanité avant 1914, où il est (...)

5Aux lendemains du premier conflit mondial et après les tensions nées de la scission entre socialistes et communistes7, les membres de la SFIO sont profondément marqués par l’expérience de la guerre et par l’attitude de leur parti qui s’est massivement rallié à l’Union sacrée8. Il faut reconstruire la structure militante et affronter les conséquences de la guerre en élaborant un programme politique capable de renouveler l’engagement socialiste. Ancré définitivement dans la vie politique du pays, ils doivent également tenter d’amorcer leur développement en Bretagne, une région qui n’est encore qu’un territoire en marge du socialisme. Des choix d’implantation locale à partir de quelques rares bastions constitués avant 1914, comme dans la ville de Brest, sont privilégiés. Mais pour réussir une implantation durable, il faut aux socialistes la possibilité de développer une idéologie et on assiste dès lors à un recentrage sur les enjeux nationaux. L’idée européenne et l’internationalisme sont en conséquence rapidement placés au second plan. Pourtant dès la signature de l’armistice, Olivier Kerjean9, un des piliers de la fédération socialiste du Finistère, a bien montré l’importance de l’internationalisme :

  • 10 Olivier Kerjean, « Vers la Concorde et la Fraternité universelles », Le Cri du Peuple, 16 novembre  (...)

« Cette fraternité, je ne la vois possible que par l’entente entre tous les peuples libérés de tous les impérialismes plus ou moins déguisés. Cette fraternité, je ne la vois complète que si, au sein de ces peuples affranchis, la liberté respectée par chacun chez chacun de ses semblables, est érigée en principe inviolable [...]. Venez grossir les rangs du Parti socialiste qui s’affirme de jour en jour comme la force, la seule force capable de régénérer le monde10. »

  • 11 Voir la notice biographique dans Claude Pennetier et Jean Maitron, Dictionnaire biographique […]. N (...)
  • 12 Louis Blayau, « Être socialiste », Le Breton socialiste, 28 février 1931.
  • 13 Gilles Candar, « Socialisme et International(e) […] », p. 49.

6On peut ici relever une référence évidente à l’internationalisme jaurésien qui dominait avant 1914 le projet politique de la SFIO. Mais rapidement, et ce jusqu’aux années trente, au regard des difficultés nées du traité de Versailles et des initiatives de la IIIe Internationale communiste qui privilégie un internationalisme révolutionnaire et prolétarien, les militants socialistes en Bretagne oscillent entre un patriotisme assumé et quelques références de plus en plus évasives à un idéal européen de paix. Un autre militant du Finistère, l’instituteur Louis Blayau, officier aviateur durant la guerre11, écrit en 1931 un article programmatique dans l’hebdomadaire de la fédération intitulé « Être socialiste12 ». Il ne mentionne à aucune reprise le rôle de l’internationalisme dans l’identité militante et termine son article en affirmant simplement que « tous les hommes, étant frères, ont droit en toute justice à leur part de bonheur dans le monde ». Propos bien vague alors que son article était destiné aux jeunes militants et sympathisants. Rien n’est dit sur la signification du sigle du parti, ni sur ses conceptions internationales. Comme le suggère Gilles Candar, l’appellation « SFIO » semble donc être un impensé de la culture militante, du moins pour une majeure partie des socialistes après la Première Guerre mondiale13.

  • 14 SHD, 5 Ye 159024 : Dossier personnel de Paul Vaillant.
  • 15 Centre d’histoire du Travail (Nantes), fonds Hamon : Correspondance entre Paul Vaillant et Augustin (...)
  • 16 SHD, 5 Ye 159024, Dossier de Paul Vaillant : Rapport du lieutenant colonel Nancy, 26 novembre 1920.
  • 17 L’Union fédérale des associations françaises de blessés, mutilés, réformés, anciens combattants de (...)
  • 18 Paul Vaillant, « L’anniversaire », La France mutilée, 6 novembre 1921.

7On peut vérifier cette difficile intégration d’un internationalisme post-guerre dans la pensée socialiste en évoquant le parcours de Paul Vaillant. Lieutenant durant la Grande Guerre14, Paul Vaillant était auparavant un des rares militants socialistes des Côtes-du-Nord et il enseignait l’anglais à Dinan. Fondateur du journal fédéral en 1914, il participe aux combats de l’Artois en 1915. Il garde au même moment des liens importants avec le secrétaire fédéral du département, Augustin Hamon, qui s’était installé en Grande-Bretagne. Leur correspondance permet de comprendre l’évolution de Vaillant durant la guerre15. De plus en plus critique sur la guerre, tenté dans un premier temps par l’adhésion à la IIIe Internationale, il se ravise rapidement pour devenir ensuite le responsable de la fédération socialiste des Côtes-du-Nord. Il est au même moment rayé des cadres de l’armée en 1920, accusé d’être « un perturbateur de l’ordre et fomenteur de grèves, meneur en cas de trouble, cherchant à répandre des idées bolchevistes, se prétendant antimilitariste16 ». La presse militante d’après-guerre aide peu pour suivre la pensée politique de Vaillant, d’autant qu’il quitte en 1924 les Côtes-du-Nord pour devenir officier interprète attaché à l’Imperial War Graves Commission jusqu’au début des années trente. On le retrouve ensuite inspecteur d’académie dans le Morbihan, où il est toujours proche du milieu partisan socialiste local. Mais parallèlement, il exerce des fonctions importantes (administrateur) dans l’Union fédérale des Anciens combattants17 et c’est dans ce cadre que Vaillant dévoile sa conception des relations internationales d’après-guerre. Il écrit en effet de nombreux articles dans le journal de l’association, La France mutilée. Ainsi dans un article paru le 6 novembre 1921, au moment où il conduit la fédération socialiste des Côtes-du-Nord, il regrette l’esprit d’unité des combattants de la Première guerre en précisant qu’ils disposaient alors d’une « âme commune18 », mais il ne mentionne alors que les combattants français. Peu à peu, Vaillant évoque dans ses écrits les autres nations européennes en ouvrant des perspectives d’entente destinées à maintenir la paix. Cependant, une telle démarche reste cantonnée aux anciens alliés et les pays ennemis d’hier ne sont pas cités. Il écrit ensuite de plus en plus régulièrement sur l’action de la FIDAC, la Fédération interalliée des anciens combattants, à laquelle il participe activement, se chargeant des traductions de l’anglais au français. C’est aux côtés des anciens combattants des autres nations alliées qu’il montre son attachement à une démarche internationaliste :

  • 19 Paul Vaillant, « La F.I.D.A.C. », La France mutilée, 1er janvier 1926.

« Nous ne devons pas ignorer, en effet, qu’au lendemain de la guerre, sous l’influence de courants divers, l’opinion publique s’était retournée contre nous dans la plupart des pays alliés, et surtout en Angleterre, aux États-Unis et en Italie. On nous y représentait couramment comme imbus de militarisme, assoiffés de revanche, enivrés de notre victoire, désireux de conquêtes nouvelles et impitoyables aux vaincus. Notre attitude à la FIDAC a fortement contribué à modifier cette conception mensongère, à laquelle la propagande allemande n’était sans doute pas entièrement étrangère, mais qui pouvait s’appuyer aussi sur les fautes commises par nos gouvernements19. »

8Outre le fait qu’il ne mentionne pas du tout la question du fascisme en Italie, cet article montre que si Vaillant garde l’ambition d’une réelle union internationale, celle-ci s’arrête aux frontières de l’Allemagne, l’ancien ennemi.

  • 20 Sur l’histoire de l’IOS : Michel Dreyfus, L’Europe des socialistes, Bruxelles, Complexe, 1991. Plus (...)
  • 21 Sharfi Gemie, La Nation invisible. Bretagne, 1750-1950, Spézet, Éditions Coop Breizh, 2013.

9De ce premier examen ressort l’apparente difficulté qu’ont les socialistes de Bretagne à offrir un modèle internationaliste ou d’avenir européen commun. Mais cela correspond à l’existence chaotique de l’Internationale ouvrière socialiste née en 1923 et qui regroupe la majeure partie des socialistes européens : leur action commune, derrière quelques volontés d’affichage, est en effet très difficile dès la naissance de l’IOS, malgré l’action de quelques responsables imprégnés de l’internationalisme socialiste comme Friedrich Adler20. En s’ancrant davantage dans le fonctionnement de la république, et dans un contexte de compétition avec les communistes, la SFIO a perdu ses références internationalistes. Dans un territoire en marge du socialisme comme l’est la Bretagne, cette tendance se trouve encore renforcée : il importe avant tout pour les militants bretons de disposer d’un ancrage local renforcé et cela passe par l’adhésion aux principes républicains dans une région où une forte partie de la population est encore attachée à des valeurs traditionnelles. Toutefois, plusieurs caractéristiques peuvent dans ce contexte mouvant de l’entre-deux-guerres faire évoluer la situation : pour tout socialiste, l’arrivée au pouvoir d’Hitler et la montée des tensions qui s’ensuit, oblige à réinterroger le lien entretenu avec la nation et avec l’internationalisme. La crise des institutions démocratiques oblige aussi à réexaminer le lien entre le socialisme et la république. Plus spécifiquement, l’originalité historique de la Bretagne21, mais aussi le parcours atypique de certains militants de cette région qui affirment leur attachement au socialisme, peuvent entraîner un repositionnement face à l’idée d’Europe et d’internationalisme.

Des intellectuels socialistes locaux et internationaux

  • 22 M. Espagne, Les transferts culturels […], p. 1.

10Comme le souligne Michel Espagne, « le terme de transfert culturel marque un souci de parler simultanément de plusieurs espaces nationaux, de leurs éléments communs, sans pour autant juxtaposer les considérations sur l’un et l’autre pour les confronter, les comparer ou simplement les cumuler. Il signale le désir de mettre en évidence des formes de métissage souvent négligées au profit de la recherche d’identités22 ». Afin de prendre en compte ici ces zones de contact, nous nous arrêterons plus particulièrement sur le parcours de deux militants socialistes bretons qui ont en commun d’avoir été les acteurs de transferts culturels entre la France et d’autres pays européens : le premier, Augustin Hamon, a été le principal traducteur de George Bernard Shaw et a séjourné durant la Première Guerre mondiale en Grande-Bretagne. Le second, Yves Le Lay, moins connu et ami d’Hamon, a été le premier traducteur en France de Freud puis de Carl Jung.

  • 23 Voir sur les débuts de sa carrière militante : Augustin Hamon, Mémoires d’un en-dehors. Les années (...)
  • 24 La Fédération socialiste de Bretagne, née en 1900, a cherché durant quelques années à regrouper tou (...)
  • 25 L’expérience de La Charrue rouge est assez bien connue grâce aux travaux de François Prigent. Voir (...)
  • 26 Dominique Lepage, « De Paris à la Bretagne : Augustin Hamon », Le Mouvement social, no 160, juillet (...)
  • 27 Avant 1920, il a écrit quelques articles dans L’Humanité sur la question des relations internationa (...)
  • 28 Sa correspondance, qui contient à la fois les courriers des correspondants mais aussi les lettres d (...)
  • 29 Patrick Galliou, George Bernard Shaw et Augustin Hamon. Les premiers temps d’une correspondance (18 (...)
  • 30 Plusieurs portraits sévères d’Hamon ont été laissés par des proches. C’est notamment le cas de l’éc (...)

11Né en 1862, Augustin Hamon est après la Grande Guerre un militant déjà bien aguerri. Publiciste depuis la fin du XIXe siècle, il a également écrit plusieurs livres inspirés par la psychologie sociale, encore balbutiante à cette époque, tout en étant actif dans les milieux anarchistes23. Après 1904, Hamon s’établit en Bretagne et évolue vers le socialisme : acteur important de la Fédération socialiste de Bretagne24, il s’impose ensuite peu à peu comme responsable de la petite fédération SFIO des Côtes-du-Nord, qui ne dispose pas plus de 120 militants en 1914. Mais il a de nombreuses difficultés depuis le début du XXe siècle pour avoir un statut professionnel stable ; aussi s’installe-t-il à Londres à partir de l’été 1914 dans l’optique de décrocher un poste universitaire en Grande-Bretagne ou encore à Cuba. Cela n’aboutit finalement pas et il retourne en Bretagne en 1917. Dès lors, tout en restant, après le congrès de Tours de 1920, membre de la SFIO, il s’attache à créer les conditions d’une alliance entre socialistes et communistes, projet qu’il concrétise en créant La Charrue rouge. Cet hebdomadaire jette les bases dans le Trégor d’un rassemblement entre les deux partis à partir du début des années 193025. Mais surtout, durant l’ensemble de son itinéraire militant26, Hamon a analysé les rôles de l’internationalisme dans l’identité socialiste, et c’est ce qui nous intéresse ici. On dispose, pour aborder cette question, outre ses nombreux articles parus dans la presse locale ou nationale27, d’une très riche correspondance28 qu’il entretient avec de très nombreux interlocuteurs, en France ou à l’étranger. Surtout, Augustin Hamon et sa femme ont été les traducteurs en français de l’œuvre de George Bernard Shaw qui reçoit en 1925 le prix Nobel de littérature29. L’historien dispose en conséquence d’un corpus documentaire étendu qui permet de retracer, selon une approche multiscalaire, ce que représentent l’idée européenne et l’internationalisme pour cet intellectuel éclectique et atypique30.

  • 31 Augustin Hamon, Le Prolétaire breton de Paris, no 1, 1er mars 1914.
  • 32 La Fabian Society est créée en 1884 et se présente comme un club politique socialiste et réformiste (...)
  • 33 Augustin Hamon, « Souvenirs sur Jaurès », L’Éveil breton, 7 août 1921 (paru dans La Grande revue en (...)
  • 34 International Institute of Social History, Amsterdam [« IISH »], 1.215 et 1.226 (1914-1917) : Corre (...)
  • 35 CRBC Brest, manuscrits : Augustin Hamon, diary / journal (1914-1915) et fragment de journal (1916).
  • 36 Augustin Hamon, Les Leçons de la guerre mondiale, Paris, Giard et Frères, 1917.
  • 37 IISH, 1.226 (1917) : Lettre d’Augustin Hamon à Albert Thomas, 25 juin 1917, Augustin Frédéric Hamon (...)
  • 38 Le Droit des peuples, organe d’action socialiste nationale et internationale et de défense des réfu (...)

12L’horizon d’Augustin Hamon ne fut jamais limité à la seule Bretagne : il écrit dans le premier numéro du Prolétaire breton de Paris en mars 1914 qu’« un Breton qui va hors de son village durant quelques années est libéré, ouvert aux idées nouvelles31 ». Il s’est lui-même imposé ce principe puisque de Paris à Bruxelles, en passant par Londres, il a régulièrement vécu en dehors de la région, s’y établissant définitivement en 1904 essentiellement pour des raisons financières. Toutefois, l’horizon européen reste présent puisqu’il s’installe quelques semaines avant le début de la Première Guerre mondiale à Londres. C’est une ville qu’il connaît bien pour y avoir vécu à la fin du XIXe siècle, parce qu’il a également des liens avec des membres de la Fabian Society32 et parce qu’il est le traducteur de Shaw depuis 1904. C’est d’ailleurs cette dernière activité qui lui donne une visibilité particulière au sein de la SFIO : membre de la délégation française au congrès de la Deuxième Internationale à Bâle en 1912, l’intellectuel breton est perçu comme l’égal des leaders nationaux du parti socialiste. Jean Jaurès évoque ainsi en octobre 1913 son amitié avec Shaw33, et durant la guerre il entretient une correspondance suivie avec Albert Thomas, sous-secrétaire d’État puis ministre entre 1914 et 191734. Ses activités à Londres consistent à faire une série de conférences au Birkbeck College de l’université de Londres, ainsi que dans d’autres lieux d’éducation fréquentés par la bonne société anglaise tout en poursuivant son œuvre de traduction des écrits de Shaw35. Mais il réalise également des revues de presse pour Albert Thomas, l’informant des évolutions du mouvement ouvrier anglais. À partir de son retour en Bretagne en 1917, il se spécialise dans l’analyse des relations internationales et s’intéresse aux conséquences du conflit sur les pays européens. Il publie Les Leçons de la guerre mondiale36 sur la base de ses conférences londoniennes et il poursuit ce qu’il avait entrepris durant la guerre, à savoir essayer de servir d’intermédiaire entre le socialisme français et les autres composantes de l’Internationale en Europe. Évoluant vers le pacifisme, il demande à Albert Thomas de tout faire pour unir à nouveau les partis socialistes français et anglais, puis l’ensemble des partis des pays alliés afin de réussir une sortie de guerre qui corresponde aux principes internationalistes qu’il pense retrouver dans les idées de Wilson. Parallèlement, il cherche à écrire dans des publications pacifistes européennes comme La Voix de l’Humanité éditée en Suisse par l’Autrichien Rudolf Broda37. Il publie également plusieurs articles dans Le Droit des Peuples, une publication socialiste qui regroupe de manière générale ceux qui sont favorables à l’Union sacrée38, en se montrant partisan des principes wilsoniens et en promettant une nouvelle organisation du monde à l’issue de la victoire des Alliés. De telles initiatives ne sont pour lui apparemment pas contradictoires tant il souhaite pouvoir exprimer sa pensée. Les conséquences de la Première Guerre mondiale deviennent ensuite le sujet de prédilection des écrits d’Hamon : il publie dans L’Éveil Breton de longs articles tentant d’expliquer tout au long des années 1920 la géopolitique mondiale en insistant sur les dangers de nouvelles guerres : il précise ainsi en 1927 au responsable fédéral des Côtes-du-Nord ce qui doit être dorénavant l’action de la SFIO :

  • 39 Centre d’histoire du Travail de Nantes, fonds Hamon : Lettre à Hippolyte Pasquiou, secrétaire fédér (...)

« Notre mission à mon avis doit être purement d’instruction, d’éducation socialistes. Au point de vue général, il faut distinguer entre la politique intérieure et celle extérieure. La situation extérieure est très grave. L’Europe, le monde va à la guerre, rapidement, sous la poussée volontaire, réfléchie des puissances capitalistes39. » 

  • 40 Une telle trajectoire se retrouve chez de nombreux intellectuels dans l’entre-deux-guerres. Sur ce (...)

13C’est pourquoi il se consacre avant tout à l’analyse de la situation internationale, sans forcément avoir beaucoup d’audience parmi les militants socialistes locaux. Il faut dire qu’il soutient fermement une action unitaire avec les communistes, l’URSS étant l’exemple qu’il faut suivre. Il n’évoque plus l’internationalisme que sous l’égide des Soviétiques à qui il voue une admiration sans faille. Cela n’est pas du goût des autres responsables socialistes de la région, même si avec le journal La Charrue rouge Hamon dispose encore d’une tribune dans les années trente. L’internationalisme wilsonien et l’idée d’une Europe unie et pacifiée qu’il semblait appeler de ses vœux dans les derniers mois de la Grande Guerre a laissé place à une idéalisation sans faille du modèle soviétique comme nouvel horizon pour la paix mondiale40. Il traduit ainsi en 1938 Soviétisme et Fascisme de George Bernard Shaw en ajoutant des appendices qui permettent de comprendre l’attraction qu’exerce le modèle communiste :

  • 41 Augustin et Henriette Hamon, appendice à Bernard Shaw, Soviétisme et fascisme, Paris, Fernand Aubie (...)

« Nous constatons encore que le gouvernement bolchévique ne tend pas vers une réaction comme certains le prétendent. Ils ont une opinion fausse parce que, pour eux, le Socialisme ne repose pas seulement sur le plan économique, et parce que, pour eux, le Socialisme ne peut exister sans l’existence de ce qu’on appelle les libertés démocratiques. En assurant, même dictatorialement, l’existence et le fonctionnement d’un État sans structure capitaliste, avec une structure basique socialiste, le gouvernement de Staline et de ses collègues assure l’existence future d’un État où les libertés dites démocratiques pourront exister41. »

  • 42 Henriette et Augustin Hamon, préface à Bernard Shaw, Le Disciple du diable, Paris, Calmann-Lévy, 19 (...)

14Mais si Augustin Hamon délaisse l’internationalisme de la SFIO au profit d’un soutien de l’URSS qui l’éloigne des autres militants socialistes, son activité de traducteur aurait pu le placer dans une configuration favorable au développement de l’idée européenne. La traduction exclusive des œuvres de George Bernard Shaw repose sur une amitié durable depuis 1904, même si de nombreuses critiques regrettent dès les premiers temps les lourdeurs de la traduction du couple Hamon. Dans la préface au mélodrame en trois actes le Disciple du diable42, le couple de traducteurs revient longuement sur la biographie de Shaw et sur ses liens avec la France. Ils présentent l’entrée progressive et difficile des pièces de l’auteur dans le répertoire français en expliquant également leur rôle de passeur dans la connaissance en France du dramaturge. En dehors des considérations purement politiques, même si Shaw et Hamon partagent la même sensibilité, l’intellectuel breton a été l’outil d’un transfert culturel montrant que son horizon d’action allait bien au-delà de la seule Bretagne. On retrouve un tel fonctionnement dans le cas du second traducteur professionnel qui était également responsable socialiste dans le même département.

  • 43 Sauf erreur de notre part, il n’existe aucun travail de recherche sur Yves Le Lay. Nous nous basons (...)
  • 44 Cette traduction est reprise sous un autre titre dans le premier livre de Freud publié en français, (...)
  • 45 Carl Jung, Essais de psychologie analytique, Paris, Stock, 1932. Le socialiste breton a traduit plu (...)

15Yves Le Lay (1888-1965) était lié à Augustin Hamon. À la tête de La Charrue rouge, ils ont œuvré tous les deux au développement du socialisme dans le Trégor. Lorsqu’il quitte la région en 1934, la SFIO perd dans ce territoire un très important soutien. Le Lay avait fait ses études à Saint-Brieuc, puis une fois son baccalauréat obtenu, il s’est installé à Leipzig pour collaborer au laboratoire de psychologie expérimentale de l’université de la ville, que dirigeait le savant Wilhelm Wundt, un des psychologues les plus en vue de l’époque. Toujours en Allemagne au moment de la déclaration de guerre, il est fait prisonnier civil : une dure captivité altéra sa santé et il fut ensuite évacué en Suisse par l’entremise du Comité international de la Croix rouge43. Là il collabore au laboratoire dirigé par une autre psychologue internationalement reconnu, Édouard Claparède. De retour en Bretagne en 1918, il obtient un poste d’enseignant de philosophie, de lettres puis d’allemand à Lannion et se lance dans l’action politique et syndicale. Il créé une section de la SFIO, est élu conseiller municipal à partir de 1925 et se présente aux élections législatives en 1928, disposant du soutien sans faille d’Augustin Hamon. Parallèlement, Yves Le Lay garde une attention poussée pour la psychologie et la psychanalyse naissante. C’est en particulier lui qui traduit de l’allemand pour la première fois des textes de Freud. Entre décembre 1920 et février 1921, sont ainsi publiés dans la Revue de Genève les leçons du psychanalyste autrichien sous le titre « Origine et développement de la psychanalyse44 ». Il traduit ensuite dans l’entre-deux-guerres plusieurs livres de Carl Jung, comme Essais de psychologie analytique en 193245. Il mène en conséquence une double activité de responsable local de la SFIO et de traducteur de psychanalystes germanophones. Une telle position pourrait lui donner un regard particulier sur l’internationalisme socialiste et l’éventuelle construction d’une Europe pacifiée.

  • 46 Archives départementales des Côtes-d’Armor, 1 M 350 : Affaire de La Charrue rouge.
  • 47 Centre d’histoire du travail de Nantes, fonds Hamon : Correspondance Yves Le Lay.
  • 48 Yves Le Lay, « L’Affaire de Bégard », L’Éveil breton, 24 avril 1927. Il y explique en particulier, (...)

16Très critiqué dans une région hostile à la SFIO, il a de nombreux adversaires qui utilisent tous les moyens pour le discréditer, en l’accusant en particulier de faire de la propagande politique dans ses cours46. Mais ceux-ci, étonnamment, n’utilisent pas pour le discréditer sa connaissance poussée de la psychanalyse qui n’est encore pour beaucoup qu’une théorie promouvant une sexualité débridée. Lui-même prend souvent soin de séparer les deux activités, même s’il évoque ses traductions dans la correspondance avec Hamon, essentiellement pour échanger à propos de la lourde tâche de traducteur47. Il mentionne une seule fois l’apport de la psychanalyse, mais pas explicitement, dans un article qu’il publie dans le journal de la fédération socialiste à propos de la condamnation de deux ecclésiastiques responsables d’un collège catholique du département et coupables de viol sur des mineurs de moins de 13 ans48. Mais on peut penser que cette double casquette octroie à Yves Le Lay une vision plus internationale du socialisme que pour d’autres militants. Il accorde ainsi une grande importance au pacifisme et à la nécessaire organisation d’une entente européenne. Revenant sur le pacte Briand-Kellog d’août 1928 qui établit officiellement la renonciation à la guerre en Europe, Le Lay précise ses attentes dans ce domaine :

  • 49 Yves Le Lay, « Renonciation à la Guerre », L’Éveil breton, 2 septembre 1928.

« Le pacte de renonciation à la guerre vient d’être signé [...] Or, que voyons-nous dans l’Europe d’aujourd’hui ? Des armements continuels ; des menaces de guerre ; des conflits latents qui menacent chaque jour de troubler la paix toute relative dans laquelle nous vivons [...]. Nous affirmons que la guerre n’est pas encore anéantie par le traité de renonciation, et qu’elle ne le sera que le jour où les peuples unis exprimeront leur haine de la guerre, non par un traité, mais par l’anéantissement des machines infernales qui la font vivre même dans la paix49. »

  • 50 Dans un numéro spécial « Freud et la psychanalyse » de la revue Le Disque vert (Bruxelles) sorti en (...)
  • 51 Dans l’ouvrage collectif de 1935 écrit par des proches de Jung réunis dans le club de psychologie d (...)

17On a ici un discours classique illustrant le pacifisme socialiste de l’entre-deux-guerres et affirmant la nécessaire union des peuples, en particulier en Europe. Et c’est peut-être sur ce point que les deux facettes d’Yves Le Lay se voient le mieux. En effet, en ce qui concerne les textes de psychanalyse, il ne fait que traduire les textes : il tente également d’expliquer les résistances des Français à cette nouvelle théorie portée par Freud puis par Jung. Ainsi, à deux reprises au moins, en 192450 puis en 193551, l’intellectuel socialiste revient sur la difficile implantation de la psychanalyse dans le pays. S’il mentionne tout d’abord des réticences liées à la place trop grande accordée à la sexualité, il s’arrête plus longuement sur les particularismes de l’« esprit français ». Le Lay se révèle ici un excellent connaisseur de l’ensemble des travaux de psychologie et de psychanalyse et s’interroge sur les obstacles présents dans le pays :

  • 52 Y. Le Lay, « La psychologie de l’inconscient […] », p. 401.

« Une attitude mentale, quelle qu’elle soit, a toujours pour exister des raisons qui l’expliquent. Ce n’est pas toujours de propos délibéré que l’on repousse une pensée. Les hommes obéissent à des mobiles plus profonds. L’attitude n’en est que le résultat tangible. C’est dans l’esprit français qu’il faut chercher l’explication de la réaction hostile à la psychanalyse. Parler de l’esprit d’une nation est une entreprise hasardeuse. L’esprit d’une nation ne se définit pas aisément52. »

18Mais de telles réserves ne sont toutefois pas rédhibitoires car en insistant sur les innovations apportées par Jung, il précise que ces nouvelles idées auraient beaucoup à apporter aux Français ; ainsi écrit-il encore :

  • 53 Ibid., p. 414.

« Parlerai-je encore de l’inconscient collectif par lequel Jung apporte à toute une école sociologique française une preuve de plus de l’intime liaison de l’individu et de son groupe, de l’influence continuelle du milieu sur l’individu, influences auxquelles il ne peut se soustraire et à laquelle nous devons la plupart de nos institutions de nos idées de nos valeurs53 ? »

19Par analogie, Yves Le Lay fournit sans doute quelques clés d’analyse pour comprendre pourquoi les militants et intellectuels socialistes bretons que nous avons évoqués jusqu’à présent ont des difficultés à mobiliser les références à l’internationalisme et l’idée européenne : l’idée de nation pourrait bien être plus ancrée dans le quotidien et le système de valeurs, y compris pour des socialistes. C’est du moins ce que suggère le traducteur de Jung en invoquant la prééminence d’un « esprit français. » Mais Le Lay cherche justement à combattre les réticences de la France vis-à-vis de nouvelles idées venant de pays étrangers, tout comme lui et Hamon ont également cherché à renforcer les réflexes internationalistes dans l’identité militante des socialistes bretons. Une telle entreprise n’a pas été forcément couronnée de succès, et ces intellectuels semblent en être conscients ; ainsi Yves Le Lay livre ses doutes dans une lettre adressée à Augustin Hamon :

  • 54 Centre d’histoire du travail de Nantes, fonds Hamon : Lettre d’Yves Le Lay à Hamon, 4 novembre 1934

« Quand nous fondons des espoirs sur l’horreur de la guerre qui se serait emparée du peuple, je crois que nous nous trompons. Au moindre air de musique militaire, au moindre défilé d’un régiment sous les armes vous verriez les masses s’enthousiasmer, courir aux armes et crier “à Berlin !”54. » 

20Il est donc ici lucide sur le travail difficile que les socialistes doivent mener pour apporter des références pacifistes et internationalistes aux militants et à l’ensemble de la population. Mais une telle route semée d’embûches ressemble à celle que lui et Hamon ont dû déjà prendre : traducteurs d’œuvres mal reçues en France, ils se sont habitués à concevoir leur activité et leur militantisme au prisme de l’étranger.

  • 55 Sur ces deux militants, voir le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.

21Mais de tels acteurs de transferts culturels entre la France et l’étranger ont-ils pour autant contribué à forger un idéal européen dans les fédérations socialistes de Bretagne ? On doit ici souligner que le capital culturel dont disposent ces deux intellectuels bretons est moins exceptionnel qu’il ne paraît dans les structures d’encadrement des fédérations de la région. Il y a en effet un grand nombre de responsables socialistes qui ont des contacts réguliers avec l’étranger : ainsi le secrétaire de la fédération du Finistère, Guy Le Normand, est professeur d’allemand et il s’est rendu fréquemment en Allemagne. C’est également le cas de Carle Bahon55, maire de Rennes entre 1925 et 1929. Maître de conférences en allemand en remplacement de Victor Basch à partir de 1906 à l’université de cette même ville, il a formé de nombreux étudiants durant l’entre-deux-guerres et a participé aux campagnes pacifistes menées par les socialistes d’Ille-et-Vilaine. Ces derniers furent également épaulés par d’autres intellectuels, souvent en lien avec les pays étrangers comme les historiens Henri Sée ou Armand Rébillon, tous deux spécialistes de l’époque moderne.

22Mesurer l’influence réelle de ces intellectuels socialistes, polyglottes et cosmopolites, est une tâche difficile. Néanmoins dans le climat lourd de menaces des années 1930, la question des rapports entre le régional et l’international, entre l’action locale et l’action transnationale, se pose avec une acuité nouvelle.

Une vision pacifiste et internationaliste de l’Europe de l’entre-deux-guerres ?

  • 56 Le panceltisme se développe entre la fin du XIXe siècle et le début de la seconde guerre mondiale d (...)
  • 57 Émile Masson, Les Bretons et le socialisme, présentation de Jean-Yves Guiomar, Paris, François Masp (...)
  • 58 Armand Kéravel, « La question du breton à l’école », Le Breton socialiste, 29 janvier 1938.
  • 59 Ar Falz a été créé par l’instituteur Yann Sohier en 1933. Après sa mort en 1935, la revue perd de s (...)
  • 60 L’espéranto est toutefois régulièrement mentionné et son usage conseillé dans la presse militante e (...)

23Habitant un territoire ouvert sur la mer, doté d’installations maritimes, civiles et militaires en lien avec le reste du monde, proche enfin d’autres espaces qui évoquent par moments une identité celte commune, les socialistes bretons auraient pu, aux lendemains de la Grande Guerre, insister sur l’internationalisme dans la constitution de leur identité militante. Ce ne fut pas réellement le cas. Se refusant à prendre en compte l’idée floue d’un panceltisme qui peine à se constituer dans la même période56, les militants de cette région n’ont pas non plus fait de la « question bretonne » un enjeu primordial. Si avant 1914 cet aspect avait été abordé par les écrivains Yves Le Febvre et Émile Masson57, l’identité bretonne n’est pas revendiquée par la suite, même si on trouve quelques débats autour de l’utilisation de la langue bretonne dans la presse militante58. Il faut dire que se constitue un mouvement breton dans cette même période, clairement ancré à droite voire tenté par les expériences fascistes, même si quelques militants de gauche autour de la revue Ar Falz ont voulu construire un idéal politique à la fois régional et internationaliste59. Mais pour autant si une majorité des socialistes bretons sont d’obédience jacobine, avant tout parce que pour eux la défense de la république est déterminante, ils n’adoptent pas pour autant, nous l’avons vu, une attitude internationaliste. L’implantation de la SFIO localement semble avant tout passer pour eux par une focalisation sur les problèmes nationaux. Autrement dit, s’ils accordent peu d’importance à la question de la langue bretonne, ils ne sont pas pour autant en faveur de l’utilisation de l’espéranto comme moyen de communication entre toutes les nations60 ! Ce sont avant tout les thématiques liées aux enjeux électoraux qui préoccupent les socialistes. Mais devant les menaces d’une nouvelle guerre de plus en plus présentes, les questions des relations internationales, des rapports entre les nations européennes et de la défense d’un idéal internationaliste démocratique vont rejaillir parmi les débats militants. Le pacifisme, marqueur identitaire essentiel, va servir de point de départ dans l’analyse du nazisme et du fascisme. L’action militante de Paul Ricœur, professeur de philosophie à Lorient à la fin des années 1930, en est une illustration parfaite.

24Avant d’aborder plus précisément son parcours, il est nécessaire d’appréhender les effets de l’arrivée au pouvoir d’Hitler et de la montée des tensions entre les nations européennes sur les pratiques militantes des socialistes bretons. Deux dimensions sont ici à étudier : d’une part, l’analyse des enjeux internationaux dont la presse militante se fait l’écho ; d’autre part, la mise en pratique concrète d’une solidarité internationale dans l’accueil des réfugiés et dans la construction d’un discours militant.

25Sur le premier point, les analyses du secrétaire de la fédération du Finistère, Guy Le Normand, permettent de mesurer l’évolution des positions socialistes. Né en 1894, il a participé aux combats de la Première Guerre mondiale en s’engageant durant toute la durée du conflit alors qu’il était dégagé de toute obligation militaire en raison de son état de santé. Il est grièvement blessé à Verdun et après une longue convalescence il peut reprendre son métier d’enseignant en histoire et en allemand à Dinan tout en étant très actif dans les associations d’anciens combattants qu’il essaye de faire pencher à gauche. Aux élections législatives de 1928, il se présente sous un angle clairement patriotique :

  • 61 Présentation des candidats socialistes, L’Éveil breton, 15 avril 1928.

« Bien que socialiste, il revendique hautement le droit d’affirmer qu’il aime son pays : la France61. »

26Il s’installe à partir de 1929 dans le Finistère et dispose d’une stature militante qui fait de lui un socialiste écouté et apprécié. Il participe activement aux débats nationaux, écrivant régulièrement dans Le Populaire. Son analyse du nazisme, assez classique au sein de la SFIO, est dans un premier temps marquée par une hostilité déterminée et une identification du NSDAP aux méfaits du capitalisme :

  • 62 Guy Le Normand, « En Allemagne », Le Breton socialiste, 4 mars 1933.

« Les bandes d’Hitlériens, “les troupes d’assaut en chemises brunes”, sont véritablement lâchées sur le pays, avec pour mot d’ordre, le cri lancé par Hitler lui même : exterminons le marxisme. [...] Chaque jour, on compte des dizaines de citoyens allemands assassinés par ces bandes à la solde du grand capitalisme62. » 

  • 63 Du même auteur, « Formules et réalité, Le Populaire, 9 mars 1938.
  • 64 Sur ces questions, voir Richard Gombin, Les Socialistes et la guerre. La SFIO et la politique étran (...)
  • 65 Archives départementales du Finistère, 4 M 363-370 : étrangers expulsés : dossiers individuels.
  • 66 Florent Le Bot, La Fabrique réactionnaire. Antisémitisme, spoliations et corporatisme dans le cuir (...)

27Ce discours ferme évolue toutefois au fur et à mesure de l’avancée des menaces de guerre. Munichois, il est de plus partisan d’une ouverture du parti socialiste vers les classes moyennes afin d’éviter qu’elles soient séduites par les courants réactionnaires. Jusqu’à la défaite de 1940, Le Normand conçoit le socialisme comme nécessairement ancré dans un contexte national et veut éviter à tout prix une nouvelle guerre63. Une telle position suscite bien des débats et des oppositions au sein d’un parti qui est à partir de 1939 divisé en deux camps irréconciliables, d’un côté les partisans de la fermeté et de l’autre les pacifistes64. En appui de son argumentation, Guy Le Normand évoque sa bonne connaissance de l’Allemagne, mais cela ne suffit pas à convaincre tous les militants. Ainsi Tanguy-Prigent, jeune député du Trégor finistérien depuis 1936, dont il a été le mentor, s’éloigne des positions pacifistes défendues par Le Normand et rejoint les partisans d’une ligne de fermeté antifasciste regroupés autour de la nouvelle revue Agir pour la paix, par le socialisme qui développe une conception de la géopolitique européenne plus internationaliste. Pourtant, dans les quatre départements bretons, les partisans du pacifisme demeurent majoritaires avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, même si les socialistes « bellicistes » sont de plus en plus nombreux. Il faut dire que l’évolution des relations internationales oblige les socialistes à réexaminer leur rapport à la nation, à la république et à l’idée européenne. Si on assiste à un repli sur l’identité nationale, certaines actions sont marquées du sceau de la solidarité internationale : ainsi plusieurs élus et responsables sont confrontés à l’accueil de réfugiés en provenance d’Allemagne, d’Autriche ou encore d’Espagne. Il ne s’agit pas ici d’analyser politiquement la situation internationale et ses conséquences mais de faire face à des hommes et femmes exclus de leur pays. Les municipalités et les députés socialistes bretons font tout pour accueillir au mieux les réfugiés en invoquant le respect des droits de l’homme, mais aussi une action solidaire internationaliste. On retrouve ainsi les traces épistolaires de nombreuses démarches des deux députés socialistes du Finistère, Tanguy-Prigent et Jean-Louis Rolland, pour favoriser l’accueil de juifs et d’apatrides allemands et autrichiens, ou encore de réfugiés politiques italiens dans le département65. Mais de tels actes sont en général assez peu revendiqués, tant l’horizon de la population française semble borné par les frontières nationales. On devine même dans certains cas des réactions hostiles à l’étranger : ainsi à Fougères, qui est un des centres de production de chaussures les plus importants du pays, Joseph Fournier, à la fois militant socialiste et responsable national de la Fédération nationale des cuirs et peaux, affiliée à la CGT, défend l’industrie nationale contre les industriels étrangers comme Bata qui souhaitent s’implanter en France et y commercialiser leurs produits66. On perçoit dès lors une évolution vers une forme de socialisme et de syndicalisme restreints, qui se développeraient dans le cadre strict de la nation. La SFIO peine à trouver dans la période précédant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale une idéologie claire et adaptée aux circonstances.

  • 67 François Dosse, Paul Ricœur (1913- 2005) : les sens d’une vie, Paris, La Découverte, 2008. L’engage (...)
  • 68 « Socialisme et christianisme », Le Cri du Peuple, 11 et 18 août 1934. On retrouve dans les archive (...)

28Le parcours individuel de Paul Ricœur67 dans ces années permet de mieux comprendre ces atermoiements socialistes face à la situation internationale. Né en 1913, il a été marqué dès son plus jeune âge par la mort de son père durant la guerre. Poursuivant ses études à Rennes, il a rapidement été en contact avec la SFIO, dont il devient membre à Saint-Brieuc en 1934. Il écrit un premier long article dans la presse militante, « Socialisme et christianisme », sous le pseudonyme de Péric68, mais c’est surtout à partir de la rentrée scolaire de 1937 qu’il devient un militant actif à Lorient, tout en étant professeur de philosophie au lycée. Il est dans cette fédération très laïque un socialiste atypique car il se revendique également du christianisme. Surtout, il affirme son attachement au pacifisme dans le cadre d’une nouvelle Europe qu’il souhaite marquée par l’idéal socialiste. En 1936, il écrivait déjà dans L’Avant garde, journal des socialistes chrétiens, pour exprimer son pacifisme :

  • 69 Paul Ricœur, « Le pacifisme intégral et la ronde de la paix », L’Avant garde, 2 juillet 1936.

« Nous, pacifistes intégraux, nous affirmons hautement ceci : la seule planche de salut de l’Europe est dans le succès d’une nouvelle conférence de désarmement. Si elle échoue, la paix est perdue. Mais elle seule peut sauver la paix69. »

  • 70 Compte rendu de la conférence de Paul Ricœur dans Le Rappel du Morbihan, hebdomadaire d’action laïq (...)
  • 71 Paul Ricœur, « La leçon des Suédois », Le Rappel du Morbihan, 20 mai 1939.
  • 72 Marc Sadoun, Les Socialistes sous l’occupation. Résistance et collaboration, Paris, Presses de la f (...)
  • 73 Compte rendu du congrès fédéral, Le Rappel du Morbihan, 20 mai 1939.

29Il faut donc pour lui négocier, y compris avec l’Allemagne nazie. Il maintient une telle position en 1939, lorsqu’il fait une conférence à Lorient intitulée « Où va le pacifisme70 ? ». Il condamne tout d’abord le traité de Versailles, considère que la conférence de Munich a permis de sauver la paix et affirme encore qu’il faut négocier avec Hitler pour maintenir la paix. Son pacifisme intégral s’insère dans un socialisme influencé par le planisme d’Henri de Man, ou par les expériences du travaillisme suédois71. Surtout, le jeune philosophe est partisan du courant le plus pacifiste de la SFIO, la tendance Redressement qui, en plus de l’idéal de paix, élabore un socialisme renouvelé et marqué par une attraction de plus en plus acceptée des modèles de gouvernement allemand et italien72. Lors du congrès fédéral du Morbihan en mai 1939, Paul Ricœur prend la parole pour expliquer son attachement à Redressement et insister à nouveau sur la nécessité d’une conférence européenne sur le désarmement73. Désenchanté par les possibilités amoindries du socialisme international et des démocraties face au nazisme, Ricœur écrit au même moment dans la revue Terre nouvelle un article où ce sont à la fois l’internationalisme, le socialisme et la république qui semblent en panne :

  • 74 Paul Ricœur, « Où va la France ? Perte de vitesse », Terre nouvelle, no 43, 2 mars 1939.

« Je ne suis pas un démocrate à la conscience tranquille. C’est pour cela que je ne suis pas prêt à risquer le va-tout de mon pays pour une cause si mélangée. C’est pour cela que je persiste à souhaiter la réunion prochaine d’une conférence internationale, même peu glorieuse [...]. Je vous le demande, mes camarades, en ce début de 1939 – je vous le demande avec un fond de tristesse et de découragement –, qu’est-ce que nous représentons dans le monde actuellement, qu’est-ce que nous défendons ? Nous n’avons pas su faire une France vraiment démocratique. Le Front populaire est mort et bien mort. Aucun idéal n’a pris sa place. Ce pays n’est plus capable d’idéal74. »

  • 75 C’est le cas de Guy Lemonnier, professeur de lettres à Brest, partisan de Redressement également da (...)
  • 76 Paul Ricœur, La Critique et la conviction. Entretiens avec François Azouvi et Marc de Launay, Paris (...)
  • 77 Dominique Bosquelle, « Voyages et séjours de germanistes français en Allemagne dans les années tren (...)
  • 78 Louis L’Hévéder, « Impressions d’Allemagne », Le Rappel du Morbihan, 5 août 1939.

30Un tel abattement se retrouve chez d’autres socialistes pacifistes qui analysent la situation de 1939 à l’aune des échecs de l’internationalisme en 1914. Pour éviter la guerre, et donc garder un idéal pacifiste et de concorde, il faut donc accepter les conditions de l’Allemagne. Quelques-uns vont plus loin encore et ne cachent pas leur admiration pour les réussites du régime nazi75. Paul Ricœur regrettera à la fin de sa vie avec lucidité, son aveuglement devant la situation internationale76, d’autant qu’à l’été 1939, il se rend à Munich pour parfaire sa connaissance de la philosophie allemande, ce type de voyage étant nécessairement validé par le pouvoir en place77. Il n’est toutefois pas le seul puisque au même moment Louis L’Hévéder, député de Lorient, chef de file des socialistes dans le département et lieutenant de Paul Faure au sein de la SFIO, est également en Allemagne pour une visite78 : rendant compte de son séjour, il décrit, dans un souci d’objectivité mais avec bien des naïvetés, ce qu’est l’Allemagne juste avant le déclenchement du conflit. La primauté accordée à la paix rend ces militants socialistes totalement aveugles face à la propagande hitlérienne et à la volonté expansionniste des nazis. Les blessures de la Première Guerre mondiale expliquent également cette prédominance des sentiments pacifistes sur toute autre considération politique.

Conclusion

31Pour l’ensemble des militants socialistes, la période de l’entre-deux-guerres a donné lieu à une série de renoncements et de revirements allant jusqu’à fragiliser l’ensemble de l’édifice idéologique de la SFIO. Ne sachant pas s’inscrire dans un cadre local pour affirmer des positions électorales, populariser un programme de conquête du pouvoir à l’échelle nationale et construire une identité militante européenne et internationaliste, les socialistes manquent cruellement d’unité et d’un programme capable de faire face aux exigences de l’époque. Pourtant, les exemples de militants bretons que nous avons évoqués, à la fois précurseurs et à la croisée d’un parcours local et international, ont tenté sans succès de rester fidèles à l’« Internationale Ouvrière » évoquée dans le nom officiel du parti socialiste. D’autres après eux, dans la seconde partie du XXe siècle, auront la charge de faire de la Bretagne une région majoritairement favorable au socialisme et à l’idée européenne. Mais dans l’entre-deux-guerres, un tel projet ne pouvait aboutir. C’est peut-être le socialiste et pacifiste Georges Lefranc qui en 1940 explique le mieux les difficultés auxquelles la SFIO n’a pas su faire face depuis la fin de la Grande Guerre :

  • 79 Georges Lefranc, « Bilan de notre socialisme », Esprit, no 92, juin 1940, p. 233.

« L’Internationalisme a sans doute dans la conscience ouvrière des racines profondes ; il s’appuie sur un marxisme diffus comme sur des conceptions universalistes héritées de la Révolution française. Mais qui pourrait affirmer qu’il recouvre toute la réalité ? Nous savons bien que la Nation est un fait qu’il n’est pas possible de nier79. »

32Pas plus que les autres socialistes, les militants bretons n’ont réussi à concilier les idéaux internationalistes avec leurs préoccupations locales et nationales aux lendemains du premier conflit mondial.

Haut de page

Notes

1 Gilles Candar, « Socialisme et International(e), militants et historiens », Cahiers Jaurès, no 203, janvier-mars 2012, p. 49.

2 Cet aspect est au cœur de la réflexion menée dans notre travail de recherche en cours de rédaction : Les Socialistes au combat. Guerre, violences et pratiques militantes (Bretagne, 1914-1940), Thèse, EHESS, sous la direction de Christophe Prochasson.

3 Pour aider à problématiser ce point, la notion de « transfert culturel » est essentielle. Sur le sujet : Michel Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999.

4 Christian Bougeard (dir.), Un Siècle de socialismes en Bretagne : de la SFIO au PS (1905-2005), Rennes, PUR, 2008. Du même auteur : Les Forces politiques en Bretagne. Notables, élus et militants (1914-1946), Rennes, PUR, 2011.

5 François Prigent, Les Réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980, thèse, Rennes II, 2011.

6 Chris Millington, From Victory to Vichy. Veterans in Inter-war France, Manchester, Manchester University Press, 2012.

7 Pour un cadre général : Romain Ducoulombier, Camarades. La naissance du parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010.

8 L’un des chefs de file du socialisme en Bretagne, le député de Brest Émile Goude, se rallie au courant pacifiste en 1916 mais refuse l’adhésion à la IIIe Internationale. Dans les fédérations bretonnes, une majorité des adhérents adhère au communisme, mais les élus et les responsables fédéraux restent à la SFIO. Très rapidement le parti communiste n’a plus beaucoup d’adhérents dans la région et dès 1923 la SFIO redevient majoritaire.

9 Olivier Kerjean, né en 1880, exerce la profession de journaliste à L’Humanité avant 1914, où il est correspondant pour la Bretagne. Cette expérience fait de lui un des militants les plus actifs dans l’hebdomadaire de la fédération socialiste du Finistère de 1918 jusqu’à sa mort après la seconde guerre mondiale. La notice biographique le concernant parue dans Claude Pennetier et Jean Maitron (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Éditions de l’Atelier, cédérom, 1997, est étonnamment succincte. Il est pourtant présent durant l’entre-deux-guerres et analyse fréquemment dans Le Cri du Peuple puis dans Le Breton socialiste la situation internationale.

10 Olivier Kerjean, « Vers la Concorde et la Fraternité universelles », Le Cri du Peuple, 16 novembre 1918.

11 Voir la notice biographique dans Claude Pennetier et Jean Maitron, Dictionnaire biographique […]. Né en 1892, Blayau a adhéré à la SFIO après 1920. Partisan du courant de la Bataille socialiste, dont le chef de file Jean Zyromski voulait une politique de fermeté contre les dictatures fascistes, Blayau a développé une action à la même période en faveur de l’aviation populaire couronnée de succès lors du Front populaire. Son dossier personnel d’officier conservé aux archives du Service historique de la Défense à Vincennes [« SHD »] (1P 29094) permet de reconstituer les étapes de sa carrière militaire. Il reprit du service en 1940 et fut nommé responsable militaire d’une base aérienne dans le sud de la France.

12 Louis Blayau, « Être socialiste », Le Breton socialiste, 28 février 1931.

13 Gilles Candar, « Socialisme et International(e) […] », p. 49.

14 SHD, 5 Ye 159024 : Dossier personnel de Paul Vaillant.

15 Centre d’histoire du Travail (Nantes), fonds Hamon : Correspondance entre Paul Vaillant et Augustin Hamon.

16 SHD, 5 Ye 159024, Dossier de Paul Vaillant : Rapport du lieutenant colonel Nancy, 26 novembre 1920.

17 L’Union fédérale des associations françaises de blessés, mutilés, réformés, anciens combattants de la Grande Guerre et de leurs veuves, orphelins et ascendants regroupe après-guerre un très grand nombre des anciens combattants en France. Apolitique, elle ambitionne de fédérer l’ensemble des regroupements de ce type. Sur le sujet, outre Chris Millington (From Victory to Vichy. Veterans in Inter-war France), voir : Antoine Prost et Jay Winter, René Cassin, Paris, Fayard, 2011.

18 Paul Vaillant, « L’anniversaire », La France mutilée, 6 novembre 1921.

19 Paul Vaillant, « La F.I.D.A.C. », La France mutilée, 1er janvier 1926.

20 Sur l’histoire de l’IOS : Michel Dreyfus, L’Europe des socialistes, Bruxelles, Complexe, 1991. Plus globalement sur l’histoire du socialisme en Europe : Donald Sassoon, One Hundred Years of Socialism. The West European Left in the Twentieth Century, New York, The New Press, 1996.

21 Sharfi Gemie, La Nation invisible. Bretagne, 1750-1950, Spézet, Éditions Coop Breizh, 2013.

22 M. Espagne, Les transferts culturels […], p. 1.

23 Voir sur les débuts de sa carrière militante : Augustin Hamon, Mémoires d’un en-dehors. Les années parisiennes (1890-1903), texte établi par Patrick Galliou, Brest, CRBC-Université de Bretagne occidentale, 2013.

24 La Fédération socialiste de Bretagne, née en 1900, a cherché durant quelques années à regrouper toutes les sensibilités socialistes de la région, en dehors des querelles nationales. Après la naissance de la SFIO, cette structure a perduré quelque temps avant d’être dissoute et remplacée par des fédérations départementales.

25 L’expérience de La Charrue rouge est assez bien connue grâce aux travaux de François Prigent. Voir par exemple : « Les mondes d’Augustin Hamon. Itinéraires d’un intellectuel socialiste breton oublié : engagements, trajectoires, identités », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n2, 2006, p. 117-134.

26 Dominique Lepage, « De Paris à la Bretagne : Augustin Hamon », Le Mouvement social, no 160, juillet-septembre 1992, p. 99-124.

27 Avant 1920, il a écrit quelques articles dans L’Humanité sur la question des relations internationales. Par ailleurs il fut responsable en 1914 de la publication Le Prolétaire breton à Paris, journal destiné à informer les Bretons, nombreux dans la France de la Belle époque, qui étaient établis dans la capitale. Il a écrit de nombreux articles également dans des revues à tirage plus ou moins confidentiel. Dans l’entre-deux-guerres, il écrit régulièrement dans le journal de la fédération socialiste des Côtes-du-Nord, L’Éveil breton, puis dans La Charrue rouge, essentiellement sur les questions internationales.

28 Sa correspondance, qui contient à la fois les courriers des correspondants mais aussi les lettres d’Hamon, est aujourd’hui conservée dans deux centres d’archives. L’Institut international d’Histoire sociale d’Amsterdam conserve les échanges avec de nombreux interlocuteurs étrangers ou français reconnus. Nous avons ainsi consulté la correspondance échangée durant la première guerre avec Albert Thomas. Le Centre d’histoire du Travail de Nantes conserve, quant à lui, la correspondance avec les militants locaux mais aussi nationaux. Nous avons consulté l’ensemble de cette source (pas encore complètement classée). Enfin, le Centre de recherches bretonne et celtique de Brest conserve les manuscrits des mémoires d’Augustin Hamon, la correspondance avec Shaw et d’autres documents divers non répertoriés. Nous avons consulté sur ce point la documentation concernant la Première Guerre mondiale. L’ensemble documentaire est une source indispensable pour la connaissance du mouvement ouvrier en Bretagne, mais sa dispersion et son classement imparfait sont un réel inconvénient pour le chercheur. On doit également signaler que de nombreux autres documents sur le couple Hamon se trouvent dans les archives de Shaw conservées à la British Library of Political and Economic Science de Londres.

29 Patrick Galliou, George Bernard Shaw et Augustin Hamon. Les premiers temps d’une correspondance (1893-1913), Lille, PU du Septentrion, 2000.

30 Plusieurs portraits sévères d’Hamon ont été laissés par des proches. C’est notamment le cas de l’écrivain Louis Guilloux dans L’Herbe d’oubli (Paris, Gallimard, 1984, p. 234-252). La documentation conservée révèle elle aussi par endroits le portrait d’un intellectuel âpre au gain, obsédé par la reconnaissance nationale et internationale mais finalement peu apprécié, suscitant par ailleurs des appréciations contrastées chez les autres militants socialistes de Bretagne. Il a contribué toutefois, avec une certaine abnégation et des qualités d’organisateur et de propagandiste, au développement de la SFIO dans des territoires jusqu’alors hostiles à la gauche.

31 Augustin Hamon, Le Prolétaire breton de Paris, no 1, 1er mars 1914.

32 La Fabian Society est créée en 1884 et se présente comme un club politique socialiste et réformiste qui s’intègre rapidement dans le Labour party. Son programme est clairement réformiste.

33 Augustin Hamon, « Souvenirs sur Jaurès », L’Éveil breton, 7 août 1921 (paru dans La Grande revue en 1915).

34 International Institute of Social History, Amsterdam [« IISH »], 1.215 et 1.226 (1914-1917) : Correspondance avec Albert Thomas, Augustin Frédéric Hamon Papers, International Institute of Social History.

35 CRBC Brest, manuscrits : Augustin Hamon, diary / journal (1914-1915) et fragment de journal (1916).

36 Augustin Hamon, Les Leçons de la guerre mondiale, Paris, Giard et Frères, 1917.

37 IISH, 1.226 (1917) : Lettre d’Augustin Hamon à Albert Thomas, 25 juin 1917, Augustin Frédéric Hamon papers. Hamon demande dans cette lettre à Albert Thomas s’il peut écrire pour la revue pacifiste de Broda ; celui-ci lui répond qu’il ne peut pas garantir que cette collaboration n’entraînera pas de sanctions de la part des autorités françaises.

38 Le Droit des peuples, organe d’action socialiste nationale et internationale et de défense des réfugiés alsaciens, lorrains, belges, français paraît à partir de janvier 1918. Il regroupe, autour d’Albert Thomas, des socialistes qui ont été favorables à la guerre et à l’Union sacrée et qui souhaitent préparer la fin du conflit selon des principes démocratiques et en ayant une perspective européenne marquée par les idées de Wilson, en particulier pour régler la question des territoires proches des frontières françaises.

39 Centre d’histoire du Travail de Nantes, fonds Hamon : Lettre à Hippolyte Pasquiou, secrétaire fédéral des Côtes-du-Nord, 17 juin 1927.

40 Une telle trajectoire se retrouve chez de nombreux intellectuels dans l’entre-deux-guerres. Sur ce point : Sophie Cœuré, La Grande lueur à l’Est : les Français et l’Union soviétique, Paris, Seuil, 1999.

41 Augustin et Henriette Hamon, appendice à Bernard Shaw, Soviétisme et fascisme, Paris, Fernand Aubier, 1938, p. 70.

42 Henriette et Augustin Hamon, préface à Bernard Shaw, Le Disciple du diable, Paris, Calmann-Lévy, 1926, p. I-XXXVI.

43 Sauf erreur de notre part, il n’existe aucun travail de recherche sur Yves Le Lay. Nous nous basons ici sur la notice du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français ainsi que les données recueillies dans la presse militante et les archives consultées. Sur l’action du CICR durant la première guerre mondiale : Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre. Humanitaire et culture de guerre, 1914-1918. Populations occupées, déportés, civils, prisonniers de guerre, Paris, Hachette, 2012.

44 Cette traduction est reprise sous un autre titre dans le premier livre de Freud publié en français, Cinq Leçons sur la psychanalyse, Paris, Payot, 1921. Sur La Revue de Genève : Jean-Pierre Meylan, La Revue de Genève, miroir des lettres européennes, 1920-1930, Genève, Librairie Droz, 1969.

45 Carl Jung, Essais de psychologie analytique, Paris, Stock, 1932. Le socialiste breton a traduit plusieurs autres ouvrages de Jung avant et après la deuxième guerre mondiale. Florent Serina étudie actuellement dans le cadre d’une thèse à l’EHESS l’introduction de la pensée jungienne en France, et en conséquence les travaux de traduction de Le Lay. Voir par exemple Florent Serina, « “La structure de l’âme” de C.G. Jung (Genève, juin 1928) », L’Esprit du temps, revue de psychologie analytique, no 1, 2013, p. 177-196.

46 Archives départementales des Côtes-d’Armor, 1 M 350 : Affaire de La Charrue rouge.

47 Centre d’histoire du travail de Nantes, fonds Hamon : Correspondance Yves Le Lay.

48 Yves Le Lay, « L’Affaire de Bégard », L’Éveil breton, 24 avril 1927. Il y explique en particulier, reprenant des termes issus de la psychanalyse, qu’« on ne lutte pas ainsi contre l’instinct sexuel, le plus puissant qui soit, le plus impérieux, le plus violent » et s’en prend au célibat des prêtres.

49 Yves Le Lay, « Renonciation à la Guerre », L’Éveil breton, 2 septembre 1928.

50 Dans un numéro spécial « Freud et la psychanalyse » de la revue Le Disque vert (Bruxelles) sorti en 1924, Le Lay évoque la réception des idées freudiennes en France.

51 Dans l’ouvrage collectif de 1935 écrit par des proches de Jung réunis dans le club de psychologie de Zurich (Die kulturelle bedeutung der komplexen Psychologie, Berlin, Verlag von Julius Springer), Yves Le Lay écrit un chapitre intitulé « La psychologie de l’inconscient et l’esprit français » (p. 398-415).

52 Y. Le Lay, « La psychologie de l’inconscient […] », p. 401.

53 Ibid., p. 414.

54 Centre d’histoire du travail de Nantes, fonds Hamon : Lettre d’Yves Le Lay à Hamon, 4 novembre 1934.

55 Sur ces deux militants, voir le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.

56 Le panceltisme se développe entre la fin du XIXe siècle et le début de la seconde guerre mondiale dans des territoires marqués par l’utilisation de langues celtes, en Bretagne, mais aussi en Irlande, au Pays de Galle et en Écosse. Basé sur l’affirmation d’une identité culturelle commune, ce courant influence dans l’entre-deux-guerres les partis nationalistes bretons (Erwan Chartier-Le Floch, Histoire de l’interceltisme en Bretagne, Spézet, Coop Breizh, 2013).

57 Émile Masson, Les Bretons et le socialisme, présentation de Jean-Yves Guiomar, Paris, François Maspéro, 1972.

58 Armand Kéravel, « La question du breton à l’école », Le Breton socialiste, 29 janvier 1938.

59 Ar Falz a été créé par l’instituteur Yann Sohier en 1933. Après sa mort en 1935, la revue perd de son ambition internationaliste, évoquant avant tout la question de la langue et la constitution d’un mouvement national. Voir par exemple le numéro de février 1937, entièrement consacré à la question de l’enseignement du breton. Sur cette expérience, on peut lire le témoignage de Mona Ozouf, fille de Sohier, Composition française. Retour sur une enfance bretonne, Paris, Gallimard, 2009.

60 L’espéranto est toutefois régulièrement mentionné et son usage conseillé dans la presse militante en particulier par certains instituteurs.

61 Présentation des candidats socialistes, L’Éveil breton, 15 avril 1928.

62 Guy Le Normand, « En Allemagne », Le Breton socialiste, 4 mars 1933.

63 Du même auteur, « Formules et réalité, Le Populaire, 9 mars 1938.

64 Sur ces questions, voir Richard Gombin, Les Socialistes et la guerre. La SFIO et la politique étrangère française entre les deux guerres mondiales, Paris, Mouton, 1970 et Michel Bilis, Socialistes et pacifistes ou l’impossible dilemme des socialistes français, 1933-1939, Paris, Syros, 1979. La synthèse la plus complète sur le parti socialiste dans cette période est l’œuvre de B.D. Graham, Choice and Democratic Order. The French Socialist Party, 1937-1950 (Cambridge, Cambridge University Press, 1994). Les divisions de la SFIO doivent s’analyser en comparaison des difficultés de l’IOS ; voir Michel Dreyfus (L’Europe des socialistes) et Alain Bergougnioux, « L’internationale ouvrière socialiste entre les deux guerres » dans Hugues Portelli (éd.) L’Internationale socialiste, Paris, Éditions ouvrières, p. 23-42.

65 Archives départementales du Finistère, 4 M 363-370 : étrangers expulsés : dossiers individuels.

66 Florent Le Bot, La Fabrique réactionnaire. Antisémitisme, spoliations et corporatisme dans le cuir (1930-1950), Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

67 François Dosse, Paul Ricœur (1913- 2005) : les sens d’une vie, Paris, La Découverte, 2008. L’engagement socialiste breton de Ricœur est peu évoqué dans cette biographie.

68 « Socialisme et christianisme », Le Cri du Peuple, 11 et 18 août 1934. On retrouve dans les archives personnelles de Ricœur le brouillon de ce premier article (Bibliothèque de l’IPT, Paris, fonds Ricœur, boîte 38, PF9).

69 Paul Ricœur, « Le pacifisme intégral et la ronde de la paix », L’Avant garde, 2 juillet 1936.

70 Compte rendu de la conférence de Paul Ricœur dans Le Rappel du Morbihan, hebdomadaire d’action laïque et républicaine de la fédération socialiste du Morbihan, 18 mars 1939.

71 Paul Ricœur, « La leçon des Suédois », Le Rappel du Morbihan, 20 mai 1939.

72 Marc Sadoun, Les Socialistes sous l’occupation. Résistance et collaboration, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1982.

73 Compte rendu du congrès fédéral, Le Rappel du Morbihan, 20 mai 1939.

74 Paul Ricœur, « Où va la France ? Perte de vitesse », Terre nouvelle, no 43, 2 mars 1939.

75 C’est le cas de Guy Lemonnier, professeur de lettres à Brest, partisan de Redressement également dans le Finistère. Il a écrit de nombreux articles dans Le Breton socialiste et dans L’Aurore d’Ille-et-Vilaine où il peine à cacher à la fois son anticommunisme et son admiration pour les réussites des dictatures fascistes. Un tel positionnement se retrouve chez les responsables nationaux de la tendance comme Ludovic Zoretti. Beaucoup deviennent collaborateurs après la défaite de 1940.

76 Paul Ricœur, La Critique et la conviction. Entretiens avec François Azouvi et Marc de Launay, Paris, Calmann-lévy, 1995.

77 Dominique Bosquelle, « Voyages et séjours de germanistes français en Allemagne dans les années trente » dans Michel Espagne et Michael Werner (éd.), Les Études germaniques en France (1900-1970), Paris, CNRS éditions, 1994, p. 251-266.

78 Louis L’Hévéder, « Impressions d’Allemagne », Le Rappel du Morbihan, 5 août 1939.

79 Georges Lefranc, « Bilan de notre socialisme », Esprit, no 92, juin 1940, p. 233.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Kermoal, « Bretons, internationalistes et européens ? Les socialistes bretons et l’idée européenne aux lendemains de la Grande Guerre  », Siècles [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://siecles.revues.org/2609

Haut de page

Auteur

Benoît Kermoal

Professeur d’histoire-géographie, doctorant en histoire contemporaine
Lycée Saint-Exupéry, Mantes-la-Jolie et EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • Les cahiers de Revues.org